NHL Weekly : Les Ducks et les Flyers font des affaires, Fleury affronte Roy et bien plus encore !

Nous avons commencé la semaine de travail avec un échange que l’on ne voit pas tous les jours. En effet, Anaheim et Philadelphie ont échangé leurs meilleurs talents. Pour Marc-André Fleury, ce fut également une semaine spéciale (une fois de plus). Flower a en effet franchi une nouvelle étape. En outre, cette semaine NHL Weekly a été marquée par de nombreuses séries, tant positives que (très) négatives. Tant positives que (très) négatives. Alors asseyez-vous et détendez-vous, car il s’est passé suffisamment de choses dans la Ligue nationale de hockey cette semaine.

DIVISION ATLANTIQUE

PANTHERS LES PANTHERS S’ATTAQUENT À LEURS ADVERSAIRES

Qui arrêtera les Florida Panthers ? A l’heure actuelle, à l’Est, rien ne peut arrêter le finaliste de la Coupe Stanley qui a perdu la saison dernière. Jeudi, l’entraîneur Paul Maurice a vu ses troupes remporter leur neuvième victoire consécutive. Cela n’a pas été facile contre les LA Kings, mais qui d’autre que Sam Reinhart a aidé les Cats à remporter une victoire de 3-2 en prolongation. Pour l’attaquant, il s’agissait déjà de son 30e but cette saison et de son 7e dans les cinq derniers matchs.

Gagner neuf matchs d’affilée est déjà un exploit, mais le fait de regarder les adversaires ne fait que rendre cette série encore plus croustillante. En cours de route, les Golden Knights ont été battus deux fois et ont remporté des victoires contre les Rangers, l’Avalanche et les Blues. Pour établir un record de franchise, certaines choses doivent encore se produire. Après tout, en 2022, les Panthers ont remporté 13 matches d’affilée. Toutefois, grâce à leur série actuelle de victoires, les Cats sont sur les talons de Boston pour la tête de cette division.

REVERS POUR LES BRUINS

Lundi dernier, les Bruins de Boston se sont inclinés face au Colorado dans un match à suspense. Dans ce qui pourrait n’être qu’un prélude à la finale de la Coupe Stanley, les deux puissances ont marqué 3 buts, mais dans la séance de tirs au but qui s’imposait, Valeri Nichushkin a été le seul à trouver le chemin des filets. Cette défaite 3-4 est ennuyeuse pour Boston. Mais la perte de Linus Ullmark un jour plus tard l’est encore plus.

Toujours contre les Coyotes, les B’s n’ont pas eu assez de 60 minutes. A la moitié de la prolongation – dans un autre match nul 3-3 – le gardien Linus Ullmark a dû être aidé par deux coéquipiers pour quitter la glace. Ullmark avait déjà réalisé 31 arrêts, mais à la 32e minute, tout semblait aller de travers. Il a dû s’étirer et n’a pas réussi à mettre beaucoup de puissance sur sa jambe gauche. À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne savons toujours pas quelle est la gravité de la blessure et, par conséquent, combien de temps Ullmark (.915 sv% et 2,75 GAA en 21 matchs) sera indisponible.

Le raid de Jeremy Swayman à Tempe n’a pas duré longtemps. Le premier meilleur tir qu’il a vu a touché le filet derrière lui. Deuxième défaite d’affilée pour Boston, qui n’a pas réussi à renverser la vapeur à Vegas. Pour le 700e match de Brayden McNabb, c’est Alex Pietrangelo qui a envoyé les Bruins à l’hôtel avec une défaite 1-2 en prolongation. En partie à cause de la progression des Panthers, les Bruins perdent de plus en plus leur emprise sur cette division.

LES SABRES ENCORE PLUS EN DIFFICULTÉ

Si les Sabres de Buffalo veulent atteindre les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2011, ils doivent se mettre en jambes rapidement. La talentueuse troupe de Don Granato n’arrive pas à se rattraper régulièrement et dans la division, elle traîne quelque part en bas de l’échelle. Mardi dernier, les Sabres ont perdu pour la 20e fois en 41 matchs. Seattle s’est montré trop fort 5-2, mais le fait que le buteur Jeff Skinner se soit blessé fait encore plus mal.

Skinner, avec ses 17 buts, a été l’un des moteurs de Buffalo cette saison. Seul Casey Mittelstadt a marqué plus de points que les 33 de Skinner lors de la première moitié de la saison (35). Une blessure au haut du corps va maintenir l’attaquant sur la touche pour l’instant. La perte de Skinner est toutefois compensée par le retour de Kyle Okposo.

Le retour du capitaine a semblé inspirer les Sabres à se surpasser. Avec un Tage Thompson exceptionnel (2 buts), Buffalo a été 5-3 trop fort pour Ottawa jeudi. Les Sénateurs sont eux aussi sur une mauvaise pente, puisqu’il s’agit de leur cinquième défaite d’affilée et de la huitième en 11 matches sous la direction de Jacques Martin.


DIVISION MÉTROPOLITAINE

LES FLYERS ET LES CANARDS ÉCHANGENT LEURS TALENTS

Jamie Drysdale échange le comté d’Orange contre l’orange des Philadelphia Flyers. Lundi dernier, les Ducks et les Flyers ont échangé leurs (grands) talents. Drysdale, un blueliner très talentueux, part vers l’est tandis que Cutter Gauthier fait le chemin inverse. Outre Drysdale, Philadelphie reçoit également un choix de deuxième tour lors de la draft 2025.

Avec Gauthier, les Ducks ajoutent un autre attaquant talentueux à leur collection déjà bien fournie. Avec 2 buts et 12 points, l’Américain a été très productif lors de la victoire du WJC en Suède et est un autre produit du célèbre USNTDP. Il a été sélectionné en cinquième position lors de la draft 2022, mais attend toujours ses débuts en NHL. L’attaquant de presque 20 ans ne fera donc pas ses débuts dans l’équipe qui l’a sélectionné. Considéré comme l’un des plus grands espoirs offensifs, Gauthier fera son entrée dans un vestiaire qui comprend déjà Leo Carlsson (s’il est en forme), Mason MacTavish et Trevor Zegras (actuellement blessé).

Jamie Drysdale a presque deux ans de plus que Gauthier et a déjà accumulé les heures de vol nécessaires dans la LNH. Malheureusement, le développement de l’ancien sixième choix a été freiné par des malaises physiques au cours des dernières années. Cependant, son talent est incontestable. Surtout au niveau du palet, Drysdale possède les qualités nécessaires et c’est exactement pour cela que les Flyers l’ont engagé. Il devra notamment façonner le powerplay à Philly. En partie grâce à l’arrivée du jeune Pavel Mintyukov, les Ducks peuvent se contenter de cette défaite.

Daniel Briere s’est présenté peu après l’annonce avec une raison remarquable pour cet échange. Gauthier a été repêché par les Flyers en 2022, mais quelques mois après ce repêchage, il est devenu clair que l’attaquant préférait ne pas jouer pour la franchise. Il peut donc maintenant faire ce qu’il veut, tandis que le club gagne un excellent défenseur et un choix. De plus, le GM montre à son équipe actuelle qu’il n’hésite pas à prendre des décisions qui améliorent le groupe. Contre toute attente, les Flyers ont une chance de participer aux séries éliminatoires et Drysdale peut commencer à les y aider.

BONNE PREMIÈRE IMPRESSION

Mercredi, Drysdale a fait ses débuts avec les Flyers lors du match contre les Canadiens. Dans ce match, il a immédiatement montré pourquoi Briere le voulait. En effet, le jeune blueliner a été impliqué dans le 2-2 de Philadelphie en tant que pointeur, inscrivant son premier point à l’avance. Montréal a pris un bon départ dans ce match, mais ce sont les Flyers qui ont eu le dernier mot. Ils l’ont emporté 3-2 après une séance de tirs au but.

JACK HUGHES INDISPONIBLE POUR PLUSIEURS SEMAINES

Des semaines difficiles pour les supporters. Connor Bedard est sur la touche pour un certain temps en raison d’une fracture de la mâchoire subie lors du match contre les Devils, mais New Jersey n’est pas non plus sorti indemne de cette bataille. Jack Hughes a manqué la dernière partie et, malheureusement pour lui et les Devils, les choses ne s’arrêtent pas là. Le All-Star est indisponible pour quelques semaines en raison d’une blessure au haut du corps, selon son employeur.

Une blessure très gênante pour toutes les parties. Les Devils ne sont plus que l’ombre de l’équipe qui a été si performante la saison dernière et doivent tout mettre en œuvre pour atteindre les playoffs cette saison. Privés de certains de leurs joueurs vedettes, ils doivent maintenant essayer de rester au moins près de ces places. En effet, outre Hughes (15G, 30A), Timo Meier, Dougie Hamilton, Ondrej Plat, Tomas Nosek et Jonas Siegenthaler ont également été éliminés.

Sans ces hommes forts, les Devils se sont inclinés face au Lightning de Tampa Bay en Floride après un retour en force. Le New Jersey, affaibli, a comblé un déficit de 3-1, s’est longtemps montré supérieur, mais s’est quand même incliné 3-4 en prolongation. Cependant, le point qu’ils ont gagné lors de cette visite pourrait être très important. Le New Jersey est l’une des nombreuses équipes en lice pour une wildcard à l’Est. Cela vaut également pour le Lightning.


DIVISION CENTRALE

FLEURY SUR UN PIED D’ÉGALITÉ AVEC ROY

Juste avant le début de l’année, Marc-André Fleury est entré dans l’histoire en devenant le quatrième (et peut-être le dernier ?) gardien de but à franchir la barre des 1 000 matchs. Cette semaine, Flower savait que les projecteurs étaient à nouveau braqués sur lui. Le 6 janvier, Fleury et son Minnesota Wild ont battu les Columbus Blue Jackets 4-3 (après SO). Cette semaine, Flower savait que les projecteurs étaient à nouveau braqués sur lui. an sich n’est pas une grande réussite, mais le fait que Fleury ait remporté sa 551e victoire dans la LNH l’est certainement.

En effet, cela place le gardien de 39 ans sur un pied d’égalité avec le phénomène Patrick Roy. Roy, membre du Hall of Famer, a enregistré ses 551 victoires en 1029 matches joués pour Montréal et Colorado entre 1985 et 2003. Roy a remporté quatre coupes Stanley, devançant de peu Fleury, qui en a trois. Mercredi, Fleury a été le remplaçant de Jesper Wallstedt lors du match perdu contre Dallas. Pour Wallstedt, qui n’avait pas encore fêté son premier anniversaire lorsque Fleury a fait ses débuts dans la LNH, il s’agissait de son premier match au plus haut niveau.

Le gardien ayant remporté le plus grand nombre de victoires est (et restera très probablement) Martin Brodeur avec 691.

LES BLACKHAWKS GAGNENT SANS BEDARD

Nous ne pouvons pas profiter des actions de Connor Bedard pour les prochaines semaines, mais pour les Blackhawks de Chicago, bien sûr, la vie continue comme d’habitude. Ce n’est pas facile pour un club en plein marasme. Pourtant, le premier match sans Bédard a été une victoire 4-3 contre les Flames de Calgary. Une équipe en manque de forme et de points n’a donc pas réussi à prendre l’avantage sur une équipe de Chicago très enhardie.

En effet, Bédard n’est pas le seul joueur dans le coup. Les Blackhawks ont dû se passer de Taylor Hall, Andreas Athanasiou et Seth Jones depuis un certain temps déjà. Ce mois-ci, outre Bédard, Nick Foligno et Anthony Beauvillier ont rejoint le groupe des absents. Il est donc agréable de voir d’autres joueurs prendre le relais et contre les Flames, Colin Blackwell a été ce joueur. Ce centre de 30 ans, qui ne marque pas souvent, a permis à Chicago de battre les Flames avec deux buts.

JETS BANG ON

La meilleure équipe de la LNH se trouve actuellement à Winnipeg. Emmenés par l’entraîneur Rick Bowness, rien ne semble pouvoir arrêter les Jets. Grâce à des buts tardifs de Nikolaj Ehlers et Gabriel Vilardi, ils se sont imposés 2-1 face aux Blackhawks jeudi. Pour les Jets, il s’agit d’une huitième victoire d’affilée, ce qui constitue un nouveau record de franchise pour cette équipe. En 2017 et 2018, les Jets avaient déjà réussi à remporter sept matchs d’affilée, mais la huitième était un territoire inconnu jusqu’à cette semaine. La victoire contre Chicago est la 28e de la saison et, avec 60 points, les Jets sont désormais en tête de la LNH.

La performance des Jets est d’autant plus remarquable qu’elle s’est faite sans leur meilleur tireur, Kyle Connor. L’attaquant a été mis à l’écart pendant un mois, mais en voyant ses Jets, je suis sûr qu’il ne peut pas réprimer un sourire. Au cours de l’été, les Jets se sont débarrassés de Pierre-Luc Dubois, mais l’équipe ne s’en porte pas plus mal. Vilardi est l’un des joueurs arrivés de Los Angeles. Il a marqué son dixième but de la saison contre Chicago. Alex Iafallo n’a pas non plus démérité avec 17 points.

LES BLEUS AUSSI SURPRENNENT LES MAILLOTS DES BLEUS

Sous la houlette de l’entraîneur intérimaire Drew Bannister, les St. Louis Blues se portent très bien. Pour le démontrer une fois de plus, les champions 2019 ont battu jeudi à domicile les solides New York Rangers. Sous l’impulsion de Jordan Kyrou, St. Louis a été 5-2 trop fort pour les leaders de la Metropolitan.

Kyrou a bien commencé sous Bannister, mais a été sec dans les six derniers duels. Cependant, son triplé contre les Rangers a largement compensé. Pour les Blues, il s’agit de leur huitième victoire sur les 12 derniers matches. Du coup, ils se rapprochent très prudemment des places qui leur donnent droit à la postseason en fin de parcours.


DIVISION PACIFIQUE

LES CANUCKS FONT LA LOI DANS LA GRANDE POMME

A Vegas, on perd actuellement un peu plus souvent qu’à son tour et les Vancouver Canucks en profitent pleinement. Un triptyque apparemment difficile attendait l’équipe de Rick Tocchet à New York cette semaine, mais face aux Devils, aux Rangers et aux Islanders, les Canucks ont montré que leur première place n’était pas le fruit du hasard. Vancouver a quitté la Tri-State Area en balayant ces trois équipes, inscrivant un total de 17 buts au cours de ces trois rencontres.

En raison de la blessure de Jack, le Hughes Bowl contre les Devils est quelque peu dévalorisé, mais la victoire 6-4 des Canucks est néanmoins la bienvenue. Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience le choc du 8 janvier contre les Rangers. Deux puissances absolues de la NHL et de la publicité pour le sport. Une publicité qui avait particulièrement bon goût à Vancouver, puisque cette fois-ci, les Canucks l’ont emporté. Enfin, les retrouvailles avec Bo Horvat ont également profité à Vancouver. Avec 5-2, les visiteurs ont enregistré leur troisième victoire d’affilée et s’éloignent lentement mais sûrement de la concurrence dans la division Pacifique.

A Pittsburgh, les Penguins n’ont pas non plus réussi à stopper les Canucks. Les visiteurs ont eu besoin d’une rallonge pour remporter leur quatrième match consécutif à l’extérieur, mais un Elias Pettersson déchaîné a surpassé tout le monde et a inscrit son quatrième GWG d’affilée. Le Suédois réalise ainsi une première : jamais dans l’histoire de la NHL un joueur n’avait réussi à marquer le but de la victoire lors de quatre matches consécutifs à l’extérieur.

LES KINGS AVANCENT SANS COPLEY

Les LA Kings savent depuis cette semaine qu’ils ne pourront pas compter sur Pheonix Copley pour le reste de la saison. La saison dernière, le gardien originaire d’Alaska a été l’une des révélations des Kings. Parti de rien, le trentenaire s’est imposé comme un sauveur quand des valeurs sûres comme Calvin Petersen et Jonathan Quick tombaient à l’eau. Cette saison, Copley ne pourra malheureusement pas jouer un tel rôle. Il s’est déjà blessé le 15 décembre et, cette semaine, il est apparu clairement qu’une intervention chirurgicale au genou mettrait fin à sa saison.

Cependant, les Kings peuvent très bien se débrouiller sans Copley. Cam Talbot est le titulaire incontesté de LA depuis son arrivée et, en l’absence de Copley, David Rittich sert de remplaçant. L’entraîneur Todd McLellan n’a pas à se plaindre de ses performances, comme en témoignent les chiffres de Rittich. Après tout, avec un GAA de 1,62 et un pourcentage d’arrêts de .926, on peut rentrer à la maison plutôt bien.

JOUEURS MALCHANCEUX D’ANAHEIM

Les Anaheim Ducks ne feront pas les playoffs cette saison, mais pour le développement des talents, chaque match est important. Pour deux des plus grands talents, ce développement s’arrête pour l’instant. Trevor Zegras, dont la saison n’est déjà pas brillante, s’est cassé la cheville en début de semaine et sera mis à l’écart pendant environ deux mois après l’opération.

Défensivement, Pavel Mintyukov est considéré comme l’un des plus grands talents, mais son nom ne figurera pas non plus dans l’alignement dans un avenir proche. Mintyukov s’est blessé à l’épaule et devrait manquer un mois et demi. Sans ces joueurs, les Ducks n’ont pas fait le poids face aux Carolina Hurricanes jeudi. Les Hurricanes ont battu les Ducks 6-3 et ont enregistré leur sixième victoire au cours des six derniers matches.

DES SÉRIES, DES SÉRIES ET ENCORE DES SÉRIES….

La division Pacifique est la division des séries. L’une de ces séries est celle des Oilers d’Edmonton qui, sous la houlette de leur nouvel entraîneur Kris Knoblauch, présentent les symptômes d’un sérieux prétendant à la victoire. Après avoir commencé la saison sous la direction de Jay Woodcroft avec 3 victoires de plus en 13 matches, les Oilers sous la direction de Knoblauch affichent désormais un bilan de 19-6-0. Et même 17-3-0 lors de leurs 20 derniers matchs. Jeudi, les Oilers ont égalisé avec les Red Wings à Detroit pour leur neuvième victoire d’affilée. Ce faisant, ils ont égalé un record de franchise.

Edmonton a joué les prolongations à Motown. Ce n’est qu’en prolongation que les Oilers ont mis leur adversaire à genoux grâce à un but de Darnell Nurse. Mais le plus beau but est venu – surprise, surprise – du nom de Connor McDavid. Zach Hyman n’a pas été en reste et a inscrit son 26ee de cette saison. Samedi, les Oilers se rendent à Montréal et s’ils gagnent, cette équipe sera la seule à détenir le record de la franchise.

UNE BELLE VICTOIRE

La plus longue série de tous les temps appartient aux Sharks de San Jose. En effet, l’équipe Teal a été 3-2 trop forte pour les Canadiens de Montréal jeudi. Nikita Okhotiuk a inscrit le but de la victoire, mais c’est Mikael Granlund qui a fait le plus gros du travail. Le jeune Russe a marqué son premier but pour les Sharks, tandis que Mackenzie Blackwood a marqué sa première victoire sur la route pour le club.

Avec cette victoire, les Sharks mettent fin à une série de 12 défaites consécutives. Leur dernière victoire remontait au 12 décembre, lorsqu’ils s’étaient imposés à domicile face aux Jets de Winnipeg. Avec deux séries de défaites à deux chiffres, personne ne sera surpris d’apprendre que San Jose est la lanterne rouge de la NHL.

SEATTLE NE PEUT PAS ÊTRE FISSURÉ

Nous avons déjà eu des séries en Floride, à Edmonton et à San Jose. Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines ! Les Kraken de Seattle ont commencé la saison de manière un peu hésitante, ne ressemblant en rien à l’équipe qui a surpris amis et adversaires la saison dernière. Cependant, à la moitié de la saison, les Kraken sont de nouveau tout à fait eux-mêmes. Jeudi, Seattle a battu les Capitals de Washington 4-1 pour enregistrer sa huitième victoire consécutive.

Et ce n’est pas tout, puisque les Kraken sont sur une série de 12 matches au cours desquels ils ont remporté au moins un point à chaque fois. Cela fait de cette équipe, où le blueliner Vince Dunn mène la liste des meilleurs buteurs avec 34 points, un candidat pour les playoffs. Les LA Kings ont perdu leurs sept derniers matches et sont dans un profond marasme depuis un certain temps. Seattle en profite pleinement et est sur le point de rattraper les Kings dans la division.

A lire également