NHL Weekly : Pas de mesure chez les Oilers, des problèmes au New Jersey, Tippett huit ans de plus chez les Flyers et bien plus encore

Nous devenons un peu répétitifs à propos des Oilers, mais cela ne les dérange pas du tout à Edmonton. Ils continuent d’enchaîner les victoires et le record de tous les temps est désormais à leur portée. Les nouvelles sont moins bonnes du côté du New Jersey et de Philadelphie, entre autres, où plusieurs joueurs sont absents pour le moment. Nous essayons d’expliquer pourquoi dans ce NHL Weekly.

DIVISION ATLANTIQUE

RÉGULARITÉ À BOSTON

Pas de Bergeron ni de Krejci? Pas de problème pour les Bruins de Boston. C’est impressionnant ce que Jim Montgomery est en train de faire avec son équipe après la retraite de ces deux joueurs vedettes. Charlie Coyle est l’un des joueurs qui a pris la relève des deux joueurs de premier plan qui ont pris leur retraite. Coyle, âgé de 31 ans, se débrouille bien avec 17 buts, ce qui est déjà un record personnel pour le centre, mais Boston tourne toujours autour de David Pastrnak et Brad Marchand. Et les gardiens Jeremy Swayman et Linus Ullmark, bien sûr.

Les Bruins ont vu leur série de cinq victoires s’arrêter avec une défaite de 3-2 contre les Carolina Hurricanes mercredi. Le jeu de puissance des Canes avait déjà marqué deux fois avant que Brad Marchand n’égalise. Après un troisième but, cette fois de Jordan Martinook, Boston n’a pas pu s’en remettre. Un résultat décevant, mais dans la division Atlantique, les B’s sont toujours aux commandes. Les Florida Panthers sont les seuls à pouvoir les suivre, mais l’écart est déjà de cinq points.

KUCHEROV MAINTIENT LES BOLTS DANS LA COURSE

C’est une belle bataille pour la tête du classement des meilleurs buteurs. Un jour, Nathan MacKinnon mène d’une largeur de bande, mais un jour plus tard, Nikita Kucherov frappe à nouveau. Cette semaine a encore été brillante à cet égard. Avec 3 buts et une passe, Nikita Kucherov a presque à lui seul mené son Lightning de Tampa Bay à la victoire 6-3 contre les Flyers. Le Russe est ainsi devenu le premier joueur de la saison à atteindre les 80 points. La réponse de MacKinnon ne s’est pas arrêtée là. Avec quatre buts et une passe, il a contribué à la victoire 6-2 de Washington sur le Colorado.

Nikita Kucherov a offert plusieurs grands moments au cours de sa carrière, mais il a rarement été aussi productif que cette saison. En 2018-2019, le Russe a terminé la saison avec une récolte incroyable de 128 points. S’il continue sur le rythme actuel, Kucherov finira avec environ 140 points. Des chiffres vertigineux pour des joueurs qui ne s’appellent pas Connor MacDavid, mais à Tampa Bay, on a désespérément besoin de cette production aussi.

Le Lightning a déjà perdu contre Boston et la Floride dans la division et se bat avec Toronto pour la troisième place. Une place de Wildcard est encore possible, mais dans l’improbable et passionnante Conférence de l’Est, ce n’est pas non plus gagné d’avance.

JJ PETERKA MAINTIENDRA-T-IL GRANATO EN SELLE ?

Sur les médias sociaux, les appels à la démission de l’entraîneur des Sabres, Don Granato, se sont multipliés mercredi. La veille, Buffalo s’était incliné sans gloire face aux Ducks d’Anaheim et les fans en avaient assez vu. Cependant, la direction continue (encore) de faire confiance à Granato. Au moins pour un temps, ils ont eu raison. Dans le deuxième match de leur back-to-back en Californie, les Sabres renaissants ont battu LA, bien plus fort, sur le grill : 5-3.

L’homme fort des Sabres était cette fois un Allemand. John-Jason Peterka, ou JJ en abrégé, a gardé son premier match de 2 buts en NHL pour un bon moment. Avec Peterka qui excelle, Buffalo s’est débarrassé d’une partie de ce mauvais goût et Granato semble survivre (à nouveau). L’entraîneur a fait du bon travail la saison dernière avec une équipe très jeune, mais il n’arrive pas à faire en sorte que ce même groupe de jeunes passe à l’étape suivante cette saison. Le billet convoité pour la post-saison est très loin, menaçant les Sabres de manquer le bateau pour la 13e saison consécutive.

AMIS MATTHEWS ET BIEBER A SET

Pendant le All-Star Game, on veut dire… La NHL a décidé d’habiller sa fête annuelle différemment cette année encore. Le week-end prochain à Toronto, les All-Stars ne seront pas répartis par division, mais par une véritable sélection le jeudi. Celle-ci est effectuée par les capitaines désignés, qui reçoivent à leur tour l’aide d’une célébrité. Auston Matthews est – logiquement – désigné comme capitaine de l’une des quatre équipes et la superstar de l’hôte torontois sera aidée dans son choix par son bon ami Justin Bieber.

Le chanteur aurait également participé à la conception des maillots de ce All-Star Game. Outre Justin Bieber, l’acteur Will Arnett (équipe McDavid), le chanteur Tate McRae (équipe MacKinnon) et le chanteur et fan des Canucks Michael Buble (équipe Jack Hughes et Quinn Hughes) feront également des apparitions lors de la séance de sélection du 1er février. Les jours suivants seront consacrés, entre autres, au célèbre concours d’habiletés, au championnat d’Europe de football lui-même, mais aussi à la Ligue professionnelle de hockey féminin (PWHL) récemment créée.

Les choses sont devenues beaucoup plus sérieuses pour Matthews et consorts mercredi. Avec déjà son 39e but cette saison, l’Américain de 26 ans a été décisif dans le match contre les Jets de Winnipeg. Bien que les deux équipes ne manquent généralement pas de talent pour marquer des buts, le score était toujours de 0-0 après 60 minutes. En prolongation, Auston Matthews a permis aux Maple Leafs de marquer deux points importants. Par ailleurs, le rôle de l’excellent Ilya Samsonov dans cette victoire ne doit pas passer inaperçu.

LE MAUVAIS COUP DE GALLAGHER NE BLESSE PAS LES HABS

Après la nomination de Patrick Roy à Long Island, le monde du hockey attendait avec impatience le jeudi 25 janvier. Car c’était le jour où les Islanders se rendaient à Montréal, où Roy a remporté 2 Coupes il y a plus de 30 ans. Les Canadiens actuels n’en ont cure. La jeune équipe de l’entraîneur Martin St. Louis a commencé comme l’entraîneur de l’adversaire avait l’habitude de jouer : furieusement. Grâce notamment à un but tant attendu du capitaine Nick Suzuki, l’équipe locale a rapidement porté le score à 3-0.

Bien que les Islanders se soient repris, ils ont eu besoin d’une aide inattendue pour revenir dans le match. Après un très vilain coup de Brendan Gallagher sur la tête d’Adam Pelech, les visiteurs ont marqué deux fois pendant les 5 minutes de la supériorité numérique. À 3-3, le match semblait se diriger vers la prolongation, mais Sean Monahan n’était pas là pour ça. Son but en fin de match a mis fin à la série de trois défaites et, par la même occasion, a permis à Patrick Roy de subir sa deuxième défaite en trois matchs.

Adam Pelech, déjà miné par les blessures, n’a pas pu terminer le match. Gallagher a pu se retirer après ce coup et sera probablement suspendu pour quelques matches.


DIVISION MÉTROPOLITAINE

CINQ JOUEURS CANADIENS DE LA LISTE WJC 2018 SOMMÉS DE SE PRÉSENTER À LA POLICE, NOTAMMENT DANS LE NEW JERSEY ET À PHILLY THE BUCK

Cinq joueurs de l’équipe canadienne qui a participé au Championnat du monde junior 2018 ont été sommés de se présenter ou de se rendre à la police à London, en Ontario. Suite à un rapport du Globe and Mail, l’affaire concerne des accusations d’agression sexuelle, qui auraient eu lieu lors d’un gala le 19 juin 2018. Comme les accusations portées contre les joueurs ne sont pas encore définitives, le ministère public leur accordera un délai pour se rendre volontairement aux autorités.

La balle dans cette saga roule depuis un certain temps. En avril 2022, les accusations de la femme ont été rendues publiques, après quoi la police de l’Ontario – qui avait initialement classé l’affaire en 2019 – et Hockey Canada ont rouvert l’enquête sur les allégations. En octobre dernier, l’accusation a donné le coup de grâce en déclarant que des preuves suffisantes avaient été trouvées contre au moins cinq joueurs de l’équipe canadienne du CMJ 2018.

Par coïncidence, ces derniers jours, cinq joueurs de l’équipe canadienne concernée ont pris leur retraite du hockey pour une durée indéterminée. Michael McLeod, Cal Foote, Carter Hart, Dillon Dube et Alex Formenton (aujourd’hui actif en Europe) ont annoncé successivement qu’ils ne pouvaient plus se consacrer à ce sport pour diverses raisons. Bien que personne ne veuille se prononcer, le GM des Flyers, Daniel Briere, a confirmé entre les deux qu’ils voulaient attendre les résultats de l’enquête.

De tous les cinq joueurs, l’absence de Carter Hart à Philadelphie sera la plus difficile. Le Canadien de 25 ans était très bien jusqu’à présent en tandem avec Samuel Ersson et il quitte maintenant la NHL avec un sv% de .906 et une GAA de 2,80.

OWEN TIPPETT PROLONGE SON CONTRAT À PHILDAPELHIA

Rester à Philadelphie. Owen Tippett est l’une des têtes d’affiche des Flyers et l’un des principaux candidats à long terme pour occuper le poste d’entraîneur de l’équipe. noyau à servir. Le GM Daniel Briere n’a laissé planer aucun doute sur l’avenir de Tippett et a renouvelé le contrat de l’attaquant pour huit ans. Jusqu’à la saison 2031 – 2032, le Canadien de 24 ans sera sur la liste de paie pour une moyenne de 6,25 millions de dollars et empochera un total de 49,6 millions de dollars.

Cette saison, l’attaquant est l’un des joueurs les plus solides de l’équipe de l’entraîneur John Tortorella. Lors de ses sept derniers matchs, l’attaquant a marqué huit points avant de devoir abandonner en raison d’une blessure au bas du corps. Néanmoins, Tippett est en bonne voie pour franchir la barre des 30 buts pour la première fois de sa jeune carrière. OT a été impliqué dans l’échange à grand spectacle de Claude Giroux avec deux choix de draft le 19 mars 2022.

Même si la saison de Tippett a été excellente en général, de nombreux fans de la NHL associeront l’attaquant à son but du revers sans pareil contre les St. Louis Blues le 15 janvier. Après s’être emparé du palet dans sa propre zone, il a envoyé le joueur de ligne bleue Justin Faulk dans les bois, avant de tromper le gardien Joel Hofer d’un revers.


DIVISION CENTRALE

CHICAGO PROLONGE DE DEUX ANS LE CONTRAT DE PETR MRAZEK

Après les prolongations de Nick Foligno et Jason Dickinson, les Blackhawks de Chicago ont également prolongé le contrat de Petr Mrazek. La franchise de la Windy City a accepté jeudi dernier une prolongation de contrat de deux ans, ce qui permet au gardien de rester en poste jusqu’à la saison 2025-2026.

Depuis son arrivée de Toronto, on s’attendait à ce que le Tchèque de 31 ans aille au bout de son contrat et quitte le centre des États-Unis par la petite porte. Au Canada, le poste de fermeture a vu les palets voler autour de ses oreilles et a également eu une relation intime avec l’IR. Les besoins du Front Office étaient si importants qu’un choix de premier tour a été attaché pour se débarrasser de son contrat.

Pourtant, quelque chose a changé dans l’esprit du GM Kyle Davidson. Après que Mrazek ait également accumulé les blessures au cours de sa première saison, le scénario semble se réaliser. Pour la première fois depuis longtemps, le gardien est en forme pour longtemps et, avec un taux d’efficacité de .907, il donne tort à tous les détracteurs. Pour l’avenir, les Hawks ont associé Mrazek à l’espoir Drew Commesso, qui, pour sa première année de hockey professionnel en AHL, est en train de faire sa place.

LE PROPRIÉTAIRE DE L’UTAH JAZZ PLAIDE POUR L’IMPLANTATION D’UNE ÉQUIPE D’EXPANSION DE LA LNH À SALT LAKE CITY

Smith Entertainment Group – propriétaire du Utah Jazz – a soumis une offre officielle au siège de la NHL, afin de créer une équipe d’expansion dans l’Utah. Ryan et Ashley Smith ont annoncé mercredi dernier qu’ils avaient participé avec succès à une réunion avec Gary Bettman. Outre l’Utah Jazz, le groupe d’actionnaires contrôle également le club de football MLS Real Salt Lake, les Utah Royals et le Delta Centre. La prochaine étape est une réunion avec le conseil d’administration de la NHL, qui n’est pas encore programmée.

Les rumeurs de déménagement des Arizona Coyotes sont de nouveau omniprésentes. La franchise est en lice depuis des années pour quitter le désert et dispose actuellement d’installations comparables à celles de la NCAA. D’ailleurs, l’équipe de l’entraîneur-chef André Tourigny ne montre aucun signe d’inquiétude quant à l’état de la franchise. Avec un effectif bien équilibré, des espoirs exceptionnels et des kanditdates qui percent – bonjour Logan Cooley – les habitants du désert sont en lice pour les séries éliminatoires.


DIVISION PACIFIQUE

LES SHARKS SONT CHAUDS, LES OILERS TRÈS CHAUDS

Non, chers lecteurs, il ne s’agit pas d’une faute de frappe. Les Sharks de San Jose sont vraiment sur une série de victoires, qui s’étend actuellement sur trois matchs. Samedi dernier, le capitaine Logan Couture a fait son retour dans l’alignement et cela semble apporter une étincelle bien nécessaire. En effet, les Sharks ont battu les Ducks d’Anaheim (5-3) ce soir-là, puis ont égalisé contre les Kings (4-3 SO) et les Rangers (3-2 OT) au cours de leur modeste série de victoires. Une richesse sans précédent en ce moment dans la Bay Area, mais malheureusement, il y avait aussi de mauvaises nouvelles. L’homme fort Mario Ferraro s’est blessé à Los Angeles et sera absent pendant un certain temps.

En ce qui concerne les séries, il ne s’agit bien sûr que d’une seule équipe en NHL pour le moment. Les Edmonton Oilers ont déjà pulvérisé leur propre record de franchise et détiennent désormais le record canadien de tous les temps. Jeudi, ils se sont encore rapprochés des Pittsburgh Penguins. Au cours des premiers mois de l’année 1993, l’équipe vedette de Pittsburgh a enchaîné une impressionnante série de 17 victoires.

À LA POURSUITE DE L’HISTOIRE

Un peu plus récente est la série de 16 victoires des Blue Jackets de Columbus en 2016-2017. Ce sont les seules séries plus longues que celle d’Edmonton. Jeudi, ils ont battu Chicago 3-0 à domicile grâce à deux buts de Connor McDavid et un de Zach Hyman. On a déjà beaucoup parlé de l’impressionnant collectif d’attaquants des Oilers.

C’est pourquoi, dans cette rubrique, il convient de s’intéresser aux gardiens de but et aux joueurs de fond, car au cours de cette série de 15 victoires, les Oilers n’ont pas encaissé plus de 2 buts dans un match. Cela donne à Stuart Skinner un pourcentage d’arrêt plus qu’étonnant de .951 dans les huit matchs qu’il a joués en janvier. Cette avancée inimaginable des Oilers les place à un pourcentage d’arrêts de .648 au moment où nous écrivons ces lignes. C’est même un peu plus que les Golden Knights de Vegas, qui comptent pourtant plus de matchs et de points. Ce n’est vraiment pas mal pour une équipe qui n’a gagné que deux de ses 12 premiers matchs.

LES FLAMMES DE LA PHASE POUILLEUSE

Alors que les Oilers ont la tête dans les nuages, les choses vont beaucoup moins bien pour leur rival de la province de l’Alberta. Les Calgary Flames ont commencé cette saison avec un nouvel entraîneur et des attentes assez élevées, mais pour l’instant, ils ne sont pas à la hauteur. Avec 47 points, l’équipe est sixième de la division Pacifique et Calgary a perdu ses quatre derniers matches.

S’approcher des wildcards ne sera pas une mince affaire et l’entraîneur Ryan Huska devra aussi le faire sans Dillon Dube. L’attaquant a quitté l’équipe plus tôt cette semaine en raison de  » problèmes mentaux « , mais malheureusement, son nom est également lié à l’affaire Team Canada U20 2018.

A lire également