VBC Foot Daily #169 : Infantino est un président de la FIFA pire que Blatter, selon le journaliste anglais Wilson

VBC Foot Daily #169 : Infantino est un président de la FIFA pire que Blatter, dit le journaliste anglais Wilson

Jonathan Wilson est l’un des meilleurs journalistes de football au monde. Il écrit régulièrement des chroniques pour The Guardian et The Observer, est fréquemment invité sur le podcast anglais Football Weekly et a fondé le magazine de football The Blizzard, qui a ensuite inspiré le magazine Football Club en République tchèque. Il a également étudié à Oxford et a écrit treize livres sur l’histoire du football. Aujourd’hui, il s’intéresse de près à la FIFA et à la manière dont elle attribue les Coupes du monde, entre autres. Pourquoi risquons-nous d’être confrontés dans dix ans à un nouveau tournoi dans un pays non démocratique ? C’est le sujet du podcast VBC Foot Daily d’aujourd’hui, avec Jonathan Wilson comme invité. Sur le site, nous vous proposons l’interview en version originale anglaise, et vous pouvez la retrouver en version doublée sur les applications de podcast.

Apparemment, l’Arabie saoudite accueillera la Coupe du monde en 2034, bien qu’elle n’ait pas encore officiellement remporté le titre de pays hôte. « Je ne pense pas que quelqu’un d’autre se portera candidat à l’organisation. C’est la façon dont la FIFA a annoncé la procédure de candidature, en disant soudainement et sans préavis que les pays avaient un mois pour présenter leur candidature, qui est à blâmer ». Wilson explique.

« Les Australiens étaient les seuls rivaux sérieux de l’Arabie, mais ils ont décidé, et c’est compréhensible, qu’ils ne pouvaient pas le faire en si peu de temps. Il faut des stades d’une certaine taille, et l’Australie devrait construire certains d’entre eux de A à Z, ce qui ne peut pas se faire en un mois, en calculant les coûts exacts, en créant des plans architecturaux. C’est tout simplement impossible. En outre, ils comprennent probablement que la FIFA souhaite que l’Arabie saoudite accueille le tournoi. Cette dernière avait préparé les plans de la candidature dans les quatre-vingt-dix minutes qui ont suivi l’annonce des conditions. Donc soit les gens là-bas sont extrêmement bien organisés, soit la FIFA leur a donné des informations à l’avance sur ce qu’elle attendait d’eux », souligne-t-il en soulignant les particularités de la compétition pour l’organisation du tournoi dans dix ans.

La montée en puissance de l’Arabie Saoudite dans le monde du football inquiète considérablement Wilson. « Le fonds d’Etat y possède actuellement quatre clubs et a des participations dans d’autres équipes. Cela signifie que le football n’est pas joué dans des conditions équitables là-bas. Et la situation ne se limite pas à l’Arabie, ce plan incliné se reflète dans le monde entier. Les règles de compétition de la Confédération asiatique de football interdisent à plusieurs équipes ayant le même propriétaire de participer à la même compétition. C’est en quelque sorte la base de l’intégrité d’une compétition. Or, en Arabie saoudite, ce n’est absolument pas le cas. Et personne ne s’en préoccupe, ou, pour être juste, la Corée du Sud s’y est opposée. Mais personne d’autre ne fait quoi que ce soit à ce sujet », déclare Wilson avec colère.

« La raison en est que certains pays sont tout simplement interdits aux organisations de football. La Confédération asiatique de football, l’UEFA, la Premier League ou qui que ce soit d’autre ne peut pas influencer ce qui se passe dans certains pays. Prenons l’exemple de Manchester City, qui a été accusé de 115 malversations financières en Premier League. L’enquête et le procès durent depuis des années et dureront encore 18 mois, deux ans, voire plus. L’une des raisons en est qu’Abu Dhabi a tellement d’argent qu’il peut se permettre des ressources juridiques que la Premier League n’a tout simplement pas. Et si la Premier League finit par gagner ce procès, il y aura un appel qui coûtera encore plus d’argent et prendra encore plus de temps. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que les organisations de football soient en mesure de lutter contre les pays les plus riches », a déclaré M. Wilson, triste réalité du football d’aujourd’hui.

Et il a ajouté son point de vue sur l’actuel président de la FIFA, Infantino. « C’est un président bien pire que Blatter. Il a peut-être laissé la corruption s’installer autour de lui, mais il n’était pas corrompu lui-même, à mon avis. Mais Infantino est un cas tout à fait différent ». Wilson a déclaré dans l’épisode d’aujourd’hui du podcast VBC Foot Daily.

#VBC Foot Daily #169 : Infantino est un président de la FIFA pire que Blatter, dit le journaliste anglais Wilson

VBC Foot

Dans l’épisode de jeudi du podcast VBC Foot Daily, nous avons également abordé le sujet :

Qu’est-ce qui le dérange le plus chez Infantino ?

Les stars du football doivent-elles s’opposer aux tournois organisés dans des pays non démocratiques ?

Pourquoi la FIFA a-t-elle organisé des tournois dans de tels pays tout au long de son histoire ?

Cet épisode de VBC Foot Daily est disponible en version doublée sur les plateformes de podcasts les plus populaires : Spotify, Apple podcasts et Google podcasts.

A lire également