NHL Weekly : DJ Smith congédié à Ottawa, une étape importante pour Jump et des spéciaux de Noël à venir !

Encore une fois, un entraîneur a été tué dans la Ligue nationale de hockey cette semaine. À Ottawa, on a jugé que le poste de D.J. Smith n’était plus tenable et, compte tenu des résultats, c’est justifié. Les pieds de chaise de Don Granato sont aussi sciés à l’occasion. Ses Sabres ont encore montré deux visages cette semaine, mais ont surtout offert du spectacle ! À l’approche des vacances de Noël, nous présentons également un nouveau leader (partagé) dans la division Pacifique !

DIVISION ATLANTIQUE

D.J. SMITH OBTIENT CONGÉ À OTTAWA

D.J. Smith n’a pas eu la chance de terminer son travail par son patron Steve Staios. Lundi dernier, le président des opérations hockey à Ottawa a enfin coupé le cordon. Après plus de quatre saisons, D.J. Smith a été licencié et cela n’a pas été une surprise. Alors que Smith a dû faire face à une reconstruction au cours des premières années, il était censé récolter les fruits de la saison dernière. Cependant, le billet pour la post-saison ne s’est pas concrétisé. Malheureusement pour le sympathique entraîneur, son équipe se retrouvera également au fond de l’Atlantique en 2023-2024. Pour Staios et le propriétaire Michael Andlauer, il est grand temps d’intervenir.

Malgré la présence de grands talents comme Brady Tkachuk, Joshua Norris, Tim Stutzle ou Jake Sanderson, D.J. Smith n’a pas réussi cette saison encore à rompre avec une fâcheuse tradition. Depuis qu’il est à la tête de l’équipe, les Sénateurs figurent invariablement parmi les équipes les plus faibles de la LNH après 20 matchs. Chaque année, il s’agissait de chasser et chaque fois, ils ont échoué dans la course aux huit premières places.

Pas mal jusqu’en 2022. Mais dans les saisons qui ont suivi. Cette saison n’a pas fait exception. Au moment de son licenciement, Ottawa se trouvait au dernier rang de la Conférence Est. À la décharge de Smith, il convient toutefois d’ajouter que les Sénateurs ont également disputé le nombre de matches le plus faible, et de loin.

Dans la capitale canadienne, la direction ne peut plus ignorer les appels des supporters. Les appels à la démission fusaient des tribunes depuis un certain temps et, cette semaine, ils ont été entendus. Tout était trop changeant, trop négligé et tout simplement pas assez bon pour garder Smith en selle. Son contrat expire à l’été 2024, mais Staios ne peut plus attendre. Le fait que les gardiens de but d’Ottawa aient eu des performances médiocres pendant des années n’a pas aidé les choses non plus.

RETOUR VERS LE FUTUR ?

Des résultats médiocres, pas de play-offs et peu de perspectives d’amélioration. Staios et Andlauer pensaient que tout irait bien, mais ils ont alors avancé un nom plutôt surprenant. Jacques Martin travaillait depuis peu en tant que consultant au sein de l’organisation, mais que l’ancien entraîneur principal, âgé de 71 ans, reprenne son ancien métier était quelque chose que peu de gens avaient vu venir. L’homme qui a mené les Sénateurs à trois titres de champion et un Trophée des Présidents (2003) au début de ce siècle pourrait tenter de remettre le navire à flot avec Daniel Alfredsson, l’icône du club.

Bien que Martin n’ait pas été entraîneur en chef dans la LNH depuis 2011, il n’est pas non plus très surprenant que l’organisation l’ait approché. Sous Jacques Martin, les Sénateurs ont connu leur meilleure période entre 1995 et 2004, avec le Trophée des Présidents comme point d’orgue. Daniel Alfredsson était alors le capitaine d’Ottawa. La légende du club suédois a à son actif presque tous les records de la franchise et pourrait également être en mesure de combler le fossé entre les générations.

D’ailleurs, lors du premier match du nouvel entraîneur, les Sénateurs ressemblaient étrangement à l’équipe que Smith avait à son actif. Contre les Coyotes de l’Arizona, les Sénateurs ont pris une avance de 3-0 avant de la perdre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Ce n’est pas la première fois ces dernières années que les buts de l’adversaire tombent en masse. Au milieu de la troisième période, il n’y avait que 33 secondes entre les buts de J.J. Moser et de Clayton Keller. On pouvait presque attendre le 3-4 de Michael Kesselring après cela. Ottawa avait si bien commencé, mais se retrouvait à nouveau les mains vides.

Lors du deuxième match sous la direction de Martin, ils n’ont pas non plus réussi à prendre l’avantage. A Denver, les Sens menaient 4-2 après 35 minutes de jeu, mais ils ont été battus 6-4 par un Nathan MacKinnon déchaîné (4 buts).

LE BUT DE L’ANNIVERSAIRE D’AUSTON MATTHEWS N’APPORTE RIEN

La machine tourne à nouveau à plein régime ! Mardi dernier, Auston Matthews est devenu le premier joueur de la LNH à atteindre 25 buts cette saison et AM34 le doit principalement à un mois de décembre magistral. Il a commencé le mois avec 14 buts en 21 matchs joués. Pour beaucoup de joueurs, il s’agit d’une statistique de rêve, mais Auston Matthews a décidé de passer à la vitesse supérieure. L’Américain des Maple Leafs a inscrit ses 10e et 11e buts du mois mardi contre les Rangers, portant son total à 25.

Matthews a joué son septième match du mois contre les Blueshirts. Dire qu’il est sur la bonne voie est un euphémisme. Est-ce que cela sort de nulle part ? Non, ce n’est pas le cas. Si l’on regarde la carrière d’Auston Matthews, le mois de décembre est un peu le sien. Du moins, statistiquement, c’est son mois le plus productif. D’ailleurs, les Leafs n’ont guère profité des buts de Matthews, car les Rangers ont également fait étalage de leur classe à Toronto. En effet, ils se sont imposés 5-2.

UNE ÉTAPE IMPORTANTE POUR DANIEL JUMP À WINNIPEG

Daniel Sprong a joué son premier match le 8 octobre 2015. Il portait alors encore le maillot des Pittsburgh Penguins. Ce club avait repêché notre compatriote au deuxième tour de l’Entry Draft la même année. Via Anaheim, Washington et Seattle, le natif d’Amsterdam a atterri à Détroit lors de la dernière intersaison. Là, il espère faire partie d’une nouvelle formation performante et a joué en passant ses 300 ans.e dans la LNH.

Contre les puissants Jets de Winnipeg, le Néerlandais de 26 ans a franchi cette étape. Sur la quatrième ligne, avec Austin Czarnik et Christian Fischer, Sprong a passé 12,25 minutes sur la glace. L’ailier a inscrit 4 SOG et a terminé la défaite 5-2 avec une note de -2. Patrick Kane a marqué son deuxième but pour les Red Wings dans ce match, mais sa présence n’aide pas encore Detroit à obtenir les résultats souhaités. Sur les huit matches joués par Kane, les Wings n’en ont gagné qu’un seul. Dans la foulée, ils ont perdu les quatre derniers.

En dépit de ce beau parcours, Sprong n’est pas le Néerlandais qui a disputé le plus grand nombre de matches en NHL. Cet honneur revient toujours à Ed Kea. Le natif de Weesp a disputé 583 matches dans les années 1970 et 1980. Kea en a joué 316 pour les Atlanta Flames de l’époque et 267 pour les Blues. Kea est décédé en 1999, à l’âge de 51 ans.

RETROUVAILLES DOULOUREUSES ERIC ROBINSON AVEC SON ANCIEN CLUB

Il y a une semaine ou deux, Eric Robinson a rejoint les Buffalo Sabres en provenance de Columbus, dans l’espoir d’aider ce club à gravir les échelons. Que les Sabres aient du talent est indiscutable. Que les Sabres puissent parfois rivaliser avec les meilleures équipes de la LNH est également incontestable. Cependant, il est également évident que l’équipe de Don Granato a toutes les peines du monde à le démontrer de manière régulière. Tantôt ils battent les Bruins ou les Golden Knights, tantôt ils s’inclinent lourdement face à une équipe de bas de tableau.

Malheureusement pour Robinson, ce fut le cas contre les Blue Jackets mardi dernier. Avec un but précoce de Rasmus Dahlin, tout avait bien commencé pour les Sabres, mais c’est ensuite Columbus qui a battu le chrono. L’équipe de la région métropolitaine a vécu une expérience inoubliable à Buffalo. Grâce notamment au deuxième triplé de Kirill Marchenko cette saison, les Blue Jackets se sont imposés de manière convaincante. A 4-9, la partie était longue et largement jouée quand, cinq minutes avant la fin, les derniers supporters ont commencé à réclamer le renvoi de Granato.

Ces appels se sont ensuite tus jeudi soir. Cela montre une fois de plus à quel point ces Sabres peuvent être terriblement instables. Mais aussi à quel point ils sont bons. Les hommes de Granato ont passé les Maple Leafs en trombe et ce sont eux qui ont marqué neuf buts. Le match de la semaine est généralement réservé à nos NHL Highlights, mais nous ne voulions pas vous priver de ce chef-d’œuvre.

LES BOULONS TROUVENT LA CONNEXION

Le tableau est étrange si l’on regarde le sommet de l’Atlantique. Boston, Toronto et la Floride occupent les trois premières places, mais ont perdu leurs deux derniers matches. La quatrième place, qui fait sourire, est occupée par Tampa Bay. La saison a été étrange pour les Lightning, mais avec trois victoires lors des quatre derniers matches, la remontée semble bien engagée.

Les victoires contre Edmonton, St. Louis et Vegas ont non seulement rapporté six points, mais avec 18 buts, les Bolts ont fait preuve d’une efficacité redoutable. Contre les Golden Knights, Brayden Point a inscrit son 500e point en NHL. Entre-temps, il a perdu contre les Flames avec le Lightning, soit dit en passant. Avec ces résultats – et les défaites de la concurrence – ils ont réduit l’écart avec la Floride et Toronto à seulement 1 point. Boston reste l’équipe à battre dans cette division avec 44 points. Ils en ont 6 de plus que les Panthers et les Maple Leafs.


DIVISION MÉTROPOLITAINE

DYLAN STROME PREND LES CAPITALES PAR LA MAIN

Le fait que les Washington Capitals participent aux débats pour les séries éliminatoires est déjà surprenant pour beaucoup de gens. Qu’ils le fassent alors que la machine à marquer des buts Alex Ovechkin est en train de mijoter n’est rien de moins que sensationnel. Le Grand Huit est à la poursuite du record de Wayne Gretzky, mais il devra retrouver son sens du but. Le Russe, âgé de 38 ans, entame sa dix-neuvième saison et n’a jamais atteint le seuil des cinq buts après 29 matches. Cela ne veut pas dire qu’il ne contribue pas au succès des Capitals, bien au contraire. Bien au contraire.

Mercredi dernier, par exemple, Ovi a été responsable de la passe sur le but de Dylan Strome. Le tir du centre de 26 ans en fin de match a brisé les espoirs des Islanders et a permis à Washington de remporter une nouvelle victoire. Pour Strome, il s’agissait déjà de son troisième but de la saison. Le Canadien a ainsi égalé son « record personnel » qui remonte à 2018-2019. C’était en 78 matchs, mais donc maintenant en 29. Ce but contre les Islanders était son 13e cette saison, ce qui fait de lui le surprenant leader de la liste des meilleurs tireurs de Washington.

Ce fut une grande soirée pour Strome, mais pour Ivan Miroshnichenko, le mercredi 20 décembre 2023 restera à jamais gravé dans sa mémoire. En effet, le Russe de 19 ans a fait ses débuts en NHL ce soir contre les Islanders, mais ce n’est pas la seule chose qui a rendu cette soirée spéciale. Miroshnichenko, ancien premier choix, a appris l’an dernier qu’il était atteint de la maladie de Hodgkin. Il a lutté contre cette terrible maladie et a heureusement réussi à s’en remettre. Le jeune Russe a été soutenu pendant son traitement par des personnes comme Mario Lemieux, qui a reçu la même terrible nouvelle.

Alex Ovechkin savait probablement qu’une partie de cet article était déjà publiée et voulait prendre le temps de plaisanter. En effet, jeudi, le Grand Huit a enfin tiré. Contre les Blue Jackets de Columbus, il a mis fin à une série de 14 matchs (le 18 novembre était son dernier) sans but. Son sixième de la saison a permis aux Caps de s’imposer 3-2 en prolongation.

LES RANGERS ONT LA DIVISION EN MAIN

Avec la pause de Noël qui arrive à grands pas, la division métropolitaine est incroyablement excitante. Il n’y a qu’un point d’écart entre les numéros deux et cinq et derrière ce groupe se trouvent les Devils et les Penguins qui ont quelques matches à jouer. Ces derniers sont sur une modeste série de deux victoires consécutives, tandis que les Devils viennent de perdre leurs trois derniers matches. Ils ont donc un peu perdu le fil.

Il n’y a que deux clubs dans cette division qui vivent dans leur propre petit monde. En bas de l’échelle, on trouve les Columbus Blue Jackets, qui, soit dit en passant, ont marqué des points lors de six de leurs dix derniers matches. Au sommet, ce sont les Rangers qui dirigent cette division d’une main de fer. Les Blueshirts ont remporté sept de leurs dix derniers duels, possèdent en Artemi Panarin l’un des joueurs les plus prolifiques de la NHL et voient Jonathan Quick travailler sur un renouveau.

Le poste de fermeture de 37 ans a remporté neuf de ses 11 matchs, affiche un pourcentage d’arrêts de .926 et combine le tout avec une bonne GAA de 2,09. Ce n’est pas pour rien que les Rangers ont 6 points d’avance sur les autres.


DIVISION CENTRALE

THOMAS TATAR, DE L’AVALANCHE DU COLORADO AU SQUAT DE SEATTLE

Samedi dernier, l’Avalanche du Colorado et le Kraken de Seattle ont annoncé l’échange de Tomas Tatar. Le Slovaque de 33 ans vient en échange d’un contrat de 2024… choix de cinquième tour de Denver et quitte la Mile High City après déjà trois mois. Les ailier a atterri au Colorado le 12 septembre, après avoir passé les deux années précédentes avec les New Jersey Devils. Le moment le plus mémorable qu’il ait vécu au « Shore », c’est lors des dernières séries éliminatoires qu’il l’a vécu. Lors du septième match contre les favoris, les New York Rangers, Tatar a marqué le but de la victoire, aidant les Devils à se qualifier pour le deuxième tour pour la première fois depuis 2012.

Avec cette arrivée, le Front Office de la Ball Arena espérait pallier l’absence de Gabriel Landeskog notamment et, surtout, en profondeur une équipe de 40-50 ans.ish points joueur à ajouter. Pour un an et 1,5 million de dollars, le Slovaque n’a jamais apporté ce qu’on attendait de lui. Avec seulement un but et neuf points en 27 matchs, le mariage entre Tatar et Colorado prend fin après déjà trois mois.

Du point de vue de Seattle, l’arrivée de Tatar est très attendue. Andre Burakovsky est blessé au haut du corps. semaine à semaine et Jaden Schwartz est sur la LTIR depuis cette semaine. Lors des derniers matchs, l’absence des deux hommes forts était douloureusement apparente. Jonkie Tye Kartye a pris sa place bien plus haut que d’habitude dans l’alignement, mais pourrait faire sa marque tout sauf. Pendant ce temps, le ailier renvoyé aux Coachella Valley Firebirds en AHL.

Si « TT » retrouve sa forme normale, les Kraken ont un très bon joueur en la personne du Slovaque. Tant sur le plan offensif que défensif, le ailier est généralement une force solide et ses attributs physiques sont également un renfort bienvenu pour l’équipe de l’entraîneur principal Dave Hakstol. En échange d’un choix de cinquième tour, un « pari » logique. Après son arrivée, le ailier lors de son premier entraînement a également été placé directement sur la première ligne avec Matty Beniers et Jared McCann.


DIVISION PACIFIQUE

BLUE LINE LA BRILLE DANS UNE BAGARRE ENTRE VOISINS

Cette semaine à San Jose, les LA Kings ont montré une fois de plus pourquoi ils font partie des meilleures équipes de la NHL. Bien que cet adversaire médiocre ne soit pas un véritable indicateur, les statistiques montrent clairement où se situe la force des Kings. L’équipe locale s’est contentée de 16 SOG et n’a réussi à passer le palet à David Rittich que dans la dernière minute. C’est donc le gardien, qui jouait son premier match avec LA, qui n’a pas eu l’occasion de débuter par un blanchissage.

Sur le plan offensif, les Kings ont été bons cette saison. Après leur victoire 4-1 contre les Sharks, ils affichaient une moyenne de 3,57 buts par match. Ce sont de bons chiffres, mais ce sont les chiffres défensifs qui sont les plus impressionnants. Jusqu’à la rencontre en Californie du Nord, les Kings n’ont accordé en moyenne que 2,36 buts par match. Ce chiffre place les troupes de Todd McLellan au sommet de la LNH. Ce n’est pas une coïncidence, car les Kings sont aussi ceux qui accordent le moins de tirs au but, et de loin.

La victoire à San Jose a été la 13e victoire de LA à l’extérieur cette saison. Il leur a fallu 15 matches à l’extérieur pour y parvenir, et jamais dans l’histoire de la NHL une équipe n’avait commencé par une telle victoire à l’extérieur. record sur route de la saison.

LES FLAMMES ONT DU GOÛT !

Les Flames de Calgary ont enfin des raisons de se réjouir. Trois matchs d’affilée déjà, en fait ! Pour une équipe censée se battre pour les places en séries éliminatoires, une série de trois victoires d’affilée est encore bien mince, mais à Calgary, c’est ce qu’elle fait en ce moment. Jeudi, les Ducks d’Anaheim ont été battus 3-0 en Californie, ce qui a permis aux Flames de remporter leur troisième victoire consécutive. C’est la première fois de la saison que les troupes de Ryan Huska réalisent une telle série, mais il faudra encore beaucoup de victoires pour envisager une place en wildcards.

Cette victoire à Anaheim a marqué une étape importante pour Jakob Markstrom. Le gardien de but suédois a enregistré sa 200e victoire en NHL (lors de son 455e match) et il l’a fait en signant son dix-neuvième blanchissage. Avec un but et deux passes, Elias Lindholm a joué un rôle important dans ce match, qui a d’ailleurs été quelque peu éclipsé par la défaillance de Leo Carlsson. La recrue des Ducks s’est blessée en troisième période après que MacKenzie Weegar lui soit tombé dessus. Cette défaite est la quatorzième au cours des 17 derniers matchs pour les Ducks.

LES CANUCKS PRENNENT L’AVANTAGE

Mesdames et Messieurs, nous avons un nouveau leader ! Presque dès les premières escarmouches de cette saison, les Golden Knights de Vegas ont pris la division Pacifique à la gorge, mais cette semaine, ils doivent partager leur avance avec les Canucks de Vancouver. Le champion en titre a perdu trois de ses quatre derniers matchs, tandis que les Canucks ont récolté au moins un point lors de chacun de leurs huit derniers matchs. L’équipe de Rick Tocchet s’est inclinée jeudi contre les Stars en prolongation, mais ce point a suffi pour prendre la tête à la différence de buts.

Les deux bantams ont chacun 47 points en 34 matchs, ce qui fait d’eux les meilleurs pointeurs de la LNH. En théorie, cependant, les LA Kings ont encore de meilleurs papiers. La formation noire et argentée a déjà accumulé 40 points, mais n’a eu besoin que de 29 matches pour y parvenir. Derrière ces trois puissances, l’écart est grand puisque Calgary, Seattle et Edmonton ont respectivement 7, 9 et 11 points de moins. Anaheim et San Jose, qui a retrouvé un peu de sa forme des premières semaines à en juger par sa série de quatre défaites, ferment la marche dans le Pacifique.


SUIVANT

L’année 2023 est presque à nouveau à nos portes. En général, décembre est un mois idéal pour faire le bilan de l’année et des 12 derniers mois en buvant un bon verre de vin. Mais pas pour les rédacteurs NHL de SportAmerica !

Alors que la NHL a prévu quelques jours de repos, en Suède, le Championnat du monde junior s’apprête à débuter le lendemain de Noël. Comme pour les éditions 2022 et 2023, SportAmerica n’a pas l’intention de laisser passer celle de 2024. Lundi et mardi prochains, vous trouverez sur notre site web un aperçu détaillé des deux poules, avec un accent particulier sur l’équipe américaine, peut-être la plus forte de tous les temps !

Pour couronner le tout, il y a aussi le Winter Classic le 1er janvier ! Avec la bataille entre les « jeunes » Vegas Golden Knights et Seattle Kraken, une nouvelle année de hockey s’ouvrira à la veille du Nouvel An. Et quelle année ! Avec une ode (en chemise) aux Seattle Metropolitans qui s’inscrit parfaitement dans le cadre du Winter Classic, la rédaction se penche cette fois sur la saison 1916 – 1917. Alerte au spoiler : The Bold and the Beautiful n’a rien à voir avec cette saison.

A lire également