Série mondiale : Kelly déchaîné aide les Diamondbacks à battre les Rangers dans le deuxième match

Comment prendre le momentum d’une équipe qui vous fait mal en fin de match ? C’est simple, vous mettez ce bon vieux Merrill Kelly sur le monticule et vous le laissez faire son travail contre les Texas Rangers. Le starter de 35 ans a été exactement ce dont les Diamondbacks de l’Arizona avaient besoin dans le deuxième match. Sous la houlette du vétéran et des batteurs réveillés, les D-backs ont remporté une victoire facile. Avec des chiffres retentissants, les Rangers ont été vaincus, rééquilibrant le classement dans ce match au meilleur des sept manches.

LES STARTERS COMMENCENT FORT

Jordan Montgomery avait déjà livré deux belles performances au nom des Rangers dans cette post-saison et n’avait manifestement pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. S’il souffrait de nervosité, Montgomery l’a bien cachée dès la première manche. Il a eu besoin de 14 lancers pour retirer trois D-backs.

Merrill Kelly a peut-être dépassé les 30 ans, mais tout cela était nouveau pour lui aussi. Le batteur Marcus Semien a commencé le match par un long at-bat. C’était peut-être exactement ce dont Kelly avait besoin. Après sept lancers, le starter a obtenu son premier retrait (et un strikeout), ce qui a rendu les choses plus faciles pour lui. Les deuxième et troisième retraits ne se sont pas fait attendre. Cela s’est avéré être un signe avant-coureur pour les Rangers des choses à venir.

MORENO ROMPT LE CHARME

Montgomery et Kelly ont dominé les premières manches. Dans ce duel entre les deux joueurs, il fallait s’attendre à ce que quelqu’un cligne des yeux et malheureusement pour l’équipe locale, c’était son Jordan Montgomery. Après trois manches pratiquement sans faille, Gabriel Moreno, après un long AB, a mis son bâton sur la balle pour un coup de circuit en solo. Une frappe lourde de conséquences, car les Rangers avaient besoin de faire quelque chose à ce moment-là qu’aucune autre équipe n’avait encore réussi. En effet, l’Arizona n’avait encore jamais perdu en séries éliminatoires après avoir marqué le premier point du match.

Pour Jordan Montgomery, cependant, cette manche n’était pas encore terminée. Il a vu Tommy Pham frapper un double qui a permis à Lourdes Gurriel Jr. de porter la marque à 2-0 avec un simple RBI. Montgomery s’est ensuite repris et a empêché les Diamondbacks de marquer en cinquième manche. Son collègue n’a pas pu en dire autant, puisque c’était au tour des Rangers de marquer un point en cinquième manche. Mitch Garver a frappé fort pour son troisième coup de circuit de ces séries éliminatoires, ce qui a permis au club local de s’inscrire au tableau indicateur.

SMALL SMET

Il s’agissait d’un défaut de beauté qui pouvait aussi être rapidement balayé par Merrill Kelly. Le vétéran a accéléré le rythme en éliminant Marcus Semien, Corey Seager et Evan Carter dans la sixième manche. Son équipe de frappeurs a ensuite veillé à ce que le starter poursuive son match avec un beau tampon dans la septième manche. En effet, avec un double d’Alek Thomas suivi d’un simple RBI d’Evan Longoria, les D-backs ont mis fin à la journée de travail de Montgomery (6.0 IP, 9 H, 4 ER, 1 BB, 0 K).

Avec Longoria en première base, le releveur Andrew Heaney a commencé sa tâche. Il a vu Geraldo Perdomo mettre Longoria en position de marquer grâce à un amorti. Corbin Carroll a aidé le vétéran à franchir le marbre avec un simple RBI. L’avance est donc de 4-1. Heaney a cédé la balle à Dane Dunning, qui a réussi à arrêter l’hémorragie dans cette manche. Cependant, le Texas se retrouve avec un déficit de 4-1, et avec Kelly dans cette forme, c’est une montagne à gravir.

Merrill Kelly contrôlait bien son nombre de lancers et Torey Lovullo l’a donc renvoyé au monticule pour la septième manche. Ce n’est pas un mauvais choix, car le starter a continué à dominer même à cette heure tardive du match. Adolis Garcia, le héros du match 1, et Jonah Heim ont obtenu trois coups sûrs sur Kelly et avec Mitch Garver, le starter a reçu l’aide du champ intérieur. Après seulement 89 lancers (7.0 IP, 3 H, 1 ER, 0 BB, 9 K), Kelly a passé le relais au bullpen. Ses releveurs ont pu se mettre au travail avec une avance relativement confortable de 4-1.

BUFFER

Ou pas. En effet, dans la huitième manche, les Diamondbacks se sont attaqués de plein fouet aux releveurs des Rangers. Avec Martin Perez sur le monticule pour le Texas, les bases, avec deux retraits sur le tableau, étaient chargées. Les D-backs n’ont pas eu besoin de quelque chose de spectaculaire pour y parvenir, puisqu’un simple et deux promenades ont suffi. Ketel Marte a donc eu l’occasion d’entrer dans l’histoire. Son simple RBI de 2 points a non seulement permis aux D-backs de prendre l’avantage 6-1, mais Marte a également porté sa série de frappes en séries éliminatoires à un nombre sans précédent de 18 matchs. Le joueur de champ intérieur a jeté les bases de cette série en 2017 et continue de la développer six ans plus tard.

Revenons au match, alors que les D-backs détenaient toujours deux bases avec Corbin Carroll au bâton. La recrue a réussi un simple RBI sur lequel Geraldo Perdomo a pu marquer 7-1. Emmanuel Rivera a signé un simple RBI de 2 points en neuvième manche. Jace Peterson et Gurriel Jr. ont marqué les points suivants, ce qui a donné des chiffres très clairs : 9-1.

Alors, les Rangers avaient-ils quelque chose à jouer après la disparition de Kelly ? Pas vraiment. Andrew Saalfrank n’a eu besoin que de 12 lancers en huitième manche, mais il s’est heurté à un simple de Semien en neuvième manche. Lovullo n’a pris aucune chance et a laissé Luis Frias terminer le match. Garcia a bien marqué un autre point, mais les Rangers ne se sont pas montrés menaçants. Après un premier match passionnant, le deuxième match était clairement à l’avantage des Diamondbacks : 9-1.

SUIVANT :

Le cirque se déplace maintenant au Chase Field de Phoenix, où le match 3 (01h00, heure hollandaise) sera disputé dans la nuit de lundi à mardi. Sur le monticule, on assistera alors à un duel entre deux générations. La recrue Brandon Pfaadt tentera de poursuivre sa bonne forme en ‘t postseason, tandis que les Rangers remettent leur sort entre les mains de Max Scherzer, 39 ans. Le vétéran a été repêché par les Diamondbacks, mais il est surtout connu pour ses années passées à Détroit et à Washington. La dernière apparition de Scherzer remonte au 23 octobre, il a donc bénéficié de plus d’une semaine de repos.

A lire également