Une intervention de la VAR comme il n’y en a pas eu dans l’Europe du football. L’euphorie rennaise a été gelée par une règle peu connue

Une intervention de la VAR sans précédent dans l’histoire du football européen. L’euphorie rennaise a été gelée par une règle méconnue

Une grande respiration, une concentration maximale et boum ! Enzo Le Fee (23) heurte la barre transversale à la 101e minute du match d’Europa League entre Rennes et Villarreal, mais le jeu continue. Le ballon rebondit directement sur l’exécutant du coup de pied direct et l’équipe locale peut continuer à chercher à marquer le but égalisateur qui lui permettrait de prendre la tête du classement. Ce fut effectivement le cas une quinzaine de secondes plus tard, mais l’euphorie qui régnait au Roazhon Park fut ensuite gelée par la VAR. Personne dans le stade ne savait quel était le problème… Hors-jeu ? Faute ? Rien de tout cela. Les Français ont « volé » un but et une qualification directe pour les huit finales par la « règle du penalty ».

Lorsque le tir de Le Fee a heurté la barre transversale, le ballon a rebondi sur le poteau et lui est revenu directement. Une telle situation nécessite l’intervention de l’arbitre, car le ballon doit être touché en premier par un joueur autre que l’exécutant après le coup franc.

La même procédure s’applique à un penalty, mais dans le cas d’un penalty, tout le monde le sait très bien. Cependant, dans le cas d’un coup de pied direct, cette situation est très rare et la plupart des supporters, ainsi que les joueurs et les entraîneurs, ne connaissent pas cette règle. « Je savais qu’elle existait pour les tirs au but, mais je ne savais pas qu’elle existait aussi pour les coups francs. a admis Julien Stephan, l’entraîneur local, après le match.

La VAR est donc intervenue dans toute la situation, révélant la « faute », après quoi l’arbitre principal du match, le Turc Attila Karaoglan, a ordonné un coup de pied indirect et le but du défenseur Lorenzo Assignon n’a pas pu être maintenu.

Une meilleure position pour les play-offs a donc été accordée aux visiteurs à la 80e minute par l’expérimenté Dani Parejo, qui, à 34 ans, s’est imposé sur la scène européenne après un an et demi d’absence. Alors que Villarreal se dirige tout droit vers les huitièmes de finale, le club français devra affronter l’un des participants malheureux de la Ligue des champions.

A lire également