Un entraîneur étranger devrait prendre en charge l’équipe nationale. Il apporterait de nouvelles idées, pense Bittengel

Un entraîneur étranger devrait prendre en charge l’équipe nationale. Il apporterait de nouvelles idées, pense Bittengel.

Selon l’ancien joueur de football national Günter Bittengel (57 ans), un entraîneur étranger devrait prendre en charge l’équipe nationale après la démission de Jaroslav Šilhavy (62 ans), et il préférerait Ivan Hašek parmi les candidats tchèques. C’est ce qu’il a déclaré dans une interview accordée à ČTK. Bittengel a estimé que l’ère de cinq ans de l’équipe nationale sous Šilhavy avait été plutôt réussie, l’entraîneur expérimenté ayant démissionné au bon moment.

Šilhavy a annoncé sa démission immédiatement après la victoire 3-0 de lundi sur la Moldavie dans le cadre des qualifications, qui a conduit l’équipe au Championnat d’Europe pour la deuxième fois. « Lors du dernier Euro, il a atteint les quarts de finale, et sous sa direction, il y a eu quelques bons matches, en particulier en Ligue des Nations, où il nous a conduits dans le groupe d’élite. Sous son mandat, les succès ont prévalu. Il a également atteint le dernier objectif, il est parti, pour ainsi dire, en beauté. Bittengel a déclaré.

« Cependant, Jarda Šilhavy est dans l’équipe nationale depuis assez longtemps. C’est la même chose au niveau des clubs : au bout d’un certain temps, le style de chaque entraîneur se fatigue et n’est plus aussi efficace et attrayant. L’équipe a connu une courbe de performance descendante ces derniers temps et la pression s’est accrue. C’est aussi dû à la sélection limitée de joueurs, nous avons de moins en moins de footballeurs dans les ligues européennes d’élite », a déclaré l’ancien joueur et entraîneur de longue date du championnat, actuellement responsable des jeunes à Prague Dukla.

VBC Foot Daily avec Pavel Horvath.

VBC Foot

Šilhavy a décidé de quitter l’équipe malgré sa qualification pour le championnat parce qu’il a été soumis à une forte pression publique ces derniers temps. « Je pense qu’il a progressivement évalué la situation. Peu d’entraîneurs peuvent résister à cela, et en plus ils doivent avoir le soutien de tout le monde autour d’eux, des fans ou même des médias. On sentait qu’il n’avait pas ce genre de soutien ces derniers temps. C’est un bon gars, il a eu une grande carrière en tant que joueur et en tant qu’entraîneur. Il a pris une décision virile au bon moment », s’est félicité Bittengel.

Un entraîneur étranger, c’est la solution

Selon le quintuple joueur tchécoslovaque et plus tard joueur national tchèque, l’équipe nationale devrait suivre la voie d’un entraîneur étranger. Le comité exécutif de la Fédération tchèque de football a chargé mardi un groupe de cinq membres dirigé par le président Petr Fousek de sélectionner le successeur de Šilhavy.

« Beaucoup de noms sont évoqués : Martin Svedik, Michal Bilek, Ivan Hasek. Personnellement, je préférerais un entraîneur étranger qui apporterait une méthode de travail et de communication complètement différente. Karel Jarolim ou Pavel Vrba se sont déjà plaints de pressions extérieures. Un entraîneur étranger viendrait d’une autre culture, avec de nouvelles idées. Cela permettrait parfois d’assainir l’environnement, ce dont notre équipe nationale a le plus besoin en ce moment », pense Bittengel, bien que Fousek ait décrit l’arrivée d’un entraîneur étranger comme une option marginale.

« C’est évidemment au comité exécutif d’y réfléchir. Mais je ne vois pas de problème à ce qu’il vienne avant un grand tournoi, l’Euro est en juin. Même un entraîneur étranger devrait de toute façon s’appuyer sur l’ossature actuelle de l’équipe, mais il pourrait être plus audacieux, par exemple au niveau des nominations, en prenant des joueurs en forme et en n’ayant pas peur d’essayer. En Espagne, par exemple, il n’y a pas que des joueurs du Real Madrid et de Barcelone, mais aussi de l’Espaňol, de San Sebastian, de Girona…. C’est ce qui m’a un peu manqué dans notre pays, c’était souvent en boîte. » , a-t-il ajouté.

Parmi les entraîneurs tchèques, Bittengel préférerait l’ancien président de la fédération Ivan Hašek, qui a déjà dirigé l’équipe nationale en tant qu’entraîneur intérimaire en 2009. « Jindřich Trpišovský ou Svědík sont liés à un club, donc j’essaierais de l’approcher. Il a travaillé à l’étranger, il est respecté et réputé. C’est une personne intelligente avec des compétences en management, il a fait quelque chose en tant que joueur et en tant qu’entraîneur. Si on lui laisse les coudées franches et qu’il met en place une bonne équipe de mise en œuvre, j’imagine qu’il pourrait être le bon choix pour l’équipe nationale », a ajouté M. Bittengel.

A lire également