Sassuolo a surpris la Fiorentina et Barak, tandis que l’Inter avait à cœur de prendre trois points.

Sassuolo a surpris la Fiorentina et Barak, l’Inter a faim de trois points

L’Inter a battu Vérone 2-1 lors de la 19e journée de Serie A. Lautaro Martínez (26), leader du classement, a ouvert le score à la 13e minute, inscrivant son 16e but de la saison, et le remplaçant Davide Frattesi (24) a assuré la victoire dans les arrêts de jeu. Après trois victoires en championnat, la Fiorentina s’est inclinée face à Sassuolo (0-1). Antonín Barák (29) est entré en jeu à la 80e minute.

Les premières minutes de la rencontre appartenaient étonnamment aux joueurs aux maillots jaune et bleu. Tomas Suslov se frayait un chemin jusqu’à une position de tir dans la surface de réparation. Cependant, l’international slovaque n’a pas su gérer la situation de manière optimale et a seulement touché la jambe de Yann Sommer.

Et c’est ainsi que les joueurs de Simone Inzaghi se procuraient leur chance. Henrich Mchitaryan s’aidait d’un centre rapide et s’adressait ensuite à Martínez, qui dégageait le ballon d’une frappe au premier poteau. De l’autre côté, Milan Djuric prenait l’air mais envoyait le ballon directement dans les gants du gardien suisse.

Marcus Thuram aurait pu ajouter un tir de consolation sur son retour dans la surface. Mais le fils d’un père célèbre ne parvenait qu’à placer une tête dans un duel aérien où Lorenzo Montipe n’était pas inquiété. Après une combinaison à une touche de balle, Martínez centrait vers Hakan Calhanoglu à l’entrée de la surface, dont le tir puissant passait juste à côté du poteau droit. À la 74e minute, l’Inter était puni pour ses occasions manquées.

Ondrej Duda se voyait offrir trop d’espace sur le côté droit, puis tirait dans la surface de réparation. Thomas Henry, fraîchement remplacé, s’emparait du ballon et l’envoyait à destination d’un coup de genou. Dans les arrêts de jeu, les Nerazzurri convertissaient la pression finale en but. Le héros était Frattesi, qui profitait de l’hésitation de Montip et faisait trembler les filets sur le rebond. Henry aurait pu aggraver le score, mais sur le coup de pied de réparation, il n’a fait qu’effleurer la barre.

Le visiteur Andrea Colpani était le premier à conclure, mais il n’était pas à la hauteur de sa réputation de buteur, car son tir de l’extérieur des seize mètres passait à côté des trois poteaux. Cependant, son équipe continuait à se montrer dangereuse. Valentín Carboni poussait le ballon avec chance vers Dany Mota, qui le dégageait et trompait Stefano Turati, qui tombait sur le point de penalty.

La première menace sérieuse de Frosinone survenait après une demi-heure de jeu. Abdou Harroui recevait un coup de pied direct et plaçait un tir violent qui trompait Di Gregorio, qui se blessait quelques instants plus tard dans un duel avec un attaquant adverse. En l’absence de Di Gregorio, Mota gagnait le ballon au milieu du terrain et demandait à Carboni de marquer. Ce dernier n’a pas ignoré son offre et a terminé sa course en trompant les jambes de Turati du pied gauche.

Après le changement de côté, on retrouvait Carboni, qui s’échappait d’abord et cherchait ensuite son partenaire favori Mota. La passe de l’attaquant portugais n’arrivait cependant pas à destination, Matías Soulé l’envoyant dans ses propres filets à la suite d’une malencontreuse erreur défensive. Cependant, les Canaris réagissaient de manière fulgurante.

Harroui se taillait la part du lion, attrapant Alessandro Sorrentino dans un angle fermé et dégageant le ballon au-dessus de la ligne de but entre les mains du gardien nouvellement arrivé. À la 75e minute, Danilo D’Ambrosio a été contraint de tirer le frein d’urgence et a fait tomber Giuseppe Casa, qui s’était échappé, sur la ligne de but. L’outsider Soulé a tiré le penalty, mais cette fois-ci, il a célébré son geste en envoyant un tir dans l’épaule opposée de Sorrentino.

A la cinquième minute, Alberto Dossena aurait pu y contribuer, sa tête après un centre venu de la droite manquant de peu le cadre. Peu de temps après, l’équipe de l’autre côté était également en ébullition, lorsqu’un ballon mal renvoyé parvenait à Joan González, qui, sans aucun angle de tir, ne faisait qu’envoyer le ballon dans les filets du gardien de but, très vigilant.

Après une entame de match animée, le jeu devenait assez assourdissant et n’était interrompu qu’après une demi-heure de jeu par Gendrey, l’attaquant local. Le défenseur français profitait d’un corner et d’une tête précise pour inscrire son premier but sous le maillot giallorossi. À la 38e minute, le ballon était heureusement dévié vers Nikola Krstovic dans le petit espace blanc et, malgré le but à moitié fermé qui s’ouvrait devant lui, au lieu d’un but 2-0, la fin comique arrivait sur le drapeau de coin.

Même après le changement de côté, Lecce semblait être l’équipe la plus dangereuse, et son avance aurait pu être augmentée après une heure de jeu lorsque Mohamed Kaba s’élançait sur un centre rebondissant de la droite au milieu de la surface de réparation. Mais sa première touche de balle passe largement au-dessus. Les occasions manquées ont finalement coûté cher à l’équipe locale à la 68e minute.

Nicolas Viola envoyait le ballon d’une situation standard dans la zone idéale de la digue, où Oristanio le frappait d’un pied gauche tendu. Bien que Falcone ait fait de son mieux, son arrêt était juste au-dessus de la ligne de but. Les Rossoblu ont été plus proches du but décisif que leurs adversaires pendant le reste de la seconde période, mais rien n’a changé l’égalité finale.

Les visiteurs ne commençaient pas bien le match et encaissaient leur premier but dès la neuvième minute. Matheus Henrique trouvait Marcus Pedersen sur une belle passe en profondeur. Le défenseur norvégien conduisait ensuite le ballon dans la surface de réparation et, avec une passe en dessous de lui, il désignait un Pinamonti grand ouvert, qui ne commettait aucune erreur dans son rôle de gardien de but.

Sassuolo poursuivait sa belle prestation et inscrivait un nouveau but dix minutes plus tard. Cette fois, l’arbitre ne pouvait pas accorder le but car le buteur, Domenico Berardi, était hors-jeu. Les joueurs de la Fiorentina n’ont pas impressionné par leur performance à la fin de la première mi-temps et sont rentrés aux vestiaires avec un déficit d’un but.

Quelques instants après le début du second acte, les choses auraient pu être encore pires pour les Violets. Mais ils étaient une nouvelle fois sauvés par l’arbitre vidéo qui, après un coup de pied de but de Thorstvedt, révélait une position de hors-jeu très discutable de Matheus Henrique, qui bloquait la vue du gardien de but. L’équipe toscane est réveillée par ce but refusé et les joueurs en blanc commencent à mettre la pression sur leurs adversaires.

Cette pression a finalement abouti à un penalty à la 64e minute, Gian Marco Ferrari ayant joué de la main dans la surface de réparation. Le penalty était tiré par Giacomo Bonaventura, mais était brillamment arrêté par Consigli. Trois minutes plus tard, l’arbitre derrière le moniteur reprenait la parole. Lucas Martínez Quarta trouvait le ballon à l’entrée de la surface et trompait Consigli, impuissant, mais M’Bal Nzola et lui étaient en position de hors-jeu. La Viola ne parvenait pas à donner l’impulsion finale pour marquer et devait accepter la défaite.

A lire également