NLDS : Les Diamondbacks font un nouveau coup d’éclat et éliminent les LA Dodgers

A la fin de la saison régulière, il y avait un écart de 16 victoires entre les LA Dodgers et les Arizona Diamondbacks. Lors de ce NLDS, les Dodgers ont douloureusement compris que cet écart ne signifiait rien pour la post-saison. Les D-backs ont dominé les deux matchs à Los Angeles et ont terminé le travail devant leur propre public mercredi. L’Arizona avait besoin de deux matchs contre les Brewers dans le NLWC et était à égalité avec les Dodgers dans le NLDS après trois matchs.

LES D-BACKS FRAPPENT MAINTENANT DANS LA TROISIÈME

Il aura fallu attendre Dave Roberts et les Dodgers pour que la première manche se passe bien. Clayton Kershaw dans le match 1 et Bobby Miller dans le match 2 ont tous deux été mis sur la sellette par les Arizona Diamondbacks dès leur premier lancer. C’est à l’expérimenté Lance Lynn qu’il revenait d’empêcher cela dans le match 3. Roberts et les siens ont pu pousser un soupir de soulagement. Le starter, venu des White Sox, n’a eu besoin que de six lancers pour inscrire les trois zéros nécessaires au tableau.

Là où LA a misé sur l’expérience de Lynn, 36 ans, le manager des Diamondbacks, Torey Lovullo, a donné la balle à un rookie. Brandon Pfaadt affiche un ERA de 5,72 et 9 défaites en 19 matchs à la fin de la saison régulière, mais il a néanmoins entamé le match avec cette équipe de Dodgers remplie de stars et pleine de confiance. Âgé de presque 25 ans, Pfaadt a brièvement éprouvé des difficultés avec le premier frappeur, Mookie Betts, mais n’a pas eu de problèmes lors de sa première manche.

Bien que Lynn ait dû permettre quelques simples dans la deuxième manche, il a gardé la tête froide dans cette phase. La situation a changé du tout au tout lors de la troisième manche. Une balle rapide du vétéran a été frappée durement vers le champ droit par Geraldo Perdomo et a disparu dans les gradins pour un coup de circuit en solo. Lynn s’est remis de ce coup et a obtenu le premier retrait de Corbin Carroll. Malheureusement pour Lynn et les Dodgers, les ennuis allaient commencer.

D-BACKS PLAY LONG BALL

A Los Angeles, les runs ont fusé autour des Dodgers comme lors de la première manche et cette fois-ci, c’est au cours de la troisième que cela s’est produit. En effet, Ketel Marte a suivi l’exemple de Perdomo et a porté le score à 2-0 avec un home run en solo. Encore une fois, Lynn s’est repris avec un deuxième retrait rapide en la personne de Tommy Pham. Cependant, les deux frappeurs suivants ont mis à mal la confiance déjà fragile de Lynn et des Dodgers de Los Angeles.

Christian Walker a été le troisième de cette manche à jouer une longue balle. Un coup de circuit en solo n’est pas si grave, mais lorsque vous en donnez plusieurs en une manche comme Lynn, le score s’alourdit rapidement. Walker avait à peine fait sa ronde que la balle suivante sortait du stade. Celle-ci est sortie de la batte de Gabriel Moreno. Le receveur a ainsi porté le score à 4-0, mettant fin à la journée de travail de Lynn (2,2 IP, 6 H, 4 ER, 0 BB, 1 K). Caleb Ferguson devait maintenant servir de pansement pour arrêter l’hémorragie.

BELLE PERFORMANCE PFAADT

Pour les Diamondbacks, Pfaadt a stoïquement continué à faire ce qu’il avait fait tout au long du match. Il a ainsi rapproché les D-backs d’un sweep sur les Dodgers et de leur première NLCS depuis 2007. Après 42 lancers (4.1 IP, 2 H, 0 ER, 0 BB, 1 K), sa belle performance a pris fin dans la cinquième manche. Après un double du receveur Will Smith, Lovullo n’a pris aucune chance. Le manager a remis le sort de la rencontre entre les mains du bullpen.

C’est ce qu’a fait Dave Roberts à partir de 4-0, non sans succès. Ses releveurs ont réussi à empêcher les Diamondbacks de marquer d’autres points, mais le gros problème de LA est qu’ils n’ont pratiquement pas créé de danger eux-mêmes. Jusqu’à la septième manche. Avec Ryan Thompson sur le monticule pour Arizona, il n’y avait pas de problème au départ. Freddie Freeman et J.D. Martinez ont rapidement pu regagner l’abri.

LES DODGERS FONT QUELQUE CHOSE EN RETOUR

Les problèmes de Thompson ont commencé après un simple de Max Muncy et un autre simple de Will Smith. Avec déjà deux outs, la situation de LA n’était pas encore idéale, mais au moins ils ont mis un peu de pression. Le single RBI de Chris Taylor a ensuite redonné un peu d’espoir aux visiteurs et cela s’est renforcé après le single RBI suivant d’Enrique Hernandez. Les Dodgers avaient trouvé la connexion, alors que Taylor et Hernandez détenaient toujours deux bases. Le releveur Andrew Saalfrank a toutefois veillé à ce que le score reste inchangé avec ces deux points.

Rétrospectivement, ce furent les dernières convulsions des Dodgers cette saison. Il y a encore eu quelques coureurs dans les dernières manches, mais ils ne représentaient plus une grande menace. Le fermeur Paul Sewald a réussi à verrouiller cette série pour de bon en neuvième manche, en commençant par un strikeout pour Muncy. Smith a refusé de se résigner à l’élimination, mais son simple a été suivi de deux retraits rapides. Les Dodgers ont peut-être gagné 100 matchs en saison régulière, mais en post-saison, les Betts, Freeman et consorts sont devenus complètement muets.

SUIVANT :

Les Diamondbacks ont maintenant joué cinq matchs en séries éliminatoires et n’ont pas encore subi la moindre défaite. Ils ont battu le champion de la NL Central dans la NLWC et ont ensuite dû battre le vainqueur de la NL West dans la NLDS. À la surprise générale, l’équipe qui s’est qualifiée en dernier pour la post-saison se retrouve en NLCS. Là, le vainqueur de la série entre les Braves et les Phillies l’attend. Ils espèrent que Moreno se sera remis de la balle qu’il a reçue sur la main.

A lire également