United et Sevilla en ont terminé avec l’Europe. Copenhague et Naples joueront au printemps, King a marqué pour le Real

United et Sevilla sont hors d’Europe. Copenhague et Naples joueront au printemps, King marque pour le Real

Le Théâtre des Rêves a vu la dernière représentation de l’édition actuelle des Coupes d’Europe. Manchester United s’est incliné à domicile face au Bayern et, après la victoire de Copenhague sur Galatasaray, est éliminé de l’Europe. En revanche, le vainqueur danois du Sparta au tour préliminaire de la LM s’est glissé dans la phase à élimination directe. Naples est également au prochain tour, après avoir battu Braga à domicile. Union, qui a perdu 2-3 à domicile contre le Real Madrid, ne jouera pas les coupes ce printemps. Cinq minutes avant la fin, le remplaçant Alex King a égalisé à 2:2, mais Daniel Ceballos a rapidement décidé de la victoire du Ballet blanc. Benfica s’est glissé dans l’Europa League à la dernière minute avec David Jurasek sur le banc.

De manière assez inattendue, l’équipe locale se procurait sa première grosse occasion dès la deuxième minute. Mais Kepa Arrizabalaga repoussait le tir bien placé de Kevin Behrens. De l’autre côté, Jude Bellingham ne parvenait pas à battre le gardien de but d’un tir puissant sur la barre. Près d’une demi-heure plus tard, le même joueur se procurait une autre bonne occasion, mais cette fois il manquait le cadre après une grosse erreur défensive de Robin Gosens. Avant la fin de la mi-temps, Los Blancos se procuraient de loin leur meilleure occasion de marquer, mais Frederik Rönnow s’interposait parfaitement sur le penalty de Luka Modric.

L’équipe locale, survoltée, punissait l’inefficacité du Real quelques instants plus tard, l’erreur fatale de David Alaba étant exploitée par Kevin Volland, qui ne laissait aucune chance au gardien de but visiteur. Les joueurs du Ballet blanc ont continué à gâcher des occasions après le changement de camp. Le coup franc de Lucas Vázquez, qui avait besoin de précision et de punch, était repoussé par l’excellent Rönnow. Quelques minutes plus tard, il réalisait un autre arrêt fantastique en repoussant de la main droite une frappe de Rodryga à bout portant.

A la 61e minute, les Merengues parvenaient à égaliser grâce à Joselu qui reprenait un centre de Rodrygo et envoyait le ballon de la tête au fond des filets. Le même joueur procédait de la même manière 11 minutes plus tard, mais il mettait plus de poids sur le centre et, cette fois, Fran García était le passeur. À la 85e minute, le milieu de terrain tchèque Král reprenait un ballon dévié et plaçait une tête au ras du sol depuis l’extérieur de la surface, au poteau gauche, pour redonner espoir à l’Union. Les Merengues réagissaient rapidement et quatre minutes plus tard, Ceballos, le buteur des vacances, marquait d’une frappe télégraphiée.

A la quatrième minute, les visiteurs étaient à deux doigts d’ouvrir le score, mais le tir de Bruma à la hauteur du point de penalty n’était pas précis. Cinq minutes plus tard, Naples punissait cette occasion manquée et prenait l’avantage après que Serdar Saatci ait malencontreusement envoyé le ballon dans ses propres filets et que l’arbitre ait concédé le but grâce à la technologie sur la ligne de but. Les Napolitains augmentaient leur avance à la 33e minute lorsque Victor Osimhen se frayait un chemin à la suite d’une excellente passe de Natan.

Après le changement de côté, Naples contrôlait l’action sur le terrain et se procurait une nouvelle occasion de but, mais Osimhen manquait de peu le ballon que Matheus avait dirigé vers lui. Sur une contre-attaque, Khvich Kvaracchelija aurait également pu profiter de cette occasion, mais son tir a été repoussé sur la barre par le gardien de Bragista. Le champion de Serie A de la saison dernière a gardé le reste du match en main, évitant ainsi un drame et se qualifiant pour la phase de printemps de la compétition des millionnaires.

Comme on pouvait s’y attendre, les deux équipes sont entrées dans le match la tête la première. Les Bavarois se créaient de nombreuses occasions, mais c’est Harry Kane qui se montrait le plus menaçant, avec une frappe cachée au second poteau qui ne faisait qu’effleurer le très critiqué André Onana. Les supporters locaux ont pu pousser un soupir de soulagement après une passe en profondeur de Leroy Sané, qui a finalement vu le ballon s’échapper dans le mur. L’ailier allemand a également provoqué la colère de la ligne défensive des Red Devils quelques instants plus tard, lorsqu’il n’a pas réussi à placer le ballon entre les trois poteaux à la suite d’un centre de Kingsley Coman. Erik ten Hag a dû procéder à des remplacements en fin de première mi-temps, Harry Maguire s’étant blessé.

Peu après la pause, Bruno Fernandes recevait un magnifique cadeau de la part du remplaçant Aaron Wan-Bissaka sous la forme d’un centre dans la surface, mais le capitaine des Diables ne parvenait pas à cadrer sa frappe. Quelques instants plus tard, Antony pouvait remercier l’arbitre, qui n’avait reçu qu’un carton jaune après une vilaine faute. Les supporters du Bayern se réjouissaient d’un but après une belle course de Coman. Le rapide Français se procurait une occasion à 100 %, qu’il convertissait en une frappe imparable au poteau gauche. Kane aurait pu ajouter la cerise sur le gâteau, mais la tête du boulet de canon anglais n’a pas trouvé l’espace entre les trois barres.

Les as de l’attaque stambouliote montraient dès le début qu’ils étaient très à l’aise balle au pied et auraient pu créer des actions intéressantes après de belles combinaisons à une touche de balle, mais ils manquaient de qualité dans la dernière passe. Peter Ankersen aurait pu ouvrir le score, mais son tir est passé juste à côté du poteau gauche. Il n’y a pas eu d’autres occasions avant la pause, mais les Jaunes et Rouges avaient vraiment envie de gagner.

En seconde période, la balance penche en faveur de Byens Hold. Elias Achouri s’élançait d’abord, puis adressait une passe entre les jambes du défenseur à Lukas Lerager, qui s’acquittait parfaitement de sa tâche. Les Turcs auraient pu égaliser peu après l’heure de jeu, mais un centre venu de la droite n’a pas trouvé preneur sous le maillot de l’équipe adverse. En fin de match, le héros local Lerager a reçu un carton rouge, mais l’équipe de Bosphorus n’a pas pu profiter de la courte période de supériorité numérique.

Les visiteurs semblaient plus footballistiques, mais après plusieurs occasions manquées, Przemyslaw Frankowski se procurait une belle opportunité sous la forme d’un coup de pied de réparation qu’il transformait facilement. Cependant, les Rojiblancos ont également eu une occasion unique de marquer.

Bien que Brice Samba ait d’abord repoussé les assauts de Sergio Ramos, l’Espagnol avait déjà remporté le match en raison d’une faute du gardien du Racing Club. Mais les Andalous n’ont pas réussi à renverser la vapeur et ont laissé le vice-champion de France accéder à l’Europa League, qu’il a remportée sept fois dans l’histoire du club.

L’équipe locale entrait avec plus d’ardeur dans ce match, qui était plus une obligation pour les équipes déjà promues. Il leur fallait pourtant finir après la frappe d’Eddie Nketiah. Ils y parvenaient peu après le changement de côté grâce à Yorbe Vertessen.

Pour lui, comme pour l’Anglais au service des Gunners, c’était une première dans la LM. Bien que le ballon ait rebondi dans les filets sur la barre à deux reprises, c’est la structure de but qui a empêché d’autres buts, puisqu’elle a sonné la cloche à cinq reprises au cours du match.

L’élite du Groupe D a disputé un match équilibré, l’équipe basque prenant le dessus. Les Nerazzurri, en revanche, bénéficiaient d’une phase de transition rapide, que les Espagnols devaient souvent éteindre, même au prix d’une faute. Henrikh Mkhitaryan était à l’origine de l’ouverture du score, mais sa tentative était repoussée par un arrêt défensif de Hamari Traoré. Rapidement, c’est la Sociedad qui se retrouve en position de faiblesse pendant le reste de la première mi-temps.

Les finalistes de la Coupe des millionnaires de la saison dernière entamaient la seconde période en nette supériorité, ne laissant que rarement Saint-Sébastien pénétrer dans la moitié de terrain. Arsen Zakharyan aurait pu mettre à profit le jeu tactique, en s’emparant d’un ballon libre après un corner. Mais il ne parvenait pas à franchir le mur de défenseurs.

L’équipe locale présentait un jeu actif et des attaques ciblées, que les joueurs de Benfica avaient beaucoup de mal à contrer. Dorgeles Nene était le plus proche d’ouvrir le score à la 22e minute, mais sa tentative acrobatique atterrissait directement dans les gants du gardien de but visiteur. Cependant, c’est l’autre équipe qui a changé le score. Ángel Di María, l’homme fort de Benfica, a marqué sur un coup de pied de coin. Malgré l’image du match, l’équipe locale capitulait pour la deuxième fois. Avant la fin de la première mi-temps, Di María a lancé Rafa, qui a fait preuve d’expérience et a terminé sa course avec sang-froid.

Le deuxième but, un coup dur, a considérablement entamé le moral des Bulls. Les joueurs de Benfica semblaient se sentir pousser des ailes, mais l’euphorie des Aigles ne durait pas longtemps. À la 57e minute, Luka Sucic, d’une frappe lointaine, a permis à Salzbourg de reprendre la troisième place du Groupe D. À la 76e minute, le Croate a tiré une deuxième fois et a de nouveau fendu le filet. Cependant, ses célébrations ont été interrompues par l’arbitre de touche qui a signalé un hors-jeu. Mais les Aigles de Lisbonne ont défié les pronostics. Le remplaçant Arthur Cabral a inscrit le but victorieux nécessaire pour accéder à la phase de printemps de l’Europa League.

A lire également