Stanek : Un casque ? Ceux qui n’aiment pas les chapeaux doivent s’y habituer. Nous avons déjà pu confirmer la procédure en Pologne

Stanek : Un casque ? Qui n’aime pas les chapeaux doit s’y habituer. Nous avons déjà pu confirmer la procédure en Pologne

Après le match nul 1:1 contre la Pologne, le gardien national Jindřich Staněk (27 ans) était déçu que les footballeurs tchèques n’aient pas converti plus d’occasions à Varsovie et n’aient pas assuré leur qualification pour le Championnat d’Europe lors de l’avant-dernier match de qualification. Lors d’un entretien avec les journalistes, le gardien de but de Plzeň a admis qu’il s’habituait encore au casque de protection qu’il porte après un traumatisme crânien et qu’il ne lui allait pas parfaitement. Il a qualifié le but encaissé d’étrange.

Jakub Piotrowski a envoyé les Polonais en tête à la 38e minute, mais quatre minutes après la pause, le capitaine tchèque Tomáš Souček a égalisé. « Nous prenons le point. Mais d’un autre côté, soyons réalistes, nous avons eu plus d’occasions. Je ne suis pas complètement satisfait. Je pense que nous aurions dû gagner. C’est donc dommage, nous aurions pu confirmer la promotion ici « , a déclaré Stanek.

Avant l’ouverture du score, le stoppeur Tomáš Holeš heurtait Stanek alors qu’il tentait de dévier un centre au sol dans une glissade et Piotrowski reprenait le ballon de la tête à bout portant. « C’est l’un des ballons les plus difficiles pour moi et pour les défenseurs. Quand je l’ai vu voler, j’ai essayé de couvrir le poteau arrière, de prendre le contre à mon compte. Holi (Holes) m’a foncé dessus, le ballon a rebondi malencontreusement au milieu et ils l’ont terminé. C’est dommage, un but aussi étrange ». a déclaré le gardien de but.

A la 78e minute, il a eu du mal à se défaire d’un coup de pied direct du capitaine polonais Robert Lewandowski. « C’est désagréable quand c’est serré comme ça. Surtout quand c’est encore Lewandowski qui donne un coup de pied. C’était une situation assez difficile, mais ils ont aussi obtenu des corners. Le premier tir dans les premières minutes était également désagréable », a expliqué Stanek.

Les joueurs du sélectionneur Jaroslav Šilhavy ont besoin d’au moins un point contre la Moldavie lors du dernier match de qualification lundi à Olomouc pour se qualifier pour le championnat d’Allemagne. « Nous ne penserons pas du tout à un match nul, nous voulons gagner », a déclaré Jaroslav Šilhavy. a déclaré l’ancien gardien d’Everton et de České Budějovice.

Il s’est blessé à la tête le 8 octobre, avant la dernière pause nationale, lors d’un match contre Jablonec, à la suite d’une collision avec Václav Drchal, et a dû manquer la réunion de l’équipe nationale. Bien que certains médias aient spéculé que Stanek pourrait manquer le reste de la saison d’automne, il a finalement manqué moins d’un mois. Il porte un casque de protection noir depuis le match de championnat victorieux contre Slavia.

« C’est vrai que je suis un peu fatigué après les matches, c’est sans doute le seul défaut. Sinon, je me sens bien, je dois frapper pour qu’il n’y ait pas de problème. Je m’habitue au casque, je le porte à chaque entraînement. C’est toujours quelque chose que l’on porte sur la tête. Si vous n’aimez pas les casques, vous devez vous y habituer un peu plus. Stanek a expliqué.

« Chaque fois qu’il faisait froid, je devais enlever mon bonnet au bout de cinq minutes parce que je me sentais mal dedans. Mais le casque est différent de la casquette, il est plus solide sur la tête. Bien sûr, ce n’est pas idéal, mais ce n’est pas non plus un gros problème. Je ne me préoccupe pas vraiment de mon apparence, ce qui m’importe, c’est qu’il me protège d’une manière ou d’une autre. J’espère que je ne recevrai pas de coups à la tête de sitôt », a ajouté le septuple représentant.

Il s’est réjoui que le stade national de Varsovie ait été joué avec le toit fermé en raison du froid. En quittant l’hôtel, je me suis dit : « Oh mon Dieu, il neige ». Puis j’ai réalisé que c’était le toit. C’était donc un avantage », a déclaré Stanek.

A lire également