Selon le Conseil, c’est Sparta qui a fait le plus grand changement. Il apprécie les visites, mais a été déçu par le derby « S »

Une affluence presque record, la grande forme des deux Prague « S », la révolte au tir de Marek Havlik (28) et la misère sans fin de České Budějovice. C’est dans cet esprit que s’est déroulé le dernier championnat d’automne, à l’issue duquel le Sparta a pris cinq points d’avance sur le Slavia. Cependant, ce dernier a un match à gagner. Dans une interview accordée à eFotbal.cz, l’entraîneur expérimenté de Dukla, Petr Rada (65 ans), a analysé les thèmes qui résonnent dans le football tchèque.

De votre point de vue, comment s’est déroulé l’automne du championnat ?

« Extrêmement intéressant. Nous avons vu beaucoup de bons matches, la seule ombre au tableau étant le derby de Prague ‘S’. Sinon, j’ai beaucoup aimé le Sparta et le Slavia. Ce n’est pas un hasard si ces deux équipes sont surclassées par tout le monde, elles pratiquent le meilleur football. On peut dire que l’automne du championnat s’est terminé comme prévu. Ce qui m’a surpris, c’est peut-être seulement l’écart significatif de Plzeň, troisième. Je pensais qu’ils seraient un peu plus proches de la deuxième place.

Les supporters ont apprécié le championnat, l’affluence moyenne (6 411 spectateurs) étant la deuxième plus élevée de l’histoire de la première compétition tchèque. Y voyez-vous une nouvelle preuve de l’essor du football tchèque ?

« A mon avis, la qualité des stades y est pour beaucoup. La plupart des clubs ont déjà des stades modernes et les gens les apprécient, comme cet automne à Hradec. Même si je ne suis pas encore allé dans le nouveau stade, j’ai entendu tous les superlatifs à son sujet. Dommage qu’il n’ait pas été construit plus tôt, mais mieux vaut maintenant que jamais. Sinon, le Sparta et le Slavia en particulier sont très fréquentés, l’atmosphère y est, en un mot, merveilleuse. Ensuite, je dois mentionner Baník, Bohemka et Slovácko, mais les gens viendront toujours dans ces clubs.

Mais il y a encore des clubs où la fréquentation n’est pas aussi glorieuse, n’est-ce pas ?

« Je suis frappé par la faible affluence à Liberec, Jablonec et Mladá Boleslav. C’est un problème de longue date, alors qu’à Liberec, par exemple, les gens venaient au football. Mais si seulement 1 500 spectateurs viennent dans les tribunes, je trouve cela terriblement bas. Comme à Boleslav. C’est un peu artificiel, mais il y a des joueurs intéressants. S’ils marquent autant de buts que le Slavia, mais qu’ils ont le troisième plus petit nombre de spectateurs à la maison, il y a quelque chose qui ne va pas.

D’autant plus que de plus en plus de supporters viennent à Zlín, qui bat de l’aile depuis le début de la saison. Il y a de quoi réfléchir. Mais je suis heureux que le championnat se soit globalement redressé, même du point de vue des spectateurs. C’est particulièrement bien que toutes les équipes jouent désormais sérieusement à domicile, que plus personne ne doive jouer en exil. C’est une chose très importante pour moi. Vous avez un stade, vous pouvez participer au championnat. C’est ainsi que les choses devraient être. Et je ne dis pas cela parce que Vyškov est en tête du classement de deuxième division.

Le premier est mené par le Sparta avec cinq points d’avance. Qu’avez-vous pensé de leurs performances automnales ?

« Sparta est le club qui a le plus progressé. Il s’est calmé, il s’est ressaisi. Lorsque l’entraîneur Priske est arrivé, j’ai entendu des craintes qu’il ne soit pas un autre Stramaccioni, mais c’est quelqu’un de complètement différent. Il a fait du bon travail, tout comme Tomas Rosicky. De plus, le Sparta a frappé les étrangers.

Après une très longue période. Qu’il s’agisse de Laci, Kairinen, Birmancevic, Preciado ou du gardien Vindahl, ils ont tous apporté une réelle qualité, ce qui a énormément aidé le Sparta. Je ne dis pas que tous les renforts étrangers ont fonctionné, mais la plupart d’entre eux ont fonctionné. C’est pourquoi le Sparta est si bon. Les visites ont été excellentes.

Sans compter Lukáš Haraslín, quel joueur étranger du Sparta avez-vous le plus apprécié à l’automne ?

« Asger Sörensen. Je l’ai observé à Nuremberg et je pense que c’est un très grand footballeur. Sur le terrain et dans son caractère. C’est un homme extrêmement intelligent et humble, mais Veljko Birmancevic est également excellent. C’est un joueur rapide qui peut marquer des buts. On dit que les footballeurs du sud ont la tête un peu chaude, mais lui, il a la tête bien faite ».

Même si le Sparta a remporté le titre cet été, de nombreux experts ont estimé que le Slavia était encore mieux loti. Est-ce toujours le cas ?

« Je ne pense pas que ce soit le cas. Je ne veux pas dire que le Slavia a mal joué, mais je préfère le Sparta depuis six mois. Les Slaves ont une bonne condition physique, ils peuvent distancer beaucoup d’adversaires. Cependant, ils font encore jouer trop de joueurs inutilement à mon goût. Ils ont un effectif encore plus large que le Sparta et l’entraîneur Trpišovský en profite. Je n’ai rien contre cela. Je pense simplement que le Sparta est un peu plus cohérent.

Le milliardaire Pavel Tykač se dirige vers l’Eden. Sparta doit-il commencer à s’inquiéter ?

« Je pense que ce n’est qu’une bonne chose qu’un milliardaire comme lui vienne au football. Surtout s’il est fortement lié au Slavia, il a noué un lien fort avec lui. S’il était entré dans le club il y a dix ans, la situation serait encore meilleure. Il suffit de regarder M. Křetínský. Même si certains ne l’aiment pas, je dis que tout le monde doit lui être reconnaissant. C’est lui qui a maintenu le Sparta à flot pendant de nombreuses années. Je voulais vraiment qu’il remporte le titre parce qu’il le méritait vraiment.

S’il a maintenant un concurrent sur la carte du championnat en la personne de M. Tykač, ce sera une autre grande nouvelle pour le football tchèque. M. Tykač, comme lui, ne viendra pas au club pour gagner de l’argent, mais pour l’aider à se hisser encore plus haut. C’est formidable quand des personnes comme ces deux-là s’intéressent à notre football. »

Jindřich Staněk, de Plzeň, pourrait s’ajouter au duo de gardiens déjà solide du Slavia. Cela vous a-t-il surpris ?

« Je ne sais pas si les négociations sont sérieuses ou non, je ne le sais que par les journaux. Mais bien sûr, je ne m’y attendais pas. Si cela avait marché, cela aurait été une bombe, probablement le plus gros transfert de la ligue ces dernières années. Stanek est un très bon gardien. La question est de savoir si le Slavia a vraiment besoin de lui, car Mandous et Kolář ont également de grandes qualités. Mais le Slavia fait de bons transferts à long terme. Il a du flair. Je crois qu’il a un plan clair pour les gardiens, et peut-être que Stanek s’y intègre. Mais ce n’est pas une question pour moi ».

Dix points derrière Slavia se trouve Pilsen, qui a survolé le groupe de la Conference League. Qu’en pensez-vous ?

« C’est un énorme succès. Certains diront qu’elle a eu un groupe facile, mais je ne le pense pas. Après tout, le Dinamo Zagreb était très fort dans ce groupe et elle l’a battu deux fois. Chapeau aux garçons. On peut voir qu’ils se sont davantage concentrés sur les coupes que sur le championnat cette fois-ci, mais pourquoi pas. C’est vraiment incroyable ce qu’ils ont fait. Je tire également mon chapeau au Sparta et au Slavia. Grâce à ce trio, nous avons connu le meilleur automne de notre histoire dans les coupes, ce qui mérite d’être souligné.

Slovácko n’est qu’à un point de Plzeň. Êtes-vous surpris qu’ils soient encore si loin ?

« Pas vraiment. L’équipe est soudée depuis de nombreuses années et elle porte ses fruits. Elle n’a rien à envier au Prague S, mais personne dans la ligue n’a rien à envier à lui. La seule chose qui me fait un peu peur avec Slovácko, c’est l’âge des joueurs importants. Je ne pense pas que la reconstruction de l’équipe se fasse au rythme voulu. Des gars comme Kadlec, Petržela, Danicek ou Reinberk ne seront jamais meilleurs. S’ils quittent tous l’équipe en l’espace d’un an, ce sera un gros problème pour Slovácko. Mais d’ici là, ils resteront au sommet et le mériteront. Je ne suis pas surpris qu’ils puissent suivre le rythme de Plzeň. »

Le milieu de terrain Marek Havlík, meilleur buteur du championnat avec dix buts, a brillé sous le maillot de Slovácko à l’automne. À votre avis, devrait-il pouvoir affronter le Sparta, le Slavia ou Plzeň ?

« C’est difficile à dire. Je ne sais vraiment pas. Il a été à Slovácko tout le temps et maintenant il joue vraiment bien. Il ne lâche rien, il marque de beaux buts. C’est une bonne chose. En même temps, il est frappant de constater qu’aucun attaquant n’est en tête du classement des buteurs. On parle toujours de Kuchta, Jureček, Chory et bien d’autres, mais aucun d’entre eux n’a brillé à l’automne. Havlik leur a jeté le gant à tous. En général, il y a des attaquants comme le tonnerre dans la ligue, mais aucun boulet de canon franc parmi eux. S’il y en avait un, il serait devant Havlik, même si la rotation fréquente des joueurs y est pour quelque chose. Au Slavia en particulier, les attaquants ont du mal à s’adapter à cette situation. Je pense néanmoins que Jurecka aurait dû marquer plus de buts ».

Vasil Kušej, de Mladá Boleslav, a marqué six buts et délivré sept passes décisives. A votre avis, est-il le meilleur joueur de la compétition ?

« C’est sans aucun doute un très bon joueur de football. Cependant, au début de l’automne, il a été blessé par le fait qu’il se voyait probablement ailleurs. Il y a eu des rumeurs selon lesquelles il pensait à un transfert, mais heureusement, il s’est repris et a réussi à se faire une place dans l’équipe nationale. Il est très habile. C’est un joueur de vitesse, il est très agréable à voir jouer en un contre un. Ce n’est pas un boulet de canon classique dans la surface, c’est plutôt un remplaçant, mais c’est peut-être mieux comme ça. Il a beaucoup progressé ces derniers temps et j’ai vraiment envie qu’il continue dans cette voie ».

Quels conseils lui donneriez-vous pour son avenir ? Devrait-il rester à Boleslav pour la partie printanière du championnat et se frayer un chemin jusqu’à l’EURO, ou est-il temps d’aller voir ailleurs ?

« Il doit prendre cette décision lui-même. S’il veut aller dans un meilleur endroit, ce n’est pas étonnant. Ce serait une erreur s’il ne le faisait pas. Mais il doit penser qu’il est encore très jeune et qu’il ira certainement à l’étranger. Mais s’il part maintenant et fait le mauvais choix, il pourrait passer les six premiers mois sur le banc et perdre les Euros. C’est à lui et à Boleslav de décider. Si une offre adéquate se présente, ils le laisseront probablement partir au cours de l’hiver. Cependant, je serais enclin à le garder et à me battre pour le Championnat d’Europe. Si cela fonctionne, il pourra choisir encore plus. Boleslav aussi, bien sûr ».

Nous avons parlé des équipes et des joueurs qui se sont bien comportés. Mais qui vous a déçu en championnat à l’automne ?

« Je ne vois aucun joueur pour l’instant. Je ne pense même pas qu’il y ait eu quelqu’un au Sparta ou au Slavia qui n’ait pas aimé l’automne, je ne pense pas avoir quelqu’un comme ça. Mais je dois mentionner la dernière équipe, České Budějovice. C’est évident.

Pourquoi pensez-vous qu’ils n’ont pas obtenu de bons résultats ?

« C’est difficile. En même temps, il y a des joueurs comme Adediran qui jouaient très bien avant. Mais je pense que le Dynamo s’est débarrassé de Mršić et Čolić de manière imprudente, et je n’ai pas du tout compris la suspension de Jakub Hora. C’est un très bon footballeur et ils l’ont jeté par-dessus bord. De plus, personne n’a expliqué pourquoi cela s’est produit. Je ne comprends pas vraiment. C’est comme la façon dont ils ont résolu le problème de l’entraîneur. Il doit toujours y avoir un seul entraîneur principal. Il n’est pas possible qu’il y ait deux égaux complets l’un à côté de l’autre, cela ne fonctionne pas comme ça dans le football. Ce n’est vraiment pas le cas. Mais si Zapotocny et Niklem sont arrivés ensemble et ont essayé d’agir comme un seul homme à l’extérieur, ils auraient dû partir ensemble. Cela aurait été logique.

Mais je reconnais aussi que M. Podrouzek a vécu une période très difficile. Ayant été journaliste auparavant, il faut un certain temps pour se sentir à l’aise dans un rôle de footballeur. Je ne l’envie pas du tout pour la situation dans laquelle il s’est retrouvé. On aurait peut-être pu lui donner plus de temps. Il faut de l’expérience pour être directeur sportif et il n’en avait pas. Ou alors il l’avait, mais seulement de l’extérieur. Il n’a vraiment pas eu la tâche facile, surtout quand Ceske Budejovice n’allait pas bien du tout. Mais je ne les exclurais pas tout de suite ».

A lire également