Une séance de tirs au but à Madrid. L’Atlético a perdu une avance de deux buts à la fin et a fait match nul avec Getafe.

Fusillade à Madrid. L’Atlético perd deux buts d’avance à la fin et fait match nul avec Getafe

L’Atlético de Madrid a fait match nul 3-3 avec Getafe dans un match fou de la 18e journée de Liga. En toute fin de match, Óscar Rodríguez (25) a marqué et Borja Mayoral (26) a transformé un penalty. Les visiteurs ont au moins partiellement profité de la longue supériorité numérique obtenue après l’expulsion de Stefan Savic (32) à la 38e minute. Ils ont également brisé l’impressionnante série de 11 victoires consécutives des Colchoneros devant leur public.

Dès le début de la rencontre, les Rays ont fait preuve d’une grande volonté d’améliorer leur bilan à domicile. Ainsi, après 11 minutes de jeu, Isi Palazón se présentait seul dans la surface hexagonale, dont la frappe était sauvée à temps par Giorgi Mamardashvili. L’activité des Vallecanos ne s’est pas arrêtée pour autant, mais une frappe de Florian Lejeune à l’entrée de la surface de réparation est passée juste à côté du poteau droit.

Après une demi-heure de jeu, les visiteurs se rappelaient également à leur bon souvenir avec leur premier projectile, certes peu dangereux, sur le but local. Cependant, le reste de la première mi-temps se déroulait sans occasion et le match restait à égalité.

Les deux équipes rentraient sur le terrain comme si elles étaient recouvertes d’eau vive et dans les premières minutes, le jeu passait d’un côté à l’autre, mais la combinaison était entravée par de fréquentes imprécisions. Canós a décidé de changer cela, en obtenant le ballon dans les seize mètres après une heure de jeu. Il n’a pas hésité et, d’une bombe parfaite sous la barre transversale, il n’a laissé aucune chance au gardien local.

Ce but réveillait le Rayo de son hibernation à la mi-temps, mais la défense des Bianconegros était toujours en mesure de faire face à leurs incursions offensives. Même le carton rouge reçu en toute fin de match par le visiteur Thierry Correia, qui a permis au Rayo de jouer les dernières minutes avec l’avantage d’un seul homme, n’a pas changé le résultat.

L’équipe locale était proche d’ouvrir le score à la 10e minute par l’intermédiaire de Rodrigo Riquelme, dont le tir du côté gauche de la surface de réparation s’écrasait sur la barre supérieure. L’Atlético se procurait également sa deuxième grosse occasion du match, mais le centre de Memphis Depay était repoussé par David Soria. Les joueurs aux maillots bleu et rouge se sont compliqués la vie à la 38e minute lorsque Savic est rentré au vestiaire prématurément après avoir reçu un deuxième carton jaune.

Cette infériorité numérique n’empêchait pas l’équipe locale d’être active et de prendre l’avantage peu avant la fin de la première mi-temps. Le centre rebondissant de Riquelme trouvait Griezmann dans la ligne de touche, qui plaçait le ballon dans le dos de Soria.

Peu après son retour sur le terrain, Mayoral égalisait sur un coup de tête suite à un coup de pied arrêté. L’égalité ne durait cependant que quelques minutes, puisque le remplaçant Álvaro Morata reprenait un centre de la droite après une heure de jeu et ne laissait aucune chance au gardien de Getafe. La situation s’est encore aggravée pour les Azulones à la 69e minute, lorsque Griezmann a bénéficié d’un coup de pied de réparation pour faute et que son tir au poteau droit n’a pas été contesté.

La réduction est intervenue en fin de match, Rodríguez s’emparant du ballon avec un tir télégraphié. Mais ce n’était pas tout, car dans le temps additionnel, Riquelme jouait de la main dans la zone hexagonale et l’arbitre accordait également un penalty de l’autre côté du terrain. Mayoral a transformé le penalty sans trop de difficultés pour égaliser à 3-3.

Les visiteurs, sous la houlette de Sánchez Flores, dominaient le ballon en début de match. Cependant, ils ne parvenaient pas à se créer des occasions de tir et la première menace de but venait de l’équipe locale sur un tir très imprécis de Gonzalo Villar. C’est donc Séville qui se met en évidence à la 23e minute. La défense grenadine repoussait la tentative de Pedros, mais le ballon passait juste à côté du poteau.

Ocampos montrait ensuite ses talents de footballeur en tirant des 28 mètres. Le tir d’exhibition était dirigé précisément vers le poteau droit et Los Hispalenses se lançaient à l’assaut du but. Le score aurait pu être de trois buts, mais la frappe suivante de Pedrosa s’écrasait sur la barre transversale à la fin de la première mi-temps.

Quatre minutes seulement après le début de la seconde période, un superbe Ramos enterrait les derniers espoirs de l’équipe locale. Il reprenait un centre sur coup de pied arrêté et plaçait une tête hors de portée du gardien de Grenade. Sergio Ruiz avait l’occasion de réduire le score après une heure de jeu, mais sa mauvaise finition au point de penalty laissait Marko Dmitrovic à découvert.

Les passions se déchaînaient ensuite avec le carton rouge infligé au jeune Manu Bueno, que l’arbitre transformait finalement en carton jaune après consultation de la vidéo. Gerard Gumbau se montrait encore menaçant pour l’équipe locale avec une frappe qui passait juste à côté du poteau gauche, mais ni lui ni aucun de ses coéquipiers ne parvenaient à consolider le score.

Tableau de la Liga

A lire également