Pourquoi cette guerre ? Je ne sais pas, nous voulons jouer au football, a déclaré Trpišovský, déçu.

Pourquoi cette guerre ? Je ne sais pas, nous voulons jouer au football, a déclaré un Trpišovský déçu.

On voyait bien qu’il n’était pas content du match. Le Slavia a mené au score, inscrivant même un deuxième but, mais l’entraîneur Jindřich Trpišovský a finalement dû se contenter d’un match nul 1-1 dans le derby contre le Sparta. « Je suis déçu de tout », a-t-il déclaré après le match de FORTUNA:LIGA.

Pourquoi le match a-t-il dérapé sur le plan émotionnel ?

« Je ne sais pas, nous voulions jouer au football. Ce n’est pas le style que nous voulons présenter. Nous voulions nous appuyer sur le derby précédent. Je ne peux pas répondre à cette question moi-même. Nous savions que le Sparta avait des kilos en trop par rapport à nous, donc pour contrôler le jeu, pour les mettre sous pression, nous devions être capables de gérer cela. Nous avons mal joué en première mi-temps. L’adversaire était plus vif, il faisait rebondir les ballons. Ce n’était pas une bonne performance de notre part. La deuxième mi-temps a été plus hachée ».

Êtes-vous déçu de la façon dont le match s’est déroulé sur le plan émotionnel et de ce qui s’est passé ?

« Je suis déçu du résultat dans son ensemble. Je suis déçu du penalty que nous avons concédé. Il y a peut-être eu un tir cadré en première mi-temps. Nous avons des joueurs techniques et créatifs comme Zafeiris et Oscar dans l’équipe, nous aurions dû créer plus de situations dangereuses. Je n’ai pas un bon sentiment à ce sujet ».

Comment avez-vous perçu la situation après l’expulsion des capitaines Jan Bořil et Ladislav Krejčí ?

 » Je n’ai pas vu la situation après le match, seulement sur le terrain… Il y avait plus de joueurs, donc je ne sais pas. Je reprocherai à Bořil de ne pas s’être impliqué parce que nous menions. Nous devions être à onze et compacts. Pour moi, cela n’aurait pas dû se produire. D’après ce qu’on m’a dit, c’est un autre joueur qui a plaqué Mojmir au sol qui a tout déclenché. C’est ce que j’ai ressenti. Les joueurs devraient se comporter différemment. Le derby est fait d’émotions, mais les gens ne retiendront que les bousculades et les rouges… »

Votre assistant Pavel Rehak a traversé le terrain en courant jusqu’à la ligne de touche, où il a bousculé des adversaires. Aurez-vous quelque chose à dire à ce sujet également ?

« Je ne l’ai appris qu’après qu’il soit entré sur le terrain. D’après ce que je sais, il voulait calmer la situation. Je discutais avec Provi de la façon dont nous allions réagir parce que Boril avait vu rouge. Ce n’est qu’après le match que j’ai appris que quelqu’un de l’équipe immobilière l’avait reçu.

Vous n’allez pas aussi toucher votre conscience ? Depuis le début du match, vous mettez la pression sur l’arbitre, vous lui criez dessus. Je ne pense pas qu’ils travaillent très bien dans cette atmosphère…

« Je ne pense pas que ce soit le cas. Je regarde beaucoup de football tous les week-ends et je ne sais pas ce que nous dirions à Mourinho et à d’autres entraîneurs similaires. Nous voulons jouer au football, au football combiné, garder le ballon au sol, le placer dans des zones dangereuses. Nous faisons appel à des joueurs techniques en conséquence et c’est pourquoi nous avons marqué 98 buts l’année dernière. C’est aussi pour cela que nous avons joué les matches qui se sont déroulés ici pendant notre ère de succès.

Ce derby ne sent-il pas la bonne humeur dans toute la ligue ? Le nombre de spectateurs est en hausse, les attractions aussi…

« C’est vrai. La fréquentation est excellente, beaucoup d’objectifs sont en baisse, nous devrions parler d’événements intéressants. Je m’attendais à ce que nous construisions sur les jeux de printemps, mais c’est un retour à un endroit où aucun d’entre nous ne veut aller. Nous avons fait de belles choses jeudi, mais ce n’est pas du tout comparable à ce qui s’est passé aujourd’hui.

Igoh Ogbu était de nouveau au point de penalty dans le derby. Qu’en pensez-vous ?

« Nous avons beaucoup parlé de la situation au printemps. Je ne sais pas s’il aurait pu réagir différemment à la balle de centrage maintenant. Pour moi, il s’agit plus d’une malchance que d’une erreur pure et simple ».

A lire également