Tâches du nouveau sélectionneur national : améliorer le jeu, ne pas avoir peur de rajeunir et de penser à l’Amérique

Tâches du nouveau sélectionneur national : améliorer le jeu, ne pas avoir peur de rajeunir et de penser à l’Amérique

L’équipe nationale de football aura un nouvel entraîneur après cinq ans. Jaroslav Šilhavy (62 ans) a annoncé sa démission après le dernier match de qualification contre la Moldavie (3-0) et la promotion à l’Euro 2024. Selon VBC Foot Zprav, qu’attend son successeur et sur quoi doit-il travailler ?

Donner un visage clair à l’équipe

C’est probablement l’une des choses les plus importantes. Le jeu tchèque a souvent été la cible de critiques. Qu’il s’agisse du manque de créativité ou de l’approche des jeux. « Pour réussir aujourd’hui, il faut jouer avec rapidité et intensité. C’est la seule façon de réussir contre des équipes comme l’Albanie et la Moldavie, qui se sont rapidement améliorées ces dernières années. Mais l’équipe nationale actuelle fait plutôt le contraire – elle ralentit souvent le jeu inutilement, elle ne joue pas un football aussi exigeant », a déclaré Miroslav Jirkal, ancien analyste de l’équipe nationale, dans une interview accordée à VBC Foot Zpravy.

Le sélectionneur Jaroslav Šilhavy a souvent été critiqué pour son inaction tactique lors du dernier cycle de qualification. Il s’en est tenu à un ou deux schémas et a fait appel à différents joueurs au lieu de procéder à un changement plus radical. Les nominations ne différaient que dans les détails. Il y avait un axe clair de joueurs qui se rendaient aux réunions, mais cela ne se voyait pas sur le visage du jeu. Les experts se demandaient souvent si nous avions les bons types de joueurs pour la formation 3-4-3 et quel était le plan B tchèque. La plus grande douleur a été de voir l’équipe nationale prendre l’initiative dans le match et créer avec le ballon sur les mains. Il incombe désormais au successeur de Šilhavy de donner à l’équipe nationale un visage clair et de créer des principes de jeu distincts.

Qui est le chef des gardiens de but ?

Jiří Pavlenka, Jindřich Staněk, Aleš Mandous et Tomáš Vaclík. En 2023, quatre gardiens seront dans les buts tchèques. Pavlenka, qui a joué la moitié des matchs mais a perdu sa place à cause d’une blessure, semblait être le numéro un pour la qualification. De plus, il n’a pas évité les erreurs qui ont conduit à des buts manqués. Stanek a été le deuxième gardien le plus actif avec un bilan de 1-2-0 et deux buts marqués. Mandous (Îles Féroé 1-0) et Tomas Vaclik (préparation au Monténégro 4-1) ont joué un match chacun.

Il n’y a pas de pilier clair entre les trois pôles et le poste de numéro un est actuellement en jeu. Il appartiendra au nouveau sélectionneur de déterminer qui sera le chef de file des 16. La façon dont les Tchèques veulent se présenter devrait également jouer un rôle important. Si l’accent est mis sur la précision des passes, Mandous et le troisième gardien Matej Kovar excellent dans ce domaine. Stanek, quant à lui, donne l’impression d’une personnalité capable d’aplanir la défense et qui a l’expérience des batailles difficiles en coupe d’Europe.

Le Quotidien de VBC Foot avec Pavel Horvath.

VBC Foot

Le trio de la Bundesliga va commencer

Ils ont gagné leur place en Bundesliga mais pataugent ou ne jouent pas en équipe nationale. Il s’agit du trio composé d’Adam Hložek, Tomáš Čvančara et Václav Černý. Il appartiendra au nouvel entraîneur de déterminer clairement ce qu’il convient de faire avec les joueurs qui évoluent dans l’un des meilleurs championnats du monde. Plusieurs options s’offrent à lui, comme l’adaptation du système de jeu. Václav Černý, qui est un joueur d’aile classique qui ne joue pas dans certaines modifications de la formation à trois gardes, en a fait les frais.

Une autre option consiste à ne pas convoquer les joueurs qui ne jouent pas pour leur club. C’est encore le cas d’Adam Hložek, dont les minutes à Leverkusen ne sont pas idéales. Sur ce point, les avis du public sont partagés : certains estiment qu’un joueur sans expérience n’a pas sa place en équipe nationale, d’autres disent que Hložek s’entraîne dans la meilleure équipe de Bundesliga et que c’est un luxe de ne pas l’inviter aux rencontres. Il appartiendra au nouveau sélectionneur de définir clairement la marche à suivre dans de tels cas.

En outre, une autre question importante se posera éventuellement à lui : dans quel état l’ancien pilier Patrik Schick reviendra-t-il en équipe nationale après sa blessure ?

Débat avec les pécheurs

Le nouvel entraîneur héritera des squelettes dans le placard de l’équipe. Une discussion avec le quatuor composé d’Antonín Barák, Vladimír Coufal, Jakub Brabec et Jan Kuchta s’impose. Le premier a été mis à l’index pour des raisons étranges et a cessé d’être nommé pour les réunions après les bruits de communication avec l’entraîneur Jaroslav Šilhavy. Jakub Jankto, par exemple, se trouve dans une situation similaire. Il a été confronté à une baisse de performance et à des problèmes disciplinaires par le passé, mais il rattrape progressivement le terrain perdu et rétablit sa réputation en Serie A.

Les trois autres, coupables d’avoir enfreint les règles disciplinaires de l’équipe lors de la dernière réunion, sont actuellement exclus de l’équipe. Le successeur de Shilhavy devra déterminer s’il fait confiance aux joueurs et s’il les accepte à titre gracieux. Dans ce cas, c’est un risque certain qui sera présenté à l’entraîneur en cas d’hésitation. D’un autre côté, il s’agit toujours de figures importantes de l’équipe tchèque, qui comptent parmi les joueurs les plus expérimentés, et leur absence pourrait se faire sentir dans un premier temps.

N’ayez pas peur de la jeunesse

Revitaliser l’équipe avec de jeunes joueurs et ne pas avoir peur de les impliquer. Un grand thème qui résonne dans tout le football tchèque. Même l’entraîneur de l’équipe à 11, Jan Suchopárek, souligne que les jeunes joueurs ne jouent pas et qu’il n’a pas vraiment le choix. Mais qui cherche trouve. Et au moins dans le FORTUNA:LIZE, il y a des joueurs qui demandent une chance. Paradoxalement, Martin Vitik et Vasil Kushei n’ont joué leurs premières minutes en équipe nationale que lors du dernier match de l’année 2023.

Ils ont tous les deux réussi leur Euro U21 en Roumanie et en Géorgie en juin. Adam Gabriel trouve progressivement ses marques à Midtjylland, au Danemark, tandis que Pavel Šulc a montré une forme décente à Plzeň au début de l’automne. Au Sparta, Matěj Ryneš a été titularisé et, avant sa blessure, l’ailier slave Matěj Jurásek méritait d’être testé. Vitík et Kušej ont montré qu’ils avaient quelque chose à apporter à l’équipe. Et d’autres noms peuvent être trouvés.

Pensez à l’Amérique

L’Euro en Allemagne arrive à grands pas et tout sera focalisé dessus, mais le nouveau sélectionneur ne doit pas oublier que les importantes qualifications pour la Coupe du monde 2026 aux Etats-Unis, au Mexique et au Canada commenceront également au début de l’année 2025. Les championnats du monde sont un tabou pour les Tchèques depuis 2006. Il s’agit de la seule participation tchèque depuis la séparation avec la Slovaquie. Les tournois en France, en Corée du Sud et au Japon, en Afrique, au Brésil, en Russie et au Qatar n’ont pas impliqué l’équipe nationale.

C’est pourquoi l’un des principaux objectifs du nouvel homme sur le banc de l’équipe nationale devrait être de construire une équipe compétitive qui, soit par une promotion directe, soit par le barrage, assurera à la République tchèque une invitation dans l’élite mondiale. Surtout que le nombre de participants pour l’Europe a été augmenté de trois places, ce serait un péché de gâcher cette chance.

A lire également