NHL Weekly : Les détenteurs d’étoiles restent à Buffalo, un rebondissement à Winnipeg, Bédard est en liberté

Nous sommes libres ! Après des mois de spéculation, de compte à rebours et d’analyse, le Lightning de Tampa Bay et les Predators de Nashville ont donné mardi dernier le coup d’envoi de la saison 2023 – 2024. À partir de cette semaine, notre chronique régulière  » NHL Weekly  » reprend le vendredi après-midi. Dans la première édition de cette saison, nous avons eu droit, entre autres, à de belles prolongations de contrat et Daniel Sprong est déjà hors zéro ! Attachez vos ceintures, la saison 23 – 24 a enfin repris.

CONTRATS

RASMUS DAHLIN ET OWEN POWER « ENFERMÉS » À BUFFALO

Les Buffalo Sabres et Rasmus Dahlin ont mis fin à toutes les spéculations avant le début de la saison régulière. Le Suédois de 23 ans a signé un nouveau contrat de huit ans d’une valeur de 88 millions USD – 11 millions USD – le 9 octobre. AAV -. Cela fera du blue-liner le joueur le mieux payé des Sabres à partir de la saison 2024-2025, lui qui entame actuellement la dernière année de son contrat de trois ans (18 millions USD).

Le timing de la transaction suggère que le Front Office de Buffalo veut garder les esprits aussi calmes que possible. Dans le cadre de l’accord de core le moment est venu pour les Sabres non seulement de mettre fin à 12 ans d’absence de play-offs, mais aussi de viser haut dans la lutte pour la Coupe Stanley. Outre Dahlin, Tage Thompson – sept ans -, Dylan Cozens – sept ans – et Mattias Samuelsson – sept ans – sont également des joueurs à long terme.

Le Suédois a entamé sa sixième saison dans la LNH l’année dernière et a effectué sa dernière saison dans la LNH. rupture polie. Les premier du classement général de 2018 a marqué son meilleur score de sa carrière égalant Alexei Zhitnik, qui avait atteint le même nombre lors de la saison 1997 – 1998. En outre, ses 73 points lui ont permis de se hisser à la troisième place du classement de tous les temps de la défense (après Phil Housley, membre du Hall of Famer, en ’83 – ’84 et ’89 – ’90).

C’est sous l’aile de l’entraîneur Don Granato que le talent du Suédois s’est révélé. L’Américain de 56 ans a succédé à Ralph Krueger en mars 2021 et a donné à Dahlin un rôle plus libre. Au lieu de la zone défensive, le Suédois se penche désormais davantage sur la zone neutre. meilleur score en carrière saisons.

OWEN POWER SUIT DAHLIN

Les bureaux des Sabres ont été très occupés. L’encre du contrat de Dahlin n’avait pas encore séché qu’Owen Power apposait sa signature sur un autre engagement à long terme. Power, 20 ans, ancien premier choix, gagnera 8,35 millions de dollars par an sur une période de sept ans à partir de 2024-2025.

Power a connu une saison complète dans la LNH, au cours de laquelle il a récolté 35 points. Le joueur de fond était sur la glace en moyenne plus de 23 minutes par match. Le manager général Kevyn Adams a maintenant engagé une bonne partie de son jeune noyau pour les années à venir. Que les années grasses arrivent à Buffalo. Même si la saison a mal commencé avec une défaite 1-5 contre les New York Rangers.


REBONDISSEMENT CHEZ LES WINNIPEG JETS

Après la prolongation de contrat de Rasmus Dahlin, c’est une alerte  » Breaking News  » qui est venue de Winnipeg. En effet, à la veille du début de la saison, les Winnipeg Jets ont annoncé qu’ils avaient accordé à Connor Hellebuyck et Mark Scheifele un nouveau contrat de sept ( !) ans. Des contrats identiques – 8,5 millions de dollars AAV – à partir de la saison 2024 – 2025.

Au cours des derniers mois, des bruits de transaction ont régulièrement circulé dans les couloirs du Canada. Le gardien de but vedette Hellebuyck, en particulier, a souvent été sur le point de chercher le salut ailleurs, et pendant longtemps, la rumeur a été confirmée que le Canadien de 30 ans avait en fait posé sa candidature auprès du directeur général Kevin Cheveldayoff. Ce rebondissement surprenant est révélateur de l’état dans lequel se trouve la franchise canadienne. Avec le départ de Blake Wheeler et de Pierre-Luc Dubois, entre autres, rien ni personne ne semblait être une priorité pour l’équipe. reconstruction en chemin, surtout avec les années de souffrance après avoir atteint la finale de la Conférence en 2018.

Hellebuyck est l’un des meilleurs gardiens de la LNH et le lauréat du trophée Vezina 2020 a une nouvelle fois affiché des chiffres époustouflants la saison dernière (.920 sv%, 2,49 GAA). Dans presque toutes les catégories de la franchise, le nom du Canadien apparaît en tête et il est l’un des piliers de l’équipe de l’entraîneur principal Rick Bowness.

SCHEIFELE AUSSI PROLONGÉ

Mark Scheifele est un autre visage de la franchise. Les septième au classement général de 2011 a joué le meilleur de sa carrière la saison dernière (68 points) et malgré le fait que l’impact de Scheifele est estimé inférieur à celui de Hellebuyck, il ne fait aucun doute qu’il est aussi un joueur de premier plan. Scheif » fait partie du peloton de tête.


LINDY RUFF DEVIENT L’ENTRAÎNEUR PRINCIPAL DE « THE SHORE

Il y a un an, les fans voulaient dire au revoir à Lindy Ruff, mais l’entraîneur a réagi en réalisant l’une des meilleures saisons régulières de l’histoire de la franchise. Cela n’a pas nui à l’entraîneur de 63 ans, puisqu’il a signé un nouveau contrat pluriannuel cette semaine. Ruff semble donc pouvoir récolter ce qu’il a lui-même contribué à semer il y a quelques années. Après tout, ses Devils sont passés en quelques années du statut de club de base de la métropole à celui de prétendant à la Coupe Stanley.

Ruff a succédé à Alain Nasreddine en 2020 et a trouvé un club en reconstruction. Après deux septièmes places dans la division, les Devils, encore très jeunes, ont soudainement fait un bond en avant la saison dernière. Avec un hockey rapide, offensif et spectaculaire, Ruff et ses hommes ont conquis le cœur des supporters. Dans la région de New York, l’amour est devenu encore plus grand lorsque les Devils ont éliminé les Rangers au premier tour des playoffs. Un tour plus tard, la Caroline a mis les pieds dans le plat, mais au moins la NHL a été avertie de l’existence de ces Devils.


TODD MCLELLAN YEAR EXTRA LOS ANGELES

Les Los Angeles Kings et l’entraîneur principal Todd McLellan se sont mis d’accord sur une prolongation d’un an de son contrat actuel avant le début de la saison contre l’Avalanche du Colorado la semaine dernière. Le Canadien de 56 ans restera à la barre jusqu’à la saison 2024 – 2025, parallèlement aux contrats du GM Rob Blake et des entraîneurs adjoints Trent Yawney et Jim Hiller, entre autres.

McLellan est à la tête des Kings depuis la saison 2019 – 2020, après avoir succédé à l’entraîneur principal intérimaire Willie Desjardins. Après avoir remporté deux Coupes Stanley, la franchise s’était effondrée à tous les niveaux. Le contraste avec l’année précédente a changé la donne. Los Angeles a remporté de nombreux prix de la NHL, une ligne bleue solide comme le roc a donné un favori dans les séries éliminatoires de 2017 – 2018. Douze mois plus tard, l’équipe a terminé à la dernière place de la zone Pacifique.

La main de McLellan est devenue visible assez rapidement, mais la pandémie de COVID a jeté un énorme pavé dans la mare. Cinq ans et de nombreuses décisions judicieuses de la part de McLellan et du GM Rob Blake plus tard, le drapeau est suspendu très différemment. Deux participations à la post-saison plus tard, les Kings entament la saison 2023 – 2024 comme l’un des outsiders absolus de la Coupe Stanley.


RYAN HARTMAN TROIS ANS EXTRA GAME

Le Minnesota Wild et l’attaquant Ryan Hartman se sont mis d’accord sur un renouvellement de contrat de trois ans samedi dernier. L’Américain de 29 ans restera dans le Minnesota pour trois années supplémentaires – 4 millions USD AAV – et est déjà le troisième joueur à retenir le GM Bill Guerin plus longtemps. Ainsi, ces dernières semaines ailier Mats Zuccarello – deux ans, 4,125 millions de dollars AAV – et Marcus Foligno – quatre ans, 4 millions de dollars AAV – ont également proposé des prolongations de contrat. Les trois premières lignes offensives sont ainsi fixées au moins jusqu’à la saison 2024 – 2025.

Les premier tour de 2013 (Chicago Blackhawks) a souffert de blessures la saison dernière, mais a tout de même atteint 37 points (15 buts, 22 passes) en 59 matchs. Le plus important est sa complicité avec Karill ‘the Thrill’ Kaprizov, qui forme la première ligne à Saint-Paul avec Zuccarello. Les deux hommes étaient particulièrement en forme en 21-22, avec de nombreux buts et des passes décisives. meilleurs résultats en carrière chiffres.


ACTUEL

PREMIERS MATCHES DE CONNOR BEDARD

Il y a d’abord eu le battage médiatique autour de la sélection et, une fois celle-ci terminée, ce battage s’est transformé presque silencieusement en battage médiatique autour de son premier match dans la LNH. Lors de la sélection, on savait déjà que Bédard et les Blackhawks affronteraient Sidney Crosby et les Penguins. Le jeune Hawk a vécu tout cela avec modestie. Là où tout le monde le voyait déjà faire les plus beaux gestes et marquer les plus beaux buts, Bédard, lui, espérait le 10 octobre s’être assuré une place dans l’équipe.

Si sa pré-saison avec un seul but n’a pas été à la hauteur des attentes, son premier match l’a été. Bédard a été sur la glace pendant plus de 21 minutes et a profité de chaque occasion qui s’offrait à lui. Le jeune homme de 18 ans a dû faire face à de grands joueurs comme Kris Letang et Erik Karlsson lors de son premier match, mais il a tout de même réussi à marquer cinq occasions de but. Le plus grand nombre de Blackhawk. En deuxième période, alors qu’il tirait de l’arrière 0-2, il a également marqué son premier point. Bédard s’est attaqué à Karlsson et a été le fer de lance du but de Ryan Donato.

A la fin de la saison dernière, Pittsburgh a manqué l’occasion de se qualifier pour les playoffs contre les Blackhawks, et on peut donc s’attendre à ce que le sentiment de revanche soit bien présent dans la ville de l’acier. Cependant, au cours de la troisième période, mardi dernier, le pied n’a pas été mis sur l’accélérateur et les Hawks ont même accéléré le rythme. Résultat, Chicago a comblé un déficit de 0-2 et a quitté Pittsburgh avec une victoire de 4-2. L’histoire de Connor Bedard est presque terminée. Il ne lui manquait plus que son premier but.

PREMIER BUT

Celui-ci ne s’est pas fait attendre. Quelque 24 heures après ses débuts, le talent générationnel a été autorisé à faire une nouvelle apparition. Cette fois à Boston contre les Bruins, qui entamaient ainsi leur 100e saison. Bien que les B’s aient beaucoup changé par rapport à l’année dernière, ils étaient 3-1 trop forts pour Bédard et les Blackhawks. Le seul but des Hawks ? C’est leur nouveau super talent qui en est à l’origine. Après plus de cinq minutes de jeu, il a ouvert le score sur une passe de Taylor Hall, entre autres. C’était bien sûr un moment spécial pour le jeune homme, mais il a indiqué plus tard qu’il était surtout soulagé.


KUCHEROV MARQUE LE PREMIER BUT

En cette fin de soirée hollandaise du mardi, l’Amalie Arena de Tampa était le théâtre du premier match de la nouvelle saison. Le Lightning de Tampa Bay accueillait les Predators de Nashville et il serait étrange que le premier buteur de la saison 2023-2024 ne se retrouve pas quelque part dans ce match. Au vu des premières minutes de ce match d’ouverture, il serait également très surprenant que celui-ci ne porte pas le maillot du Lightning. Les hommes de Jon Cooper ont bien commencé et ont été récompensés de leurs efforts au milieu de la première période.

C’est Nikita Kucherov qui a mis son gribouillis sous le premier but de la saison. Grâce à l’égalisation de Ryan O’Reilly en deuxième période, son premier but avec son nouvel employeur, les deux équipes ont entamé la troisième période sur un score de parité 1-1. Grâce à 2 buts en supériorité numérique de Nicholas Paul, un tir de pénalité utilisé par Brandon Hagel et un but en cage vide de Kucherov, les Bolts ont arraché le match nul  nbsp;nbsp;5-3. Jusso Parssinen et Thomas Novak ont marqué pour les Predators.


MATTHEWS PATRON, BROCK BOESER SUPÉRIEUR PATRON

Une étape importante. Et ce dès le deuxième jour de la saison régulière ! Les Toronto Maple Leafs ont commencé la saison comme l’un des grands favoris pour la Coupe, mais face aux Canadiens de Montréal, ils ont connu un début de saison en dents de scie. Un peu plus loin au Canada, un autre favori a prouvé que les choses pouvaient être bien pires, mais nous y reviendrons plus tard. Les Leafs ont donc pris un mauvais départ et ont vu leur grand rival prendre une avance de 2-0.

Auston Matthews n’avait apparemment aucune envie de commencer la nouvelle saison par une déprime. La superstar de Toronto s’est mise en marche pendant un moment et a réalisé le premier triplé de la saison en NHL. Son premier de la soirée, après 15 minutes de jeu en deuxième période, a également marqué le 300e de sa carrière. Il n’est donc que le cinquième joueur de l’histoire de la franchise à atteindre ce cap. Mats Sundin (420 buts), Darryl Sittler (389), Dave Keon (365) et Ron Ellis (332) l’ont précédé. Soit dit en passant, après une séance de tirs au but, les Leafs l’ont emporté 6-5.

A Edmonton, ils pensent aussi faire partie des grands favoris, mais les Oilers devront se montrer très différents de leur premier match. La saison dernière, les Canucks de Vancouver avaient dû attendre le 27 octobre pour remporter leur première victoire, mais cette fois-ci, le succès a été immédiat. Et comment ! Rick Tocchet a vu son équipe triompher sur le score sans appel de 8-1 et avec quatre buts, Brock Boeser a été le grand homme. J.T. Miller et Elias Pettersson ont également terminé la soirée avec 4 points, mais ils ont marqué un but chacun et donné 3 passes.


DANIEL JUMP OUVRE LE BAL À DETROIT

La saison a également commencé pour Daniel Sprong et ses Detroit Red Wings. Les Wings ont débuté face aux Devils dans le New Jersey jeudi et se sont inclinés 3-4. Pour les Devils, c’était le grand show Jack Hughes, la jeune star ayant inscrit 2 buts, entre autres. Detroit a déjà eu un aperçu de ce que Sprong met sur la glace. Le natif d’Amsterdam a joué près de 15 minutes, a enregistré 2 tirs au but et a marqué son premier but pour les Wings.

Les 30 premières minutes de ce match, bien que divertissantes, n’ont pas été marquées. C’est Daniel Sprong qui a changé la donne après plus de 12 minutes de jeu en deuxième période. Notre compatriote a déjà marqué de plus beaux buts, mais il n’en était pas moins heureux de ce coup de chance. Sans chance, personne ne navigue, dirons-nous. Du côté de Detroit, Alex DeBrincat et Robby Fabbri ont également marqué.

A lire également