SIX : Stavjaňa contre la légende finlandaise, le piège des Diables Rouges et le match pour la médaille de bronze en Moravie

SIX : Stavjaňa contre la légende finlandaise, piège pour les Diables Rouges et médaille de bronze en Moravie

Ce n’est pas parce que les finales de la Coupe du monde ne se jouent pas tous les jours que les matchs attrayants ne manquent pas. Tout vrai amateur de sport peut en témoigner. Au contraire, il est souvent confronté au problème inverse, à savoir qu’il n’en rate aucun. À partir de cette saison, une rubrique spéciale « VBC Foot News » y contribue. Chaque jour, du mardi au dimanche, elle sélectionne un duel intéressant qui ne doit pas échapper à l’attention pour quelque raison que ce soit. Il y en a six au total, comme les faces d’un dé.

Mardi 28 novembre

Banská Bystrica – Nitra

Une grande première est sur le point d’avoir lieu à Urpín. Le nouvel entraîneur de l’équipe, le légendaire Finlandais Raimo Helminen, sera présenté pour la première fois aux fans de hockey locaux. Avec 331 départs en équipe nationale, il est le détenteur du record pour son pays, et il va maintenant donner vie à Banská Bystrica. Il a connu une première soirée réussie, menant les Rams à une victoire en prolongation, mais le match suivant a replongé l’équipe dans l’ornière de la défaite. Les triples champions de la fin de la dernière décennie ne sont plus que des avant-derniers.

Et la situation ne semble guère s’améliorer pour l’instant. Nitra défie le dogme selon lequel les équipes dirigées par l’entraîneur tchèque Antonin Stavjani jouent un hockey défensif. en affichant la deuxième meilleure attaque de la ligue. Bystrica, en revanche, est en proie au jeu en retrait, seul Humenné, dernier du classement, ayant une défense plus perméable. Le fait que Nitra soit la meilleure équipe en termes de résultats à l’extérieur n’est pas de bon augure pour l’équipe locale, qui s’est imposée quatre fois d’affilée par des points entiers. Et ils ne partiront pas les mains vides cette fois-ci non plus.

Mercredi 29 novembre

Galatasaray – Manchester United

Après deux tiers de la saison régulière de la Ligue des champions, il est intéressant de voir le tableau du Groupe A, avec le Bayern Munich en tête et le FC Copenhague en deuxième position. Juste derrière, le Galasaray Istanbul et Manchester United complètent le classement. Ce qui, malgré les résultats fluctuants des Red Devils, est une sensation de premier ordre. À Istanbul, Erik ten Hag a une dernière chance de sauver la promotion.

Ce qui n’est pas une nouvelle encourageante pour lui avant la visite d’Istanbul à plusieurs égards. En effet, United fait état d’importants problèmes de personnel, enregistrant sept joueurs sur la touche, Casemiro et Eriksen en tête, Rashford et Sancho sont absents pour cause de pénalités et un point d’interrogation plane sur la titularisation de Höjlund. Le joueur anglais a joué trois fois au Galatasaray Stadium et n’a pas marqué le moindre but en 270 minutes. Ils ont perdu 0-1 la dernière fois et il ne serait pas surprenant qu’ils s’inclinent à nouveau.

Jeudi 30 novembre

République tchèque – Congo

Pour les handballeurs tchèques, les championnats du monde commenceront de la même manière que les précédents : par un match contre l’outsider congolais. C’est avec eux qu’ils ont remporté leur seule victoire lors du dernier championnat. Et cela n’a pas été facile, le score étant à égalité à la mi-temps. Aucune des deux équipes n’avait d’espoir de sortir du groupe. Au début du tournoi, tout le monde a beaucoup de force et aussi un objectif de base – commencer avec succès.

Ce qui entraîne une certaine nervosité et une volonté de ne pas faire d’erreur. Les Africains n’ont pas l’habitude de marquer beaucoup de buts, ils n’en ont marqué que 26 l’année dernière, même face à la concurrence continentale. Le match sera plutôt une conquête de leur défense obstinée, et on ne s’attend pas à ce qu’il y ait beaucoup de buts. Le dernier match s’est soldé par un score de 24:21 pour l’équipe nationale tchèque l’année dernière, et elle ne devrait pas marquer plus de 50 buts cette fois-ci non plus.

Vendredi 1er décembre

Schalke – Osnabrück

Les derniers mois ont été sans joie pour les supporters de Schalke. Le club bleu et blanc, vice-champion d’Allemagne il y a cinq ans, est aujourd’hui au bord de la relégation en troisième division. À trois journées de la fin de la saison d’automne, il est troisième au classement de l’avant-dernière division. Vendredi, il doit disputer un match crucial contre Osnabrück, dernier du classement, avec six points d’avance sur lui. S’il gagne, il s’assurera un hiver plus tranquille.

Les deux équipes ont encaissé 33 buts en 14 matches, soit une moyenne de 2,36 par match et la pire défense du championnat. L’ancien international tchèque Tomas Kalas a rejoint l’arrière-garde de Schalke à l’automne et s’est rapidement fait une place dans le onze de départ. Il a joué cinq matches complets jusqu’à présent, dont deux ont été remportés par Schalke, ce qui n’est pas évident pour lui ces derniers temps. Il compte bien marquer trois points supplémentaires contre Osnabrück, l’équipe la moins en forme de la compétition en ce moment.

Samedi 2 décembre

Olomouc – Slovácko

Alors que les deux premiers de la Football League sont inchangés depuis le début de la saison et ont déjà pris neuf points d’avance sur le reste du peloton de départ, la lutte pour la troisième place s’étend derrière eux. Slovácko en profite actuellement et se rendra pour la défendre sur le terrain d’Olomouc, quatrième avec un point d’avance. Et si les locaux s’essoufflent peu à peu après un excellent début de saison (et même une victoire à Karviná ne le cacherait pas), les visiteurs, au contraire, accélèrent le rythme.

Après un triomphe de quatre buts à Plzeň, ils affrontent Ostrava à domicile, Le changement de formation opéré par l’entraîneur Svědík après la défaite contre le Slavia porte ses fruits. Ses joueurs n’ont pas perdu depuis qu’ils ont adopté un système à quatre défenseurs (deux victoires et deux nuls) et ils espèrent maintenant obtenir une nouvelle victoire à Olomouc, qui n’a gagné qu’un seul de ses cinq derniers matches à domicile. Slovácko s’est bien comporté au stade Androv, y compris en coupe, en marquant cinq fois d’affilée et compte bien poursuivre sur sa lancée.

Dimanche 3 décembre

Barcelone – Atlético Madrid

Souvent ces dernières années, il s’agissait d’un match pour la première place, maintenant entre les géants espagnols ce sera « seulement » pour la troisième place. Ils ont tous deux quatre points de retard sur le premier, et en raison du tirage au sort facile du leader, le Real (à domicile contre Grenade), l’écart va se creuser pour au moins l’un d’entre eux. Le champion Barcelone, en particulier, ne répond pas aux attentes, comme si le fait de passer toute la saison loin du Camp Nou reconstruit l’avait affecté.

Ces dernières années, ses matches avec l’Atlético ont été marqués par une particularité : l’écart entre les deux équipes est très important. lors des sept dernières rencontres du championnat, il n’y a pas eu plus de buts marqués en deuxième mi-temps qu’en première. Cinq fois, le vainqueur a été désigné en première mi-temps, deux fois en deuxième mi-temps et le match s’est terminé par un match nul. Lionel Messi a été le dernier à obtenir une victoire après le changement de camp du 1er décembre 2019. Celui qui perdra le duel sera probablement écarté de la course au titre. La prudence sera de mise, ce qui explique que davantage de buts tomberont après la pause.

A lire également