NHL Weekly : Le scandale de la fosse aux ours du WJC’18 ouvert, Columbus en difficulté, les Canucks encore plus forts (+ mise à jour !)

Peu de matchs cette semaine en raison du ASG le week-end prochain, mais quelques nouvelles ont été publiées. Et malheureusement, il ne s’agissait pas toujours du beau sport qu’est le hockey. Il s’agissait souvent d’un crime terrible commis en 2018 et impliquant des joueurs de moins de 20 ans d’Équipe Canada. Nous essayons de donner un sens à cette affaire cette semaine. De bien meilleures nouvelles sont venues de Vancouver, où l’on s’est renforcé avec Elias Lindholm.

Par Dennis Bakker et Hans Mulder

2018 OUVERTURE DU CLOAQUE

Il n’y a pratiquement pas eu de match dans la division métropolitaine cette semaine. Pourtant, certaines franchises ont bien fait parler d’elles, mais malheureusement pas de manière positive. Au Canada, une affaire concernant certains joueurs de l’Équipe Canada U20 2018 a occupé les esprits pendant un certain temps. Cette semaine, la lumière a enfin été faite sur les joueurs impliqués et sur les mesures prises par la justice ontarienne. Une conférence de presse aura lieu le lundi 5 février, quelques jours après le GSA, mais environ cinq joueurs et leurs employeurs savent déjà un peu ce qu’il en est.

Chez SportAmerica, nous avons déjà abordé ce sujet, mais nous ne pouvions pas citer de noms à l’époque. Cela a déjà changé un peu la semaine dernière et cette semaine, ces soupçons ont été confirmés. Dillon Dube (Calgary Flames), Michael McLeod et Cal Foote (New Jersey Devils), Carter Hart (Philadelphia Flyers) et Alex Formenton (HC Ambri-Piotta en Suisse) ont été officiellement inculpés pour une terrible affaire datant de juin 2018.

JUIN 2018

En avril 2022, une Canadienne de la province de l’Ontario a signalé une agression sexuelle. En néerlandais, cela se rapproche de l’agression sexuelle, voire du viol. Les faits se sont déroulés dans un hôtel de London, en Ontario, en juin 2018. Hockey Canada organisait alors un événement estival.

Au cours de ce Gala &amp ; Golf Event, huit garçons se sont immiscés dans cette chambre d’hôtel avec une (jeune) femme, qui n’a (osé ?) officiellement dénoncer le crime que quatre ans plus tard. Cinq de ces huit garçons étaient membres de l’équipe canadienne des moins de 20 ans. Un mois après que la victime a officiellement signalé l’incident, Hockey Canada a tenté de trouver un arrangement avec elle. Cependant, le génie était déjà sorti de la bouteille et l’organisation ne pouvait plus être sauvée.

Hockey Canada a eu vent de « l’incident dégoûtant survenu lors de son événement de 2018 assez rapidement et la police a également lancé une enquête à ce moment-là. Cette dernière a été clôturée en 2019. De nombreux points d’interrogation entouraient l’affaire et personne ne savait réellement qui étaient les hommes impliqués qui s’étaient comportés de manière si horrible. Trois ans plus tard, la femme a tout de même décidé de porter plainte. Entre-temps, le monde du hockey avait connu sa part de scandales (Kyle Beach, Mike Babcock et Bill Peters pour n’en citer que quelques-uns) et Hockey Canada pensait pouvoir s’en tirer avec un règlement.

DOOFPOT

Une grande organisation comme Hockey Canada peut compter sur le soutien du gouvernement (via Sport Canada), mais lorsqu’il s’est avéré, entre autres, que Hockey Canada disposait d’un pot spécial pour ce genre de choses, le gouvernement canadien a également eu la honte aux joues. Il semble qu’il y ait eu d’autres cas – sérieux ou non – comme celui-ci, dans lesquels Hockey Canada tirait sur une somme d’argent juste pour protéger son « bon nom » à tout prix. Cette mise en accusation en 2022 n’a pas seulement fait travailler la justice, elle a aussi fait passer un balai à Hockey Canada. Le soutien de Sport Canada a cessé et les grands sponsors se sont retirés. Les gens en avaient assez de cette affligeante dissimulation.

Revenons-en aux cinq joueurs. De nombreux membres du groupe qui représentaient l’équipe du Canada ont fini dans la LNH. Lorsque les accusations ont été déposées et que la balle a commencé à rouler à l’heure de la presse (une fois de plus), les devinettes en ligne ont rapidement commencé. Ce n’était pas difficile, car cette liste peut être trouvée sur l’internet. Ce n’est qu’au cours des dernières semaines que la police canadienne a fait de sérieux progrès. Il est apparu clairement que cinq personnes étaient encore impliquées dans l’affaire. La semaine dernière, il y avait déjà des soupçons. Cette semaine, ils ont été confirmés.

QUINTETTE CLOUÉ AU PILORI

C’est d’abord Dillon Dube qui a demandé un congé à la direction de Calgary pour « problèmes mentaux ». Puis Carter Hart a lui aussi disparu de la glace assez soudainement en raison de « problèmes personnels ». McLeod et Foote – initialement sans raison – ont manqué leurs séances d’entraînement avec les Devils. Dans ce contexte, le nom d’Alex Formenton est également apparu. L’ancien sénateur a quitté son club suisse pour s’installer au Canada. Il a également été le premier à se présenter à la justice lorsque celle-ci a lancé un appel aux personnes impliquées pour qu’elles se manifestent.

Près de six ans après l’incident, les joueurs impliqués comparaissent enfin devant le tribunal. Alors que la victime a vécu l’enfer pendant toutes ces années, diverses agences au sein du sport canadien ont refusé de prendre leurs responsabilités. Cette semaine, les joueurs ont révélé par l’intermédiaire de leurs avocats qu’ils étaient innocents. Le ministère public du Canada ne manquera pas de s’exprimer à ce sujet ultérieurement. D’abord, il donnera plus de détails lors d’une conférence de presse lundi prochain. Ensuite, la dissimulation envisagée par Hockey Canada sera encore plus ouverte. Toutefois, cette dissimulation s’est transformée au fil des ans en un cloaque nauséabond.

L’AVENIR ?

Bien que la santé mentale et physique de la victime dans cette affaire soit primordiale, il est intéressant de connaître les ressources dont disposent la LNH et/ou les clubs concernés en cas de crime. En ce qui concerne la Ligue nationale de hockey, il existe un certain nombre de sanctions/pénalités incluses dans la convention collective de travail (CBA). Elles vont de l’amende à la suspension (très longue) en passant par la rupture de contrat. Il y a près de dix ans, le joueur des Kings Slava Voynov a été soupçonné de violence domestique. Il a été suspendu par la NHL. Un an plus tard, Voynor a décidé de quitter les États-Unis. Il est retourné en Russie plus tôt que prévu et a laissé son contrat pour ce qu’il était.

Les franchises peuvent également prendre des mesures à l’encontre des joueurs condamnés. Les clubs doivent dans un premier temps s’en tenir à la sanction imposée par la NHL, mais ils peuvent décider de la compléter. Au début de la saison, Corey Perry a dépassé les bornes avec les Blackhawks et son contrat a été résilié.

À l’été 2023, l’attaquant des Coyotes Alex Galchenyuk a eu maille à partir avec la justice, qui a déchiré son engagement en Arizona. Au vu de ces exemples, les cinq accusés dans cette affaire risquent un sort similaire. Pourtant, même de ce côté-ci de l’Atlantique, on appliquera le principe de l’innocence jusqu’à preuve du contraire.

COLUMBUS VOIT LAINE ET FANTILLI ABANDONNÉS

Sportivement, les choses ne vont pas bien pour les Columbus Blue Jackets. L’équipe de Pascal Vincent occupe la dernière place de la Metropolitan Division et a connu de nouveaux revers cette semaine. Patrik Laine n’a joué que 18 matches pour Columbus cette saison en raison d’une blessure. Le tireur d’élite finlandais sera également absent au cours de la période à venir. Laine a été inclus dans le programme d’assistance aux joueurs de la NHL/NHLPA.

Il s’agit d’un programme spécial qui aide les joueurs souffrant de problèmes mentaux, de certaines dépendances ou d’autres problèmes qui les rendent inefficaces ou moins performants. Aucune des parties n’a indiqué la raison pour laquelle Laine entame ce programme. Cependant, il est clair qu’il est exclu de la rotation jusqu’à nouvel ordre. Le Finlandais a quitté les Jets de Winnipeg il y a trois ans et a manqué 89 matches pour les Blue Jackets, en partie à cause de blessures. Au cours des 174 matchs qu’il a joués, il a marqué 64 buts et a été impliqué dans 74 autres actions. Il a joué son dernier match le 14 décembre, se blessant contre Toronto. Pas après avoir marqué, d’ailleurs.

REVERS FANTILLI

Les Blue Jackets ont reçu d’autres mauvaises nouvelles cette semaine, car le talent principal Adam Fantilli ne sera malheureusement pas vu sur la glace pour le moment. Le troisième choix de la draft 2023 a subi une grave blessure au mollet contre le Kraken de Seattle et devrait être absent pendant deux mois. Avec 12 buts et 27 points, Fantilli, 19 ans, réalise une belle première saison en LNH. Parmi les recrues, seuls Connor Bedard, Brock Faber et Marco Rossi font mieux en termes de points. Le duo Wild devrait bientôt dépasser Bedard, car le talent des Blackhawks devra encore manquer quelques semaines.

JACK QUINN INDISPONIBLE POUR AU MOINS HUIT SEMAINES

Les Sabres de Buffalo seront privés de l’attaquant Jack Quinn pour les deux prochains mois. Le Canadien de 20 ans a subi une opération au bas du corps lundi dernier et sera mis à l’écart pour au moins huit semaines. Les premier joueur de 2020 s’est blessé lors du match contre les San Jose Sharks (victoire 5-2, ndlr). Après un coup juste mais solide de Tomas Hertl contre la bande, le jeune attaquant a quitté la glace pour ne plus y revenir.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois cette saison que Quinn doit renoncer à jouer en raison d’une blessure. Il a passé les deux premiers mois de la saison à se remettre d’une blessure persistante au genou et au tendon d’Achille, ce qui lui a valu de ne jouer que 17 matches (cinq buts, sept passes) en 2023-2024. Alors que les rumeurs des médias allaient bon train, les problèmes antérieurs avec son genou et son tendon d’Achille n’ont pas été cités comme la raison de l’opération actuelle.

LA PERPLEXITÉ DU GM KEVYN ADAMS

Pour Buffalo, c’est une lourde perte. L’équipe de l’entraîneur Don Granato était auparavant considérée comme l’un des principaux outsiders pour une course en post-saison. Jusqu’à présent, cependant, les résultats se font attendre. Sur le papier, Quinn était un élément clé du cap hit offensif de New York State. Surtout si l’on tient compte de son excellent saison de débutant – 37 points – à l’esprit. De plus, les blessures sont le fil conducteur de cette saison médiocre. Tage Thompson a été absent pendant trois semaines en raison d’une blessure à la main, Alex Tuch a été particulièrement gêné par ses ischio-jambiers et Jack Quinn manque pour la deuxième fois à l’appel.

Le directeur général Kevyn Adams devra travailler dur sur le casse-tête dans les semaines à venir pour obtenir et maintenir l’effectif en état de guerre. En l’absence de Quinn, on s’attend à ce que Jordan Greenway et Victor Olofsson gagnent une place dans l’organigramme. De plus, les fans ne doivent pas s’inquiéter du manque de talents chez les espoirs. Avec des joueurs comme Isak Rosen et Jiri Kulich – fabuleux CMJ 2024 derrière eux – les portes de la LNH continuent de frapper à Buffalo.

LES BRUINS VONT-ILS REMPORTER LE TROPHÉE DES PRÉSIDENTS POUR LA DEUXIÈME FOIS CONSÉCUTIVE ?

Depuis un peu moins de deux ans, les Boston Bruins sont la franchise dont tout le monde s’attend à ce qu’elle tombe impitoyablement sur le bas de tableau. Au début de la saison 2022 – 2023, l’équipe du tout nouveau head coach Jim Montgomery a dû se débrouiller sans Brad Marchand et Charlie McAvoy, blessés entre autres. Résultat ? Une saison au cours de laquelle tous les (anciens) records de la Ligue ont été battus. Plus riche de 135 points et d’un trophée des présidents, l’équipe de Beantown s’est toutefois inclinée 3-4 face aux Florida Panthers lors du premier tour.

Cette année encore, l’histoire du Massachusetts a été marquée par la présence d’un joueur de l’équipe d’Angleterre. copier-coller de la saison précédente. Patrice Bergeron et David Krejci ont tous deux salué les fans au TD Garden et personne n’a douté de la réussite de la saison des maillots jaunes. Résultat ? Une première place dans la division Atlantique (et dans la LNH), un David Pastrnak qui continue sur sa lancée, à savoir marquer des points, et, avec le nouveau capitaine Brad Marchand, le « juggernaut » tant désiré à la barre. Pourtant, les statistiques avancées Le bilan de l’année dernière était un peu moins rose que celui de l’équipe actuelle. Principalement à cause de Jeremy Swayman et Linus Ullmark qui se sont déchaînés.

SWAYMAN – CIMENT ULLMARK DE LA LISTE

Bien sûr, les hommes de Jim Montgomery entament le All-Star Break en tête de la NHL. Les hommes de Jim Montgomery entament le All-Star Break – avec les Vancouver Canucks – en tant que leader de la NHL. Avec 71 points en 49 matches, les Bruins se dirigent à nouveau vers la victoire dans la division Atlantique cette saison. Mais en creusant un peu les chiffres, on arrive à des conclusions intéressantes. La plus importante est l’impact du duo Jeremy Swayman – Linus Ullmark sur les performances globales de Beantown. Avec un xGA de 154,9 et un GA réel d’environ 127, le duo a l’impact le plus important de tous les gardiens de la ligue – sans même compter le sv% 5 contre 5 et le underline. Jeremy Swayman affiche un sv% de .924 et un GSAx de 15,7 au moment d’écrire ces lignes. Linus Ullmark s’en sort également bien avec un sv% de .913 et un GSAx de 12,5.

La Bean Machine a connu une période plus difficile en novembre et en décembre. Même si David Pastrnak et Brad Marchand ont connu une période creuse, ce duo a permis aux Black Angels de traverser cette phase. Après les vacances de Noël, les Bruins sont partis et une série de 12-2-3 record sur les formulaires avec également 31 hits de plus que l’adversaire.

LES CANUCKS RECRUTENT LINDHOLM

Les Canucks de Vancouver ont renforcé leur équipe avec un nouveau buteur. Mercredi dernier, le leader de la division Pacifique a fait affaire avec les Calgary Flames et a réussi à libérer Elias Lindholm. L’attaquant suédois de 29 ans entamait ses derniers mois sous le maillot des Flames et l’organisation se devait donc d’agir. Avec Andrei Kuzmenko, les espoirs Hunter Brzustewicz et Joni Jurmo, un choix de premier tour en 2024 et un choix de quatrième tour conditionnel cette année, le changement n’a pas été mince pour les Flames.

Lindholm, cinquième choix des Hurricanes en 2013, ne connaît pas nécessairement sa meilleure saison. Le Suédois a marqué 42 buts en 2021-2022, puis 22 buts la saison dernière, mais il doit se contenter de 9 buts en 49 matchs jusqu’à présent. Il est particulièrement frappant de constater que son pourcentage de tirs (6,9 %) est nettement inférieur à celui des autres années. Cela peut être lié à toutes les inquiétudes qui entourent un contrat ou un échange. Au moins, avec Lindholm, les Canucks obtiennent un joueur qui n’apporte pas seulement de la qualité. Le Suédois peut envoyer un message dans presque toutes les situations.

Kuzmenko, âgé de presque 28 ans, en est à sa deuxième saison dans la LNH, mais il est loin d’avoir réalisé les mêmes performances que l’an dernier. Avec 39 buts, le Russe était alors une révélation et l’une des révélations de Vancouver. A Calgary, on espère qu’il pourra bientôt retrouver cette forme, même s’il semble trop tard pour un billet pour la post-saison. Brzustewicz, 19 ans, est actuellement un joueur de fond très prolifique dans la Ligue de hockey de l’Ontario. Jurmo, deux ans, défend la ligne bleue dans la ligue finlandaise.

L’homme qui était en partie responsable de cette transaction, le directeur général Patrik Allvin, a signé un nouveau contrat pluriannuel à Vancouver cette semaine. Cela fait de lui le deuxième membre du Front Office, après le président des opérations hockey Jim Rutherford, à rester à bord à long terme.

LES JETS SE RENFORCENT AVEC MONAHAN

Les échanges ont commencé tôt dans la Conférence Ouest, puisque juste après la publication de cet article, on a appris que Sean Monahan quittait les Canadiens pour Winnipeg. Monahan, un ancien Flame, réalisait une belle saison à Montréal avec 13 buts et 35 points. Le contrat de l’attaquant de 29 ans expirant cette saison, il s’agissait de la dernière chance d’obtenir quelque chose en retour.

Avec un choix de premier tour cette année et un choix conditionnel de troisième tour en 2027, les Habs peuvent commencer à se concentrer sur l’avenir. Winnipeg est en mode victoire immédiate et obtient un centre en Monahan qui a réussi à trouver le filet fréquemment, en particulier au cours de la décennie précédente. Ces dernières années, son physique l’a parfois laissé tomber, mais les Jets voient en lui un ajout bienvenu à une attaque déjà bien garnie.

BLAKE INTERVIENT ET RENVOIE MCLELLAN

Après plus de 4,5 saisons, l’ère Todd McLellan à Los Angeles a pris fin. Vendredi, le manager général Rob Blake a décidé de licencier son entraîneur après que l’équipe n’ait remporté que 3 de ses 17 derniers matchs. Ceci, d’ailleurs, après un départ canon où les Kings ont remporté 20 des 31 premiers matchs. Ils ont même établi un nouveau record dans la LNH en remportant leurs 11 premiers matchs à l’extérieur.

McLellan a été nommé en 2019 et a dirigé la franchise pendant des années difficiles de reconstruction. Les deux dernières saisons, les Kings ont atteint les séries éliminatoires, mais ont trouvé leur Waterloo au premier tour. Blake, qui est récemment passé derrière McLellan, a nommé vendredi l’assistant Jim Hiller comme entraîneur intérimaire jusqu’à la fin de cette saison. Âgé de 54 ans, Hiller n’a aucune expérience en tant qu’entraîneur principal au plus haut niveau.

Hiller n’est cependant pas un inconnu derrière le banc. Avant de rejoindre les Kings, Hiller a été assistant pour les Red Wings, les Islanders et les Maple Leafs, entre autres. Pour Todd McLellan, il s’agit d’un deuxième poste consécutif qu’il ne termine pas. En 2018-2019, l’ancien joueur d’Utrecht a été mis à quai à Edmonton après 20 matchs.

A lire également