Représentant à temps plein ? J’ai rejeté cette option, j’ai un travail partagé en Bohème, dit Veselý.

En équipe nationale à plein temps ? J’ai rejeté cette option, j’ai un emploi partagé en Bohême, déclare Veselý.

Jaroslav Veselý (46 ans) apprécie l’opportunité d’être l’assistant du nouvel entraîneur de l’équipe nationale tchèque de football Ivan Hašek. Il pense que son travail en tant qu’entraîneur principal du Prague Bohemians 1905 ne sera pas affecté. Il a un contrat avec l’équipe nationale jusqu’au Championnat d’Europe en Allemagne cet été, après quoi il évaluera s’il peut continuer à assumer cette double fonction. Il a refusé un emploi à temps plein avec l’équipe nationale parce qu’il a une charge de travail divisée au sein de l’équipe. C’est ce qu’il a déclaré lors d’une interview pour la télévision du club.

Hašek a été nommé entraîneur de l’équipe nationale il y a une semaine. Jaroslav Köstl, dont le frère Daniel joue pour Bohemians, occupe également le poste d’assistant aux côtés de Veselý. « Faire partie de l’équipe dirigeante de l’équipe nationale et avoir l’opportunité d’aller au Championnat d’Europe est certainement un grand honneur pour moi. Je le vois surtout comme une évaluation du travail effectué ici à Bohemka, par chacun d’entre nous, en particulier par les joueurs, qui ont la part la plus importante dans ce travail. Mon équipe dirigeante apporte la même contribution », a déclaré Veselý.

« J’espère que cela n’affectera pas du tout le travail à Bohemka. Au printemps, je ne serai absent que pour une réunion en mars, soit sept ou huit jours. Je pense que nous avons une équipe de mise en œuvre suffisamment bonne pour qu’elle se débrouille bien. Nous resterons en contact. L’autre événement où ma présence est requise est le stage pré-Euro, lorsque le championnat est terminé et que nous avons une période libre, puis l’Euro », a déclaré Vesely, 46 ans.

Absence par développement

Son absence des Bohemians lors du championnat en Allemagne dépendra de la réussite des Tchèques. « Pour l’instant, il semble que je manquerai sept à dix jours au début de la préparation. Nous verrons en fonction des résultats. J’aimerais que ce soit le plus long possible. Nous avons déjà une idée de la manière dont nous allons résoudre le problème », a déclaré Veselý, qui a travaillé avec Hašek aux Émirats arabes unis.

Alors que Hašek a un contrat jusqu’à la fin des qualifications pour la Coupe du monde, c’est-à-dire jusqu’en novembre de l’année prochaine, avec une option pour le barrage ou le tournoi final, Veselý n’a qu’une demi-année. « L’une de mes conditions était que je ne voulais pas d’un contrat à long terme. Je voulais six mois parce que je ne sais pas à quoi m’attendre. Je veux l’évaluer moi-même pour voir s’il est possible de le gérer comme ça après l’Euro », a déclaré Veselý.

« Je veux aussi donner à l’association la possibilité de décider si elle veut continuer à travailler avec moi. Et surtout avec la Bohême. Je veux que nous l’évaluions tous. Si nous constatons qu’elle est fonctionnelle et que les parties sont intéressées par la poursuite de la coopération – et j’évaluerai moi-même si elle est correcte et si la Bohême n’en souffre pas – nous pourrons continuer à discuter », a déclaré le natif de Hradec Králové.

Selon lui, les fans des « Kangourous » n’ont pas à s’inquiéter. « L’une des options était que je ne veuille pas rejoindre l’équipe nationale à plein temps et que je quitte Bohemka. J’ai immédiatement rejeté cette option, même si Ivan et moi avons une amitié humaine et professionnelle. Je ne pouvais pas l’imaginer pour le moment, car j’ai le sentiment que nous avons divisé le travail ici et je crois toujours que nous n’avons pas dit le dernier mot », a déclaré Veselý, qui dirigera l’équipe de Prague à partir de mars 2022.

Bohemka ne sera pas sur la touche

« Je crois toujours que nous pouvons parfois surmonter ce que nous avons fait ici. Je ne sais pas si ce sera cette saison ou la suivante. Si je sentais que je n’avais plus rien à donner ici et que l’équipe n’avait nulle part où aller, je pourrais l’envisager », a déclaré Veselý. Sous sa direction, les Bohemians ont terminé à une inattendue quatrième place la saison dernière et ont participé à leur première Coupe d’Europe en 36 ans. Pour la saison en cours, ils occuperont la neuvième place.

« N’ayez pas peur que j’ignore Bohemka et que je le mette sur la touche. Ce ne sera jamais le cas. Je dis déjà que j’ai Bohemka dans mon cœur pour toujours. En ce moment, je ne m’intéresse à rien d’autre qu’à Bohemka, elle passe toujours en premier pour moi. Quand j’irai en équipe nationale, il est logique que je travaille à 100 % pour l’association. Mais je pense qu’il est possible de la combiner et de la gérer dans ces périodes », a déclaré l’ancien entraîneur de la deuxième ligue Chrudim.

C’est sa famille qui souffrira le plus de son double rôle. « Je suis sûr qu’elle n’est pas contente, c’est peut-être elle qui a le plus de problèmes avec ça. Je veux les remercier de m’avoir permis de le faire à la maison et d’essayer. Tout comme les joueurs et les entraîneurs, ils ont des rêves. Je crois que nous pouvons réussir aux Championnats d’Europe », a déclaré Veselý, dont l’assistant à Bohemians est le fils de l’entraîneur de l’équipe nationale Ivan Hašek Jr.

A lire également