Une série sans objectif ? Nous avons de la chance. Nous voulons battre Baník, dit l’entraîneur Záp

Une série sans but ? Nous avons de la chance. Nous voulons battre Baník, dit l’entraîneur Záp

En championnat, il a joué pour Příbram, Teplice ou Baník. Zdeněk Koukal (39 ans) a également le Viktoria Žižkov sur son CV, où il a ensuite travaillé en tant que manager et entraîneur. Il est aujourd’hui entraîneur du club de troisième division Zápe. Il s’agit de son premier poste d’entraîneur à part entière. Et il prend un départ incroyable. Avant le match de coupe contre Baník, son taux de réussite est de 100 % et il n’a marqué aucun but.

Vous n’avez pas encore marqué de but depuis le début de la saison. Comment est-ce possible ?

« C’est une bonne question. Nous avons de la chance. Nous ne laissons pas beaucoup l’adversaire entrer dans le jeu, il n’a donc pas beaucoup d’occasions. Et quand nous en avons, nous sommes soutenus par un gardien de but qui attrape beaucoup de choses supplémentaires.

Vous avez passé presque deux mois sans marquer. N’est-ce pas faire preuve d’un peu trop de modestie que de parler de chance ?

« Je voudrais féliciter l’ensemble du groupe qui travaille honnêtement en défense. Cela commence par les attaquants et se poursuit jusqu’en bas de l’échelle. Nous ne donnons pas beaucoup d’occasions à nos adversaires, il y a parfois des tirs cadrés.

Tout le monde ne regarde pas la CFL. À première vue, on a l’impression que vous jouez sur du béton. C’est bien cela ?

« Nous avons une équipe un peu plus âgée. Nous ne pouvons pas, par exemple, courir après les réserves qui participent à la compétition, ce serait du suicide, il y a des jeunes qui jouent là-bas. Nous venons d’une défense sûre, nous jouons en contre-attaque. Jusqu’à présent, cela fonctionne.

Même en deuxième division, Tábor ne vous a pas accordé de but en Coupe.

« C’était un match solide. Très bon de notre côté. Ces équipes ne jouent pas bien chez nous, nous avons un terrain plus petit. Cela signifie qu’ils ne peuvent pas nous écarter et nous ouvrir autant. Il est difficile de pénétrer dans notre défense. Tabor a montré de la qualité, mais sur de tels terrains, certains facteurs sont effacés. Nous avons réussi à marquer un but et à continuer sur notre lancée.

Quels étaient vos objectifs d’avant-saison ? Ou quels sont-ils aujourd’hui ?

« Il est évident que les objectifs sont fixés, mais ce qui se passe en ce moment, c’est une forte surplanification. C’est un peu comme un rêve. Nous sommes heureux, nous l’apprécions, mais en même temps nous sommes humbles. Nous essayons d’avancer match par match. Nous verrons où nous arriverons. L’un de mes objectifs était de faire du stade un endroit imprenable, et jusqu’à présent, c’est une réussite.

La saison dernière, Zápy a terminé à la sixième place. Où s’est opéré le changement au cours de l’été ?

« Je ne me ferais pas trop d’illusions. Nous avons une très bonne équipe, très orientée vers le football. Elle est complétée par deux ou trois joueurs expérimentés qui se sont très bien intégrés, qui jouent régulièrement et qui aident beaucoup. L’équipe s’est mise en place ».

Quelle est l’importance de ce sujet au sein du club ou dans la cabine ?

« Oui, les gars en parlent dans la cabine. Mais j’essaie de calmer le jeu, nous prenons chaque match individuellement. Les gars travaillent, ils se battent. Peut-être que nous n’avons pas autant d’entraînements que je le souhaiterais, mais ce n’est pas un gros problème pour l’instant.

Baník vous attend à la maison. Êtes-vous du genre à dire à vos joueurs d’aller au bout ou voulez-vous la promotion, aussi présomptueux que cela puisse paraître ?

« Nous jouons à domicile et nous aimerions battre Baník. Mais c’est une équipe de championnat, il y a une différence entre les deux compétitions. C’est plus une expérience pour les joueurs et pour toute la ville. J’encouragerai les garçons à jouer au maximum de leur potentiel et de leurs capacités. C’est ouvert, mais nous avons les pieds sur terre. Nous sommes en troisième division, la différence devrait se faire sentir ».

Si je ne me trompe pas, c’est votre première expérience en tant que manager, n’est-ce pas ?

« J’ai déjà terminé une saison à Zizkov, qui a été relégué en troisième division. Les choses n’allaient pas très bien là-bas, on savait qu’on allait descendre. Mais oui, Zápy est la première étape où j’ai pu constituer une équipe et avoir une préparation commune. »

Aviez-vous imaginé un tel début de carrière, au moins dans vos rêves ?

« Certainement pas ! Je suis arrivé avec l’idée que nous voulions jouer au sommet, mais personne ne s’attendait à ce que nous fassions quelque chose comme ça. Pas même moi. J’en suis très heureux. Mais je veux donner du crédit aux joueurs. Il s’agit d’eux, pas de moi. Mais j’en suis heureux.

A lire également