Vous verrez mon frère sur le terrain. Je me réjouis de travailler avec Rada, déclare Michal Škoda.

Vous verrez mon frère sur le terrain. J’ai hâte de travailler avec Rada, dit Michal Škoda

Il est devenu le renfort estival le plus important du Dukla Prague, et il devrait apporter de l’expérience et des buts à l’équipe. L’attaquant Michal Škoda (35 ans) pourrait être l’une des principales stars de la deuxième division et il pourrait également retrouver son frère Milan sur le terrain. « Notre objectif est de nous qualifier pour la première division. Rien d’autre ne nous intéresse », déclare le footballeur offensif chevronné.

Commençons par la genèse de votre transfert à Dukla. Quand le premier contact a-t-il eu lieu ?
« Dukla m’a contacté en hiver, mais cela n’a pas fonctionné à ce moment-là. J’ai conservé mon contrat à České Budějovice, où l’on m’a dit à la fin de la saison dernière que l’on ne comptait plus sur moi. Puis mon agent m’a appelé pour me dire que Dukla serait intéressé, et nous avons rapidement trouvé un accord. »

Avez-vous eu d’autres offres ?

« Je n’ai rien reçu de la première ligue, mais j’ai entendu des représentants de Tábor et de Viktoria Žižkov de la deuxième ligue. Mais je n’avais pas le choix, c’est mon agent qui s’en est chargé. J’ai préféré Dukla dès le début ».

J’ose dire que c’est exactement le type d’attaquant qui manquait à Dukla la saison dernière. Voyez-vous les choses de la même manière ?

« Je ne sais pas vraiment, je n’ai pas beaucoup suivi Dukla à l’automne. Je n’ai suivi que le tableau et je sais qu’au printemps, l’équipe a beaucoup progressé. Malheureusement, trois ou quatre matches ont mal tourné et ont fini par coûter à l’équipe la promotion en barrage. Je crois fermement que je vais contribuer à ce que les résultats soient aussi bons que possible maintenant. Il est clair pour moi que l’on attend de moi des objectifs ».

La motivation ne manque pas

Avez-vous un objectif personnel, combien de buts aimeriez-vous marquer en deuxième division ?

« Je vais vous le dire exactement. Je me fixe toujours l’objectif de marquer plus de buts au cours d’une saison que lors de la précédente. J’ai marqué deux fois la saison dernière, alors j’espère que je vais faire mieux (rires).

Comment évaluez-vous votre engagement à České Budějovice dans l’ensemble ?

« C’était comme une balançoire à bascule, chaque semestre était différent. Quand je suis arrivé, j’ai joué trois matches et j’ai fini sur le banc, mais au printemps, j’ai joué presque tous les matches. Puis le coach Weber est arrivé et j’ai malheureusement été blessé pendant la préparation. Je participais aux matches uniquement en raison de mes blessures, c’était une grosse erreur de ma part. Je me suis blessé au dos et à la cheville, puis j’ai dû soigner mon dos pendant quatre longs mois. Puis les nouveaux entraîneurs sont arrivés, et j’ai eu l’impression d’être sur le banc. J’ai joué deux matches, je n’ai pas joué deux matches. Dans l’ensemble, j’en attendais plus, mais il est probablement inutile d’y revenir.

Est-ce que je comprends bien qu’en raison du report de l’opération, votre blessure s’est aggravée ?

« J’ai eu trois hématomes à la cheville. Inconsciemment, je soulageais un peu ma jambe et mon dos s’en est ressenti. Au début, il n’était pas question d’intervention chirurgicale, mais au fil du temps, j’ai commencé à avoir tellement mal que j’ai dû chercher de l’aide. Par l’intermédiaire d’un ami de Kroměříž, j’ai contacté le Dr Zdeněk Novotný, qui a été le seul à pouvoir m’aider. J’ai alors pu m’entraîner à nouveau. « 

Vous avez 35 ans. Mais je suppose que vous avez toujours un grand appétit pour le football.

« Oui, sinon je n’en ferais pas partie. J’ai eu une longue pause, mais je ne me suis pas reposé, j’ai essayé de continuer à travailler sur moi-même. Bien sûr, c’est un peu plus difficile d’entrer dans la compétition, mais je pense que je serai bien préparé pour le début de la compétition.

Avec mon frère, tout est question de santé

Petr Rada, l’entraîneur du Dukla, a la réputation d’être un homme droit, mais il ne va pas loin pour un mot acerbe. Comment vous réjouissez-vous de travailler avec lui ?

« Pour moi, c’est la première fois que je travaille avec lui. Mais j’ai parlé à quelques joueurs qu’il a entraînés auparavant et personne n’a dit du mal de lui, ils ont tous été très élogieux à son égard. C’est un homme honnête et je suis très heureux que nos chemins se soient croisés. Le fait qu’il puisse crier, bien sûr, en fait partie. Bref, il y met de l’émotion, ce que je trouve tout à fait normal ».

Et je voudrais parler de mon frère Milan, qui s’est retrouvé à Mladá Boleslav à la fin de la saison. A-t-il encore la volonté de continuer ?

« Je n’en doute pas. Il est en train de préparer son prochain engagement, mais je ne sais pas exactement de quoi il s’agit et je ne peux pas parler pour lui. Mais je suis sûr que nous le verrons sur le terrain ».

Êtes-vous heureux qu’il n’ait pas encore abandonné ?

« Bien sûr. Mais avec mon frère, il s’agit de le garder en bonne santé. Si c’est le cas, je suis sûr qu’il a encore beaucoup à offrir. « 

A lire également