Un tremplin ? J’avais besoin d’attraper. Aujourd’hui, j’attends chaque match avec impatience, déclare Holec.

Après avoir quitté le Lech Poznan et ne pas avoir continué au Sparta Prague, il a attendu jusqu’au dernier moment pour trouver un nouvel emploi. Finalement, à la surprise de nombreux fans, il a choisi une adresse inhabituelle : Karviná. Cependant, même les décisions inattendues peuvent parfois apporter beaucoup de joie. Le gardien slovaque a connu une demi-saison réussie. Il en a parlé dans une interview pour la version slovaque de VBC Foot Zprav.

Karviná a terminé l’automne sur une note positive. Il a pris deux points lors des deux derniers matches, où il n’était pas favori, contre Mladá Boleslav et Jablonec. Holec a même gardé sa cage inviolée. Il est parti pour des vacances bien méritées dans un état d’esprit positif.

« C’est bien de finir comme ça, même si je pense que ça aurait pu être encore mieux. Nous avons été meilleurs que Jablonec. Après le match, les joueurs ont dit qu’ils étaient heureux de prendre un point. C’est dommage que nous n’ayons pas pu en tirer plus. D’un autre côté, si quelqu’un nous avait dit avant ce match à l’extérieur que nous prendrions deux points, nous l’aurions pris à coup sûr. Nous sommes également désolés pour Boleslav. Après tout, nous menions 2-0… Pour nous, chaque point est en or, nous avons quelque chose à construire.Dominik Holec a commencé par dresser le bilan de l’automne écoulé.

Ses performances n’ont pas échappé à l’attention de la version slovaque de VBC Foot Zprav. Non seulement il s’est frayé un chemin dans la liste idéale des légionnaires slovaques après le dernier tour d’automne, mais il y a figuré quatre fois au total.

« Je remarque la composition de l’équipe, comme vous le dites sur les médias sociaux. Cela me fait toujours plaisir. Après tout, être en compagnie de collègues slovaques et de noms comme Lobotka, Hancko, Škriniar…. Au moins, cela me permet d’être virtuellement parmi eux. C’est le signe que j’ai fait un bon match et que c’est pour cela que nous avons obtenu un bon résultat. Mais pour moi, les succès de l’équipe passent avant les succès individuels. a ajouté le gardien du sanctuaire de Karviná, âgé de vingt-neuf ans.

Je ne suis probablement pas loin de la vérité si je dis que vous avez connu l’une des meilleures saisons de ces dernières années ?

« C’est un point positif dans la mesure où j’attrape régulièrement des ballons. C’est la chose la plus importante pour moi. Quand j’étais agent libre, jour après jour, je voyais si quelque chose allait marcher. En fin de compte, c’est cette possibilité qui a glissé. J’avais besoin d’être occupé par le jeu. Karviná ne porte pas le même nom que mon précédent engagement, mais tout va bien ici. Je le prends comme un tremplin pour revenir à des eaux plus saines. J’attends chaque match avec impatience. J’espère que nous ferons du bon travail ensemble.

Vous connaissez très bien le championnat tchèque pour avoir joué au Sparta. Avez-vous longtemps hésité à vous rendre à Karviná ?

« C’est difficile à dire. Je l’ai résolue très tôt, à la fin du mois d’août, alors que je pensais avoir déjà choisi un nouveau site. La décision n’a pas été facile à prendre. Dans l’ensemble, mon agent et moi avons discuté de plusieurs alternatives, mais je pense que c’était fait pour durer. Maintenant, je ne regarde plus ce qui aurait pu se passer. Je prends les choses comme elles sont. Je suis à Karviná et je fais tout ce que je peux pour que l’équipe réussisse. Il est vrai que je savais dans quoi je m’engageais. Mon père était à Karviná, j’ai des amis ici. Quand les compétitions ont commencé, je n’ai pas voulu attendre plus longtemps.

Le retour en championnat n’a pas été parfait. Vous avez perdu contre le Slavia et encaissé cinq buts. A quoi pensiez-vous après un tel départ ?

« Tout était compliqué, l’entraîneur changeait et, pour commencer, le match contre le Slavia…. Personne n’attendait rien de nous là-bas. Je suis conscient que j’ai commis une erreur et que j’ai mis l’adversaire en selle avec le premier but. Cependant, ils ont eu un total de 22 tirs, si je ne me trompe pas, dont 11 sur le but. Que nous ayons pu marquer ou non, c’est de l’utopie. Ce n’était pas idéal de ma part. J’avais besoin de me mettre dans le bain. Je devais m’habituer à l’environnement, aux gars et aux entraîneurs. Cela a pris du temps, mais ça s’est amélioré au fil des tours. Je me sentais de plus en plus en confiance dans les buts.

Vous avez mentionné le changement d’entraîneur. L’expérimenté Juraj Jarábek est revenu dans l’équipe. Que vous a-t-il apporté ?

« Le processus d’entraînement a changé. Nous sommes passés à une intensité plus élevée. Bien sûr, je ne veux pas dévaloriser le travail de l’entraîneur Hejdušek, qui est revenu dans le championnat avec Karviná. Mais lors des matches, il était évident que l’équipe n’avait aucun concept sur le terrain. Il fallait quelqu’un de plus expérimenté, ce qui s’est confirmé par la suite. Après quelques journées, nous avons pu constater un changement, mais les blessures et les remplacements fréquents ont fait leur apparition. Nous n’avons pas un effectif aussi large que d’autres clubs. Dans ce genre de situation, cela se voit toujours sur le terrain. Néanmoins, lors des derniers matches, nous avons confirmé que nous pouvions jouer un bon football. Lorsque nous sommes tous en bonne santé, nous avons vraiment de la qualité. Nous verrons également comment le club se renforcera. Sous la houlette de Jarabek, nous avons progressé. J’espère que nous serons en mesure d’atteindre notre objectif principal, qui est d’être sauvé.

Au contraire, ses débuts ont été excellents jusqu’à présent. Il vous a mené à la victoire 5-2 contre Liberec. Cela a-t-il été un coup de pouce important ?

« Bien sûr, gagner contre Liberec est formidable. C’est une équipe qui ne perd pas souvent et qui ne marque certainement pas cinq buts. Mais ils étaient dans un certain état d’esprit, ils n’ont pas bien joué. Mais il ne suffit pas de leur donner cinq buts, tout s’est mis en place comme prévu. C’est l’entraîneur qui a donné l’impulsion, il nous a gonflés à bloc quelques jours avant le coup d’envoi et nous a aidés à atteindre les tours suivants. Personne ne s’attend à ce que Karviná enchaîne les victoires. Nous devons être réalistes et connaître nos qualités. Souvent, cela s’est joué à un but, certains matches n’ont pas pu être terminés. Mais il y a aussi eu des matches où nous avons eu de la chance et où nous avons pris un point précieux. Dans ce championnat, tout le monde peut jouer contre tout le monde.

L’efficacité était-elle souvent au rendez-vous comme à l’accoutumée ?

« La plupart des matches se sont déroulés dans un esprit combatif entre les 16. Quand nous y arrivions, nous n’avions pas beaucoup d’occasions. Pourtant, l’adversaire a réussi à marquer sur les rares occasions. Il punissait nos erreurs, ce que nous ne faisions pas bien. Je me souviens rapidement du match à Budějovice ou avec Bohemka. Là, Erik Prekop m’a marqué un but magnifique. Il y a eu peu d’occasions, c’est un but qui a fait la différence. Il y a aussi eu des tours où l’adversaire a eu beaucoup d’occasions. Par exemple, à Pilsen, nous avons eu beaucoup d’occasions. Dans le groupe, nous avons battu un club qui avait accumulé 18 points en Coupe d’Europe. Comme je l’ai déjà dit, tout le monde peut jouer avec tout le monde. Il faut que ça colle. Les week-ends sont difficiles pour nous.

Vous avez gardé l’une de vos trois feuilles blanches contre Plzeň. Un triomphe surprenant, mais d’autant plus encourageant à l’approche de la lutte pour le salut ?

« Comme par hasard, nous avons ensuite perdu trois matches. D’un côté, nous avons pris trois points à Plzeň, ce que personne n’attendait. Une grande victoire euphorique. L’une des meilleures performances de ma carrière. Les garçons du milieu de terrain ont réalisé une performance collective extraordinaire. D’un autre côté, je ne sais pas si, paradoxalement, cela nous a fait plus de mal. On s’est peut-être un peu laissé prendre par l’idée que ça allait s’arranger tout seul. Je ne dis pas que c’est le cas, mais on va faire le plus dur sur le papier et on n’aura pas de point. Je pense que notre chance sportive nous a abandonnés pendant un certain temps. C’était pendant la période où il y a eu des blessures, des changements d’équipe. Mais on ne gagne pas tous les jours à Plzen. Quand j’étais au Sparta, il a fallu attendre 11 ans pour que nous ramenions une victoire de ce pays.

Quel est votre sentiment général du point de vue de l’équipe après la saison d’automne et avec quoi allez-vous aborder la saison de printemps ?

« J’ose dire que ce n’était pas trop mal. Nous savons tous que nous jouons et que nous jouerons pour le salut. J’aimerais que nous puissions faire une sorte de série de victoires, mais nous devons être réalistes et nous battre. Être une équipe, s’entraider sur le terrain et en dehors. La qualité est là. Enfin, c’est un groupe formidable. Nous nous entendons bien. Il n’y a pas de disputes, personne ne s’en prend à l’autre. C’est une grande équipe et nous devons nous appuyer sur elle. Tout dépend de nous, de la façon dont nous nous investissons dans les matches, de l’énergie que nous leur donnons et de la façon dont nous nous battons pour chaque point.

A lire également