Selon la Commission des arbitres, le juge Szikszay a résisté au derby, mais il aurait dû exclure Preciado.

Selon la Commission des arbitres, le juge Szikszay a tenu tête au derby, mais il aurait dû exclure Preciado

Selon la Commission des arbitres de la Fédération tchèque de football, l’arbitre Ladislav Szikszay (34) aurait dû exclure l’invité Angel Preciado lors du derby de Prague entre le Slavia et le Sparta (1:1). Cependant, la commission a également déclaré dans son communiqué que Szikszay et ses collègues ont résisté à la pression de la neuvième journée de la première ligue et ont jugé correctement la plupart des situations de jeu.

A la 21e minute, l’Equatorien Preciado effectuait un tacle violent sur Lukáš Provodo, qui touchait son mollet avec la semelle de sa botte. Le défenseur central n’a reçu qu’un carton jaune de la part de Szikszay. Selon la Commission, l’arbitre vidéo (VAR) Marek Radina aurait dû intervenir dans cette situation.

A la 55e minute, Szikszay n’attribuait pas, à juste titre, un second carton jaune à Preciado pour son tacle sur Muhamed Tijani dans la zone hexagonale. Le penalty pour le Slavia n’était cependant pas évident. « Il ne s’agissait pas d’une faute d’imprudence, c’est pourquoi l’arbitre n’a pas donné de carton jaune à juste titre. Si l’arbitre n’avait pas accordé le coup de pied de réparation, il ne s’agirait pas d’une erreur manifeste et la VAR n’aurait pas dû intervenir », a déclaré la Commission.

Selon le nouveau manuel, à partir de cette saison, la commission discute publiquement de quatre situations de chaque tour, sélectionnées par les journalistes. Le deuxième penalty du derby pour la main du joueur slave Igoh Ogba, sur lequel Lukáš Haraslín a égalisé à la 11e minute, n’a pas été commenté par la commission des arbitres.

Rouge pour les deux capitaines

Les deux équipes ont terminé le match à dix après que le capitaine local Jan Bořil et le capitaine visiteur Ladislav Krejčí ont été expulsés à la 88e minute à la suite d’une échauffourée. Dans le même temps, l’entraîneur adjoint des Slaves, Pavel Řehák, et le manager de l’équipe du Sparta, Miroslav Baranek, ont également reçu un carton rouge pour s’être illégalement précipités sur le terrain lors d’une échauffourée collective.

La commission a décidé d’expulser les deux capitaines et a identifié Bořil comme le joueur le plus agressif.  » Il a d’abord saisi par derrière les épaules du joueur n° 28 de l’équipe visiteuse (Tomas Wiesner) et l’a ensuite repoussé. La confrontation s’est ensuite poursuivie entre les joueurs H37 (Krejci) et D18 (Bořil), qui se sont attaqués physiquement l’un l’autre en se giflant et en se bousculant violemment au niveau de la poitrine et du cou. D18 (Bořil) a ensuite poussé le joueur H22 (Haraslín) avec son avant-bras dans la région du cou, provoquant sa chute « , a décrit la commission.

Elle a rejeté les critiques de Szikszay et de ses collègues. « Les arbitres n’ont pas succombé à cette atmosphère et leur performance n’a pas été la cause principale de l’esprit dans lequel le match s’est déroulé. Les arbitres ont jugé correctement la plupart des situations de jeu et dans l’ensemble, de l’avis du KR, ils ont défendu le match », a déclaré la Commission, qui a également indiqué qu’elle demanderait aux arbitres de sanctionner plus systématiquement les comportements antisportifs des joueurs et des membres des équipes dirigeantes.

Rapport de match Slavia – Sparta 1:1

A lire également